BULGARIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

quelques données-clés.
Nom officielRépublique de Bulgarie (BG)
Chef de l'ÉtatRoumen Radev (depuis le 22 janvier 2017)
Chef du gouvernementKiril Petkov (depuis le 13 décembre 2021)
CapitaleSofia
Langue officiellebulgare
Unité monétairelev (BGN)
Population6 896 000 (estim. 2021)
Superficie (km2)111 036

La République populaire bulgare

À partir de septembre 1944, des changements profonds s'opèrent dans la société bulgare. L'ancienne structure sociale, fondée sur la propriété privée, la monarchie constitutionnelle et les élites traditionnelles, est détruite. Un nouvel ordre social commence à s'établir sous la couverture de l'occupation du pays par l'armée soviétique. Sur cette base, l'Union soviétique contrôle et oriente le développement ultérieur de la Bulgarie.

Une classe de fonctionnaires du Parti communiste et de l'État, qui seule possède le pouvoir de décision et les privilèges qui en découlent, s'installe en maître. Elle dirige, par l'intermédiaire du Parti communiste, un système politico-économique d'apparence collectiviste qui sert ses intérêts et dissimule sa position dominante. L'orientation principalement nationale de la politique du pays change au profit d'une vision où priment l'alignement inconditionnel sur l'URSS et l'expansion du socialisme dans le monde.

Quatre décennies plus tard, le régime politique ainsi que tout le système social s'essoufflent. La société bulgare aspire à une évolution qui prendrait en compte son caractère et ses traditions nationales propres de même que les droits fondamentaux de l'homme. À partir de novembre 1989, elle va se débarrasser en douceur du système communiste.

L'occupation soviétique

Pendant les entretiens Hitler-Molotov (Berlin, novembre 1940), l'URSS manifeste sa volonté d'inclure la Bulgarie dans sa sphère d'influence. L'Allemagne s'y refuse, et c'est l'une des raisons de la fin du pacte germano-soviétique conclu en août 1939. À l'automne de 1944, l'URSS entreprend de mettre son projet à exécution.

Le 5 septembre, l'URSS déclare la guerre à la Bulgarie. Le gouvernement démocratique de Konstantin Mouraviev, qui est au pouvoir depuis le 2 septembre, demande tout de suite un armistice ; puis, le 8 septembre, il déclare la guerre à l'Allemagne. Le même jour, l'armée soviétique commence à pénétrer dans le pays. Les sympathisants du Front de la patrie (mouvement clandestin fondé en 1942, dirigé en fait par le Parti communiste) fraternisent avec ses détachements. Bien que les canons n'aient pas tonné, l'occupation soviétique commence.

Le 9 septembre, à la suite d'un coup d'État, est proclamé le gouvernement du Front de la patrie. La bienveillance des autorités soviétiques assure son implantation. Formellement, le régime n'est pas modifié. La Constitution libérale de Tirnovo reste en vigueur. Il n'y a que quatre ministres communistes sur les seize que comporte le gouvernement. Mais cela ne reflète pas la réalité de la situation. Au matin du 9 septembre, seul des partis qui forment le Front de la patrie, le Parti communiste dispose d'un appareil hiérarchisé et discipliné et de groupes armés aguerris. Le 10 septembre, la Milice est constituée force armée du nouveau pouvoir. L'entrée dans ses rangs est réservée exclusivement aux membres du PC et à ses sympathisants. Le PC bulgare entretient depuis plus de vingt ans des liens organiques avec le pouvoir soviétique. Certains de ses cadres travaillent comme fonctionnaires du parti, de l'armée, des services de sécurité et de renseignement soviétiques. Ils commencent à rentrer en Bulgarie et à s'emparer – sous la protection de l'armée soviétique – des principaux leviers du pouvoir.

Dans ces conditions, il est évident que le PC se sert du Front de la patrie comme d'une simple couverture pour réaliser sa politique de transformation de la société d'après l'exemple soviétique. Aurait-il réussi à imposer sa volonté à la nation dans des conditions normales ? Rien n'est moins sûr. Les autres partis du Front de la patrie ne partagent pas les projets politiques du PC. Mais le pays est occupé. Les forces armées soviétiques restent en Bulgarie du 8 septembre 1944 à la fin de l'année 1947. Leur présence soutient le Parti communiste et paralyse toutes les autres forces sociales. En 1948, le chef du PC bulgare, Georges Dimitrov, admet que, si l'armée soviétique n'avait pas été présente dans le pays, la politique suivie par le parti aurait rencontré une telle résistance qu'elle aurait probablement échoué.

Les changements imposés

Les changements imposés au pays pendant l'occupation atteignent tous les domaines vitaux. L'appareil administratif, l'armée et la justice sont placés sous le contrôle direct du PC ou des comités du Front de la patrie. À partir de 1946, le PC prend la direction du gouvernement et tous les min [...]

