AUTOCÉPHALES ÉGLISES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'autocéphalie (du grec autoképhalos, « qui est sa propre tête ») est le régime canonique qui règle les rapports institutionnels existant entre les diverses Églises sœurs dont se compose l'Église orthodoxe. Deux traits caractérisent ce régime : le refus d'une primauté de juridiction qui s'étendrait à l'Église universelle et la détermination autonome de la vie des Églises à l'échelon national. Les Églises autocéphales ne se reconnaissent donc pas de chef commun visible, le Christ seul étant leur chef invisible.

Se gouvernant synodalement, sous la présidence d'un patriarche ou d'un métropolite, chaque Église autocéphale règle elle-même l'ensemble de sa vie dans le cadre d'une foi, d'usages liturgiques et, en principe, d'une discipline canonique qu'elle partage avec l'Église entière. Les relations mutuelles, bilatérales et panorthodoxes, entre ces diverses Églises, entraînent au minimum l'admission réciproque de leurs membres à l'eucharistie, ou leur exclusion, en cas d'excommunication, ainsi que l'inscription des chefs des autres Églises dans les diptyques, dès l'annonce de leur élection, pour en faire mémoire au cours de la liturgie. De plus, si un concile œcuménique était convoqué (mais aucun ne l'a plus été depuis le viiie siècle), ce serait avec l'accord de chacune d'elles, qui devrait y être représentée.

L'institution se réclame de précédents remontant à l'Église patristique, tels l'autocéphalie de certains évêchés et les rapports paritaires existant entre les patriarcats anciens dans la théorie de la pentarchie. Les autocéphalies modernes sont cependant nées dans un contexte bien différent, directement conditionnées par l'histoire politique des Balkans depuis le début du xixe siècle : la conquête, par un pays, de son indépendance politique, fut, chaque fois, suivie de la proclamation de l'autocéphalie de l'Église nationale. On s'en justifia en faisant appel aux canons prévoyant l'alignement des circonscriptions ecclésiastiques sur les circonscriptions civiles (canon 34 des Apôtres, canon 28 de Chalcédoine et canon 38 in Trullo).

Des différends pratiques et théoriques ont accompagné la naissance de la plupart de ces autocéphalies. L'histoire de celle de Bulgarie illustre la difficulté de faire sa place au principe national dans l'organisation de l'Église. Proclamée unilatéralement en 1870, cette autocéphalie ne fut reconnue par Constantinople qu'en 1945 parce qu'elle revendiquait la juridiction sur les orthodoxes bulgares résidant hors des frontières de l'État, théorie condamnée dès 1872 comme hérétique par le patriarcat œcuménique, sous le nom de phylétisme. Malgré cela, presque toutes les Églises autocéphales entretiennent aujourd'hui des juridictions hors de leurs frontières, dans la diaspora, notamment aux États-Unis, bien que le canon 8 de Nicée ait interdit qu'il y eût plus d'un évêque par ville, interdiction qui fut respectée jusqu'au début du xxe siècle. Un autre différend, subsistant entre Constantinople et Moscou depuis des décennies, a trait aux conditions de proclamation d'une autocéphalie et à l'extension des prérogatives d'une Église autocéphale. Ainsi Moscou a reconnu en 1970 l'autocéphalie de « l'Église orthodoxe en Amérique », mesure aussitôt contestée par Constantinople, selon qui une reconnaissance de ce genre concerne l'Église orthodoxe entière et ne peut résulter d'un agrément donné par une Église mère à une Église fille ; de plus, l'Amérique, terre de diaspora, relève de la juridiction de Constantinople en tant que patriarcat œcuménique et non de celle de Moscou. D'autres décisions montrent que Moscou a manifestement une conception plus étendue que Constantinople des droits d'une Église autocéphale : ainsi avait-elle envoyé des observateurs au IIe concile du Vatican, sans consulter le reste de l'orthodoxie et admet-elle les catholiques aux sacrements en cas de nécessité spirituelle de leur part, tandis que le reste de l'orthodoxie maintient son opposition à une telle mesure. L'analyse du fonctionnement de l'institution renvoie donc à plusieurs difficultés propres à l'ecclésiologie orthodoxe et concernant : la place à faire au principe politique dans l'organisation de l'Église ; la délimitation des [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  AUTOCÉPHALES ÉGLISES  » est également traité dans :

ARMÉNIE

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre ALEM, 
  • Françoise ARDILLIER-CARRAS, 
  • Christophe CHICLET, 
  • Sirarpie DER NERSESSIAN, 
  • Kegham FENERDJIAN, 
  • Marguerite LEUWERS-HALADJIAN, 
  • Kegham TOROSSIAN
  •  • 23 743 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Organisation et relations œcuméniques »  : […] L'Église apostolique arménienne est autocéphale et membre de l'Église universelle. Il existe deux clergés : un clergé séculier, obligatoirement marié et un clergé régulier, obligatoirement célibataire. Seuls les membres de ce dernier peuvent accéder à la hiérarchie qui se distinguent par le port d'un voile noir et pointu sur la tête, le veghar . Le port de la barbe est obligatoire à tous les degré […] Lire la suite

