CAEN

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Caen, chef-lieu du Calvados et capitale de la Basse-Normandie jusqu’au 31 décembre 2015, est depuis 2016 le siège du conseil régional de la région Normandie. La ville compte 111 300 habitants et son aire urbaine 403 600 habitants (2012).

Normandie : carte administrative

Carte : Normandie : carte administrative

Carte administrative de la région Normandie. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

La ville est établie de part et d'autre de l'Orne, à dix kilomètres de la Manche. Les fouilles archéologiques ont révélé de nombreuses implantations gallo-romaines dans la région parsemée de villae. Mais Caen n'apparaît vraiment dans l'histoire qu'au xie siècle, par la volonté du duc de Normandie, Guillaume le Conquérant, qui fait construire le château et fonde, avec la reine Mathilde, l'Abbaye-aux-Hommes et l'Abbaye-aux-Dames, chefs-d'œuvre de l'art roman, toujours en place, parures de la ville. Caen eut, jusqu'à la Seconde Guerre mondiale, un rayonnement limité à la partie ouest de la Normandie, à dominante paysanne. Ville bourgeoise, dotée d'une université dès 1432, célèbre pour ses médecins et ses juristes, elle pencha vers le protestantisme sous la Réforme et vers la Gironde sous la Révolution française. Échappant en grande partie à la révolution industrielle, elle n'était qu'un chef-lieu de département sans éclat particulier à la veille de la Seconde Guerre mondiale.

L'histoire de Caen bascula en juin 1944 lorsque la cité devint la charnière principale de la bataille de Normandie et l'enjeu de très durs combats. Détruite complètement en son centre, la ville exsangue était entourée de villages en ruines. Caen ne comptait que 35 000 habitants en juillet 1944. La reconstruction qui suivit devait donner à la ville sa physionomie actuelle. Conçue comme un compromis entre les vestiges du passé et une ligne moderne, elle allie des avenues droites comme celle du 6-Juin et des quartiers épargnés aux profils plus subtils comme le Vaugueux, le Gaillon, la rue Caponnière, des bâtiments modernes et les façades et clochers des églises restaurées, les couleurs douces de la pierre de Caen et les rudesses du béton. La Prairie, vaste étendue verdoyante au confluent inondable de l'Orne et de l'Odon, achève de donner à la ville une physionomie originale où les grandes horizontales s'harmonisent en douceur avec les clochers et les ondulations de la vallée de l'Orne et de ses abords. Le Mémorial de Caen, musée inauguré en 1988, pérennise le souvenir de la guerre et en appelle à la paix.

La reconstruction de Caen fut suivie, jusqu'à l'aube des années 1980, par trois décennies de grande croissance où la ville bénéficia à plein de la proximité de Paris, vite accessible par le train puis par l'autoroute (A13). Ses fonctions de capitale régionale, la présence de l'université, son rayonnement culturel et, surtout, de grandes opérations de décentralisation industrielle changèrent très profondément la physionomie de la ville et de son agglomération. Caen est maintenant flanqué de grands ensembles immobiliers et par la cité nouvelle d'Hérouville-Saint-Clair (21 800 habitants en 2012) ainsi que d'une ceinture pavillonnaire de plus en plus étendue. Mais la crise des activités contemporaines marque très profondément une ville qui cherche sa voie.

La décentralisation dota Caen de quelques grandes usines de main-d'œuvre : Philips, Moulinex, Jaeger, Citroën, la S.A.V.I.E.M. (groupe Renault, devenue Renault Trucks) auxquelles s'ajoutait la Société métallurgique de Normandie (S.M.N.), sur le plateau de Mondeville, créée en 1917 pour valoriser la présence des minerais de fer de la plaine de Caen. Au total, dans les meilleures années, quelque 20 000 ouvriers. Mais toutes ces industries, dirigées de l'extérieur, ont été très affectées par la crise des années 1980-1990, la S.M.N. et Moulinex allant jusqu'à la fermeture, nouveau traumatisme majeur pour l'agglomération.