Bulgarie : indicateurs, 1948-1990

Tableau : Bulgarie : indicateurs, 1948-1990

La Bulgarie de 1948 à 1990 (source : Annuaires statistiques de la république populaire de Bulgarie). 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 41 pages

Médias de l’article

Bulgarie : carte physique

Bulgarie : carte physique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Bulgarie : drapeau

Bulgarie : drapeau
Crédits : Encyclopædia Universalis France

drapeau

Bulgarie, VIIe-XIIe siècle

Bulgarie, VIIe-XIIe siècle
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

La Bulgarie depuis 1878

La Bulgarie depuis 1878
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Afficher les 12 médias de l'article


Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, professeur honoraire à l'Institut national des langues et civilisations orientales, docteur ès lettres
  • : professeur à la faculté des lettres et sciences humaines de Nanterre, journaliste scientifique
  • : docteur en histoire du xxe siècle de l'Institut d'études politiques, Paris, journaliste, membre du comité de rédaction de la revue Confluences Méditerranée
  • : maître de conférences honoraire
  • : agrégé de l'Université, docteur en études slaves, docteur d'État, professeur de bulgare à l'Institut national des langues et civilisations orientales, directeur du Centre d'études balkaniques
  • : journaliste
  • : chargée de cours à l'Institut d'études européennes de l'université de Paris-VIII, analyste-rédactrice aux éditions de la Documentation française
  • : professeur à l'Institut national des langues orientales vivantes

Classification

Autres références

«  BULGARIE  » est également traité dans :

BULGARIE, chronologie contemporaine

  • Écrit par 
  • Universalis

Tous les événements politiques (élections, conflits, accords, …) et les faits économiques et sociaux qui ont marqué l’histoire contemporaine du pays jusqu’à aujourd’hui. […] Lire la suite

AUTOCÉPHALES ÉGLISES

  • Écrit par 
  • Hervé LEGRAND
  •  • 1 041 mots

L'autocéphalie (du grec autoképhalos , « qui est sa propre tête ») est le régime canonique qui règle les rapports institutionnels existant entre les diverses Églises sœurs dont se compose l'Église orthodoxe. Deux traits caractérisent ce régime : le refus d'une primauté de juridiction qui s'étendrait à l'Église universelle et la détermination autonome de la vie des Églises à l'échelon national. Les […] Lire la suite

BALKANS ou PÉNINSULE BALKANIQUE

  • Écrit par 
  • Jean AUBOUIN, 
  • Michel ROUX
  •  • 7 508 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Des systèmes politiques différents »  : […] La Grèce, conservée au camp occidental à l'issue de la guerre civile, fait partie de l'OTAN – comme la Turquie – et a adhéré en 1981 à la CEE. Passée de la monarchie à la république en 1973, elle constitue une démocratie parlementaire pluraliste depuis la fin de la dictature militaire des années 1967-1974. Les trois autres États ont vécu, de l'immédiat après-guerre jusqu'en 1990 (1992 pour l'Alban […] Lire la suite

BOGOMILES

  • Écrit par 
  • Marie-Madeleine DAVY
  •  • 1 105 mots

Le mouvement bogomile (du nom de son fondateur le prêtre Bogomil) a pris naissance au x e  siècle en Bulgarie. Il s'est propagé dans les pays balkaniques avant de s'étendre dans l'Empire byzantin. […] Lire la suite

BORIS III (1894-1943) roi de Bulgarie (1918-1943)

  • Écrit par 
  • Jean BÉRENGER
  •  • 253 mots
  •  • 2 médias

Fils aîné de Ferdinand I er de Bulgarie, le futur Boris III est élève à l'Académie militaire de Sofia et sert dans l'état-major de son père au cours des deux guerres balkaniques et de la Première Guerre mondiale. Quand Ferdinand I er abdique, en 1918, il lui succède . À cette époque le pouvoir appartient à Stambolijski et au parti agrarien, grandi par son opposition à la guerre. Boris gagne la c […] Lire la suite

BOTEV CHRISTO (1848-1876)

  • Écrit par 
  • Roger BERNARD
  •  • 1 088 mots

Écrivain révolutionnaire et voïvode bulgare, Christo Botev est né à Kalofer et mort à Yolkovitsa (près de Vratsa, dans les montagnes du nord-ouest de la Bulgarie) en combattant contre les Turcs à la tête d'une troupe de volontaires bulgares venus de Roumanie. Les années 1863-1866 qu'il passa à Odessa lui permirent de s'initier à la littérature révolutionnaire de l'époque. Après un bref séjour en […] Lire la suite

BURGAS

  • Écrit par 
  • Pierre-Yves PÉCHOUX
  •  • 185 mots
  •  • 1 média

Port bulgare sur la mer Noire, Burgas a été fondée au xvii e  siècle. C’était alors un village de pêcheurs, qui s'est développé après l’accession de la Bulgarie à l’indépendance (1878). Burgas a eu longtemps moins d'importance que Varna, bien que relié par voie ferrée depuis 1890 aux plaines de la Maritsa et à Sofia. Le port a largement profité de l'accroissement des échanges extérieurs bulgares […] Lire la suite

