SERVAGE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Dans l'Europe féodale, le servage apparaît comme une adaptation de l'esclavage aux exigences d'une morale nouvelle, à l'effacement des institutions de droit public, au renforcement de l'aristocratie, et surtout aux nécessités d'une économie privée de moyens techniques, où le travail humain demeure un facteur fondamental de la production, mais où les profits de la guerre de pillage tiennent moins de place que naguère. Il situe une large portion de la population travailleuse dans une dépendance héréditaire à l'égard des maîtres du sol. Il met à la disposition de ceux-ci d'importantes réserves de main-d'œuvre. Toutefois, il tient le serf pour une personne. Il lui laisse une certaine part d'initiative économique et le place en situation d'élever ses enfants, brisant ainsi les obstacles que l'extension de la servitude opposait à l'essor démographique. Le passage de l'esclavage au servage entre le viiie et le xie siècle est l'un des facteurs de la croissance économique de l'Occident. La poursuite de cette croissance et les progrès qu'elle entraîna conduisirent le servage à se résorber. Dans l'Europe de l'Ouest, il n'en subsistait que des vestiges à la fin du Moyen Âge. En revanche, dans l'Europe de l'Est, un nouveau servage s'est, à ce moment, solidement constitué pour demeurer jusqu'à une époque récente l'une des bases des structures économiques et sociales.

De l'esclavage au servage

En français, le mot « servage » provient d'un terme du langage populaire médiéval, le mot « serf », lequel dérive lui-même du latin servus qui, dans l'Antiquité classique, désignait proprement l'esclave. L'étymologie traduit effectivement la réalité d'une évolution sociale : dans les sociétés de l'Europe occidentale, le servage s'est lentement substitué à l'esclavage entre le viiie et le xie siècle.

Dans la civilisation répandue par Rome parmi les provinces qu'elle avait conquises, aussi bien que dans celles des peuples indigènes soumis ou des tribus germaniques qui envahirent l'Empire au début du Moyen Âge, une distinction juridique fondamentale séparait les hommes en deux catégories : les libres et les esclaves.

Les premiers relevaient de la loi et des institutions publiques. Les seconds étaient la propriété privée d'un maître. Démunis de tout droit, ils apparaissaient comme des outils vivants dont le possesseur pouvait se servir à sa guise jusqu'à ce qu'ils devinssent hors d'usage. Ce n'étaient pas des personnes, mais des biens mobiliers, au même titre que les animaux domestiques ; ils étaient, de fait, traités comme ceux-ci. À la ville et dans les campagnes, dans les ateliers, sur les navires, aux champs, les esclaves des deux sexes exclus du peuple figuraient parmi les instruments de production.

Lorsque se désagrège l'Empire romain, un lent processus se met en marche en Europe occidentale, qui conduit à la disparition de l'esclavage. La diffusion du christianisme ne fut pas sans contribuer à cette évolution. La religion nouvelle proposait en effet comme un acte de piété l'affranchissement des esclaves ; elle proclamait – et c'est là que réside sans doute l'essentiel de son intervention – que tous les êtres humains ont une âme et sont égaux devant Dieu, qu'ils sont par conséquent soumis aux mêmes règles morales ; elle fit ainsi peu à peu admettre que les esclaves étaient eux aussi des personnes, et reconnaître, modification capitale, qu'ils détenaient certains droits, notamment des droits familiaux. Toutefois, le christianisme n'a pas attaqué de front l'esclavage : il ne le condamnait pas explicitement, car il ne se souciait pas de changer les structures de la société terrestre, pour lui négligeables. La résorption de l'esclavage et ses transformations internes furent en fait déterminées par de nouvelles conditions économiques. L'« élevage » de l'homme est long et difficile : les troupes serviles se reproduisaient mal ; la vitalité de l'esclavage dépendait ainsi du marché ; celui-ci, à Rome et dans les tribus germaniques, avait été abondamment alimenté par les guerres et les expéditions de pillage.

Or, à partir du ve siècle, tandis que les préceptes ecclésiastiques venaient interdire de réduire un chrétien en esclavage et que s'apaisaient peu à peu au sein de la Chrétienté les guerres tribales, l'Occident cessa d'être conquérant. On continuait de razzier les hommes et les femmes aux confins, dans les populations encore païennes. Mais le butin tendait à diminuer, [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  SERVAGE  » est également traité dans :

CENS

  • Écrit par 
  • Françoise MOYEN
  •  • 322 mots

Le mot « cens » a désigné au Moyen Âge deux types de redevances distincts. D'une part, le cens est la redevance que devait annuellement un serf ou tout autre non-libre comme marque de sa dépendance envers son seigneur : c'est le « chevage » ou « chef cens » (cens par tête) des serfs, ou le cens en argent et en cire de ceux qui se sont « recommandés » à une église. Cette signification du mot dispar […] Lire la suite