Pour autant, Caen ne manque pas d'arguments dans des perspectives renouvelées. Un cadre de vie de grande qualité s'étend depuis le centre reconstruit jusqu'aux bocages verdoyants et au littoral tout proche. Organisé en communauté d'agglomération, un « Grand Caen » contemporain se développe de plus en plus, couvrant la plus grande partie du Calvados et regroupant plus du tiers de la population de basse Normandie. Un solide réseau de transport él [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  CAEN  » est également traité dans :

MÉMORIAL DE CAEN

  • Écrit par 
  • Charles-Louis FOULON
  • , Universalis
  •  • 942 mots

Implanté à proximité des principaux lieux du Débarquement, le Mémorial de Caen entend être un lieu de mémoire et d'enseignement, un centre de réflexion sur les risques de conflits mondiaux, mais aussi un pôle touristique de la Normandie.Avec plus de 600 000 visiteurs par an, le Mémorial fait de Caen le haut lieu commémoratif du Débarquement. C'est d'ailleurs da […] Lire la suite

CAEN ABBAYE-AUX-HOMMES & ABBAYE-AUX-DAMES DE

  • Écrit par 
  • Maryse BIDEAULT
  •  • 808 mots
  •  • 2 médias

L'origine de l'Abbaye-aux-Hommes est liée au mariage du duc de Normandie, Guillaume le Bâtard, avec une parente, Mathilde de Flandre ; mariage qui fut condamné par le pape en 1053. Sous l'influence de Lanfranc de Pavie, écolâtre du Bec-Hellouin, les sentences canoniques furent levées en 1059 et le duc et sa femme s'engagèrent à fonder chacun une abbaye, en signe de contrition. La Sainte-Trinité o […] Lire la suite

CONSERVATION DES ŒUVRES D'ART

  • Écrit par 
  • Germain BAZIN, 
  • Vincent POMARÈDE
  •  • 6 756 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Conservation des monuments du Moyen Âge »  : […] À partir de la Renaissance, les monuments du Moyen Âge étaient tenus en grand mépris, et, lorsqu'ils tombaient en ruine, on préférait souvent les remplacer par des édifices modernes. Cependant, on a beaucoup exagéré ce discrédit proféré quelque peu bruyamment par certains esthéticiens, car, en réalité, les monuments religieux n'ont pas cessé d'être entretenus. Chaque cathédrale avait une « loge » […] Lire la suite

NORMANDIE, région administrative

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 3 151 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « De la division à la « réunification »  »  : […] Faut-il considérer que la division de la Normandie en deux régions était une solution raisonnable ? Beaucoup d'arguments y concourent, surtout à l'échelle d'une géographie locale. La nature n'est pas la même, entre les reliefs assez heurtés du massif ancien, jusqu'à 417 mètres en forêt d'Écouves (Orne), et les plateaux limoneux de la Normandie parisienne, sous un même climat océanique, mais nettem […] Lire la suite

NORMANDIE

  • Écrit par 
  • Armand FRÉMONT, 
  • Lucien MUSSET
  •  • 7 271 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Fondation du duché de Normandie (Xe siècle) »  : […] Ce fut sans doute vers le début du x e  siècle que des Scandinaves songèrent à se fixer dans la région. En 911, une armée danoise commandée par le Norvégien Rollon (Hrôlfr), ayant été battue devant Chartres, entra en pourparler avec le roi Charles le Simple qui, au traité de Saint-Clair-sur-Epte, lui céda un secteur correspondant en gros aux départements de la Seine-Maritime et de l'Eure, à condi […] Lire la suite

ROMAN ART

  • Écrit par 
  • Marcel DURLIAT
  •  • 20 520 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « La Normandie et l'Angleterre »  : […] Une seule province française, la Normandie, correspond à peu près à l'idée qu'on se faisait au xix e  siècle d'une école régionale. Encore faut-il lui adjoindre l'Angleterre soumise par Guillaume le Conquérant. Des conditions politiques très particulières favorisèrent un exceptionnel dynamisme artistique. En un temps record, et grâce au mécénat, les maîtres d'œuvre normands et leurs émules insulai […] Lire la suite

SOHIER HECTOR (actif 1re moitié XVIe s.)