CATHARES

  • Écrit par 
  • Christine THOUZELLIER
  •  • 6 769 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le dualisme et les Églises »  : […] Pour les cathares, le problème crucial est celui du mal, qu'on trouve dans l'univers rempli de créatures vaines et corruptibles, et qu'ils ne peuvent imputer à Dieu. Leur foi repose sur la conviction commune que ce monde visible et tout ce qu'il renferme est l'œuvre du diable. Selon le traité de Bartholomé de Carcassonne, « il y a un autre monde formé de créatures incorruptibles et éternelles ». […] Lire la suite

CHOPES, CHOPI ou TORLATSI

  • Écrit par 
  • Emmanuel ZAKHOS-PAPAZAKHARIOU
  •  • 365 mots

Habitant la Bulgarie occidentale, le long de la frontière yougoslave, et la Serbie, à l'ouest de cette frontière, dans les régions des villes de Pirot et de Zaglavar, les Chopes (Chopi ou Torlatsi) peuplent une large zone qui s'étend du Danube au bassin du fleuve Strouma, au sud, et de la frontière yougoslave à la ligne constituée par l'affluent du Danube Osma et les monts Stredna Gora et Rila. Il […] Lire la suite

CLÉMENT D'OKHRID saint (840 env.-916)

  • Écrit par 
  • Jean GOUILLARD
  •  • 221 mots

Né sans doute en Macédoine bulgare, Clément accompagne Constantin-Cyrille et son frère Méthode dans leur mission en Grande-Moravie. En 885, à la mort de Méthode, il est expulsé avec ses compagnons. Boris I er -Michel l'accueille à Preslav et lui confie la christianisation de la Macédoine du Sud-Ouest, qui échappe encore à la hiérarchie grecque d'importation. Clément ouvre à Dévol (Kutmičevica) une […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

14 novembre - 13 décembre 2021 Bulgarie. Élections générales.

La Coalition pour la Bulgarie menée par le PSB enregistre un revers avec 10,1 % des suffrages et 26 sièges. La formation Il y a un tel peuple (ITN, anticorruption) du chanteur Stanislav Trifonov s’effondre avec 9,4 % des voix et 25 élus. La coalition Bulgarie démocratique (centre droit) est en fort recul avec 6,3 % des voix et 16 députés. Le parti Renaissance (extrême droite) fait son entrée au Parlement avec 4,8 % des suffrages et 13 sièges. […] Lire la suite

4-9 novembre 2021 Belgique. Débat sur la répartition de l'effort climatique.

Elle préconise un meilleur équilibre entre l’Europe occidentale et l’Europe orientale en matière de réduction des GES, estimant que la différence entre l’objectif fixé à la Belgique – 47 % – et ceux de la Bulgarie – 10 % – ou de la Roumanie – 12,7 % – ne lui a « pas été expliquée ». Le 9, le ministre wallon du Climat Philippe Henry (Ecolo), qui préside la Commission nationale climat, constate « l’impossibilité d’aboutir à un accord intrabelge suffisamment ambitieux à court terme » à l’occasion de la réunion de la COP 26 à Glasgow. […] Lire la suite

11 juillet 2021 Bulgarie. Élections législatives.

La coalition de centre droit formée du parti Citoyens pour le développement européen de la Bulgarie (GERB) du Premier ministre Boïko Borissov et de l’Union des forces démocratiques (SDS) est en recul, avec 23,2 % des voix et 63 élus. Également en recul, la Coalition pour la Bulgarie menée par le Parti socialiste bulgare (PSB) obtient 13,2 % des suffrages et 36 députés. […] Lire la suite

4 avril - 5 mai 2021 Bulgarie. Élections législatives.

La Coalition pour la Bulgarie menée par le Parti socialiste bulgare (PSB) subit un grave revers avec 14,8 % des suffrages et 43 députés. Le Mouvement des droits et des libertés qui représente les Turcs et les musulmans de Bulgarie se maintient avec 10,4 % des voix et 30 sièges. L’échec des partis nationalistes d’extrême droite fait perdre à la coalition gouvernementale, qu’ils soutenaient, sa majorité absolue. […] Lire la suite

2 septembre 2020 Bulgarie. Engagement de la procédure de révision de la Constitution.

Alors que des milliers de manifestants affrontent violemment les forces de l’ordre à Sofia, le Premier ministre Boïko Borissov annonce être parvenu à rassembler une majorité en faveur de l’engagement d’une procédure de révision de la Constitution, qu’il avait proposée en août. Les contestataires demandent depuis juillet la démission de Boïko Borissov qu’ils accusent de ne pas lutter contre la corruption. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Roger BERNARD, André BLANC, Christophe CHICLET, Nadia CHRISTOPHOROV, Jack FEUILLET, Vladimir KOSTOV, Edith LHOMEL, Robert PHILIPPOT, « BULGARIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/bulgarie/