COLONAT, Rome

  • Écrit par 
  • Yann LE BOHEC
  •  • 530 mots

Les colons dans le monde romain se définissent par deux critères : d'une part, ils appartiennent à la plèbe, c'est-à-dire au milieu des hommes libres, mais pauvres ; d'autre part, ils travaillent à la campagne. Cette couche sociale est connue en particulier grâce à quatre grandes inscriptions trouvées en Afrique, dans la vallée de la Medjerda, à Henchir-Mettich, Aïn el-Djemala, Souk el-Khemis et A […] Lire la suite

CORVÉES

  • Écrit par 
  • Claude GAUVARD
  •  • 987 mots

Prestations en travail exigées de certains hommes, libres ou non, en échange d'une protection ou de terres, les corvées peuvent être de nature publique ou être des services domaniaux. Les corvées de nature publique sont exigées par l'État de tous les hommes libres pour le bien de tous. Il s'agit d'une sorte d'impôt en nature. Dès le ~ III e millénaire, l'État égyptien entretient les digues et les […] Lire la suite

DOMAINE SEIGNEURIAL

  • Écrit par 
  • Françoise MOYEN
  •  • 667 mots

C'est à l'époque carolingienne que l'on voit se dessiner l'organisation matérielle du domaine, telle qu'elle subsiste jusqu'au xiii e  siècle. L'ensemble des terres d'un grand propriétaire était partagé en « manses » ou unités de culture ; l'un d'eux, généralement plus vaste, était le « manse du seigneur » ( mansus indominicatus ) dont les revenus étaient entièrement consacrés à l'entretien du pro […] Lire la suite

EMPIRE (PREMIER)

  • Écrit par 
  • Jean TULARD
  •  • 7 981 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Le grand empire »  : […] Considérons l'Europe vers 1810. La domination napoléonienne s'étend non seulement à la France proprement dite, mais à la Belgique transformée en départements dès la Révolution, à la Hollande annexée en 1810, aux villes de la Hanse, Brême et Hambourg, à la rive gauche du Rhin, à l'Italie du Nord, à Rome et aux Provinces Illyriennes . Napoléon est médiateur de la Confédération helvétique et protect […] Lire la suite

ESCLAVAGE

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre BERTHE, 
  • Maurice LENGELLÉ, 
  • Claude NICOLET
  •  • 8 800 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « L'esclavage au Moyen Âge »  : […] L' esclavage a continué d'être pratiqué d'une manière quasi ininterrompue dans le bassin méditerranéen au profit des nations chrétiennes aussi bien que musulmanes. Le Roussillon, le Languedoc et la Provence continueront, pendant tout le Moyen Âge, à pratiquer les rafles d'esclaves sur les rivages orientaux ( Chronique de Morée ). Les archives de Marseille et de Perpignan abondent en actes visant à […] Lire la suite

ESTONIE

  • Écrit par 
  • Céline BAYOU, 
  • Suzanne CHAMPONNOIS, 
  • Jean-Luc MOREAU
  •  • 9 143 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Sous l'Aigle russe »  : […] Durant la domination tsariste, l'Estlandie et la Livonie vont connaître, jusqu'à la Première Guerre mondiale, deux siècles de paix. Pendant tout le xviii e  siècle, les barons allemands, très appréciés par Pierre le Grand et ses successeurs pour leurs compétences administratives, maintinrent leur pouvoir absolu sur les paysans. Seuls quelques pasteurs portèrent alors un intérêt au sort des autocht […] Lire la suite

MANSE

  • Écrit par 
  • Françoise MOYEN
  •  • 514 mots

L'institution du manse, qui connut son plein essor à l'époque carolingienne, était destinée à assurer la mise en valeur d'un domaine dans un monde qui ignorait presque totalement le salariat et dans lequel l'esclavage de type antique était en régression. Une partie d'un domaine était fractionnée en manses, unités de culture (maison, jardin, vigne, terres arables et usage des communaux) confiées à […] Lire la suite

MINISTÉRIALES ou MINISTÉRIAUX

  • Écrit par 
  • Françoise MOYEN
  •  • 305 mots

Toujours pris à l'origine dans la catégorie des serfs, les ministériaux sont des domestiques qui se voient confier un métier ou une tâche bien spécialisée ; ainsi en est-il des serviteurs de l'Hôtel qui, dans les premières royautés patriarcales de l'Occident, se voient confier à la fois des tâches domestiques et ministérielles. Certains d'entre eux connurent jusqu'au xiii e siècle une ascension é […] Lire la suite

MONGOLIE, histoire

  • Écrit par 
  • Françoise AUBIN, 
  • Vadime ELISSEEFF
  •  • 17 569 mots
  •  • 22 médias

Dans le chapitre « La domination des Qing »  : […] De la sinisation totale de la dynastie mandchoue allait résulter un étonnant paradoxe de l'histoire : c'était un peuple barbare qui donnait à la Chine l'hégémonie en Asie centrale, son rêve séculaire ; et les nomades des steppes, en croyant se soumettre à l'un des leurs, se livraient en fait, sans le savoir, au pouvoir chinois. En effet, si les souverains Qing eurent pour règle de respecter l'orga […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Georges DUBY, « SERVAGE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/servage/