BOYCOTTAGE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le boycottage désigne, d'une manière générale, l'action qui tend à empêcher une personne ou groupe de personnes, une entreprise ou groupe d'entreprises de conclure, comme fournisseur, client, employeur ou salarié, des contrats relatifs aux produits, aux services ou au travail, afin de paralyser son activité économique. Le mot dérive du nom de Charles Cunningham Boycott, intendant des