ÉTHIOPIE

  • Écrit par 
  • Jean CHAVAILLON, 
  • Jean DORESSE, 
  • Éloi FICQUET, 
  • Alain GASCON, 
  • Jean LECLANT, 
  • Hervé LEGRAND, 
  • Jacqueline PIRENNE, 
  • R. SCHNEIDER
  • , Universalis
  •  • 24 467 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « Vers l'autonomie »  : […] L'invasion islamique de la vallée du Nil, en 640, coupa l'Église d'Éthiopie du reste de la chrétienté : son histoire reste mal connue pour la période du vii e  au xiii e  siècle. L'Histoire des patriarches (coptes) d'Alexandrie, écrite au x e  siècle, relate cependant que, par la menace de mesures de rétorsion sur leurs sujets musulmans, les souverains éthiopiens purent protéger, à plusieurs repri […] Lire la suite

EUROPE - Diversité religieuse

  • Écrit par 
  • Michel MIAILLE, 
  • Kathy ROUSSELET
  •  • 11 282 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Affirmations nationales et religieuses »  : […] Les impulsions identitaires qui ont accompagné la disparition de la tutelle soviétique ont replacé les Églises historiques au cœur des nations. Elles sont ainsi appelées à relier les États à une culture et une tradition effacées par le communisme, à renouer les fils d'une continuité historique perdue. Elles provoquent des conflits mémoriels, à l'image de ceux qui se sont produits à l'occasion des […] Lire la suite

MOUVEMENT DES NATIONALITÉS DANS L'EUROPE BALKANIQUE ET DANUBIENNE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Vincent GOURDON
  •  • 486 mots

1774 Le traité de Kutchuk-Kaïnardji, qui met fin à la guerre russo-turque (1768-1774), donne aux Russes un droit de protection sur les chrétiens des Balkans. 1821 Déclenchement de la révolte anti-ottomane à partir des provinces danubiennes, à l'initiative des sociétés secrètes helléniques. 1822 Proclamation de l'indépendance de la Grèce par une assemblée nationale grecque (janvier) ; massacres […] Lire la suite

ORIENT ÉGLISES CHRÉTIENNES D'

  • Écrit par 
  • Irénée-Henri DALMAIS, 
  • Hervé LEGRAND
  •  • 6 565 mots
  •  • 2 médias

Sous la dénomination d'Églises chrétiennes d'Orient – ou sous celle plus généralement employée d'Églises orientales –, on désigne, de manière bien arbitraire, les communautés chrétiennes qui se sont constituées et organisées au cours des siècles dans la partie orientale de l' Empire romain , où des cultures d'expression grecque s'étaient surimposées aux cultures régionales : araméenne, égyptienne […] Lire la suite

ORTHODOXE ÉGLISE

  • Écrit par 
  • Olivier CLÉMENT, 
  • Bernard DUPUY, 
  • Jean GOUILLARD
  •  • 23 319 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le problème de l'autocéphalie »  : […] Cet élargissement des attributions du patriarche se fit sans heurt dans la première période, mais il devait soulever des problèmes sérieux au xix e  siècle quand les États des Balkans accédèrent à l'indépendance politique. La tendance à l'indépendance se fit jour alors dans toute l'orthodoxie, comme elle s'était manifestée au xv e  siècle en Russie, du fait que l'Église de Moscou, la première, s' […] Lire la suite

SERBIE

  • Écrit par 
  • Amaël CATTARUZZA, 
  • Christophe CHICLET, 
  • Jovan DERETIC, 
  • Catherine LUTARD
  •  • 11 790 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Formation et reformation de l'État serbe »  : […] Les Slaves du Sud (Jugosloveni) arrivèrent dans la péninsule balkanique au vi e  siècle et surtout au début du vii e , avec tout d'abord les actuels Macédoniens et Slovènes, puis, appelés par l'empereur byzantin Héraclius, Croates et Serbes venus du sud de la Pologne. Peu différents les uns des autres, ils étaient encore indifféremment appelés Croates ou Serbes au xi e  siècle. Aux ix e et x e […] Lire la suite

SLIPYJ JOSYP (1892-1984)

  • Écrit par 
  • Hervé LEGRAND
  •  • 756 mots

Né à Zazdrist, près de Lvov, et ordonné prêtre en 1917, le cardinal Josyp Slipyj (Kobernyckyj-Dyčkowskyj) enseigna la théologie avant d'être nommé, en 1939, coadjuteur du métropolite André Szeptyckyj, chef de l'Église ukrainienne catholique, auquel il succéda le 1 er  novembre 1944. À la suite du pacte germano-soviétique, l'U.R.S.S. occupa une première fois l'Ukraine occidentale (1939-1941) ; puis […] Lire la suite

Pour citer l’article

Hervé LEGRAND, « AUTOCÉPHALES ÉGLISES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/eglises-autocephales/