  • Écrit par 
  • Robert FOHR
  •  • 108 mots

Bien que Sohier ait été nommé architecte de la ville de Caen en 1555, il semble que l'essentiel de son activité se situe dans les décennies antérieures. La seule œuvre qu'on lui donne avec certitude est le chevet de l'église Saint-Pierre (1528-1545), dont le décor Renaissance emprunté à l'Italie du Nord (piliers traités en pilastres, pinacles et pendentifs en forme de candélabres, etc.) est plaqué […] Lire la suite

Les derniers événements

23-30 mars 2014 France. Défaite du Parti socialiste aux élections municipales

La gauche conserve Paris, Lyon, Lille, Nantes, Strasbourg, Rennes et Montpellier, et s'empare d'Avignon, mais perd notamment Toulouse, Amiens, Angers, Saint-Étienne, Tours, Reims, Roubaix, Tourcoing, Argenteuil et Caen, ainsi que certains bastions socialistes comme Limoges, Chambéry, Saint-Dié, Nevers, Belfort ou Pau, conquise par François Bayrou (MoDem). […] Lire la suite

9-20 mars 2008 France. Poussée de la gauche aux élections locales

La gauche conserve les municipalités d'Angers, Brest, Clermont-Ferrand, Grenoble, Lille, Montpellier, Montreuil, Paris, Rennes, Tours et Villeurbanne; elle reprend à la droite celles d'Amiens, Argenteuil, Caen, Metz, Reims, Saint-Denis, Saint-Étienne, Strasbourg et Toulouse. La droite conserve Aix-en-Provence, Boulogne-Billancourt, Le Havre, Marseille, Nancy, Nice, Nîmes, Orléans et Perpignan; elle enlève Mulhouse à la gauche. […] Lire la suite

6 juin 2004 France. Célébration du soixantième anniversaire du débarquement allié en Normandie

Puis Jacques Chirac assiste, au Mémorial de la paix, à Caen, à une cérémonie franco-allemande en présence de Gerhard Schröder. Celui-ci est le premier chancelier allemand à participer à la commémoration du débarquement. « L'idée européenne, les projets qui l'incarnent sont en réalité nés ici même », affirme le président Chirac. « Nous connaissons notre responsabilité devant l'Histoire », déclare, de son côté, Gerhard Schröder. […] Lire la suite

4 septembre 2001 France. Condamnation de l'évêque de Bayeux et Lisieux pour non-dénonciation d'actes de pédophilie

Le 4, le tribunal correctionnel de Caen condamne Mgr Pierre Pican, évêque de Bayeux et Lisieux (Calvados), à trois mois de prison avec sursis pour « non-dénonciation de mauvais traitements ou d'atteintes sexuelles infligés à un mineur de quinze ans ». Mgr Pican est reconnu coupable de n'avoir pas dénoncé à la justice, alors qu'il en avait été informé, les actes de pédophilie commis par l'abbé René Bissey, un prêtre de Caen. […] Lire la suite

26 avril 2001 France. Libération conditionnelle pour Patrick Henry

Condamné à la réclusion à perpétuité en janvier 1977 pour le meurtre d'un enfant, Patrick Henry a, lors de sa détention, suivi des études et obtenu des diplômes universitaires; il travaille, depuis sa prison de Caen, pour une entreprise de la ville. Sa dernière demande de libération conditionnelle avait été rejetée par la Chancellerie – alors en charge de la décision – en juillet 2000, en dépit de l'avis favorable émis par la commission d'application des peines. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Armand FRÉMONT, « CAEN », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/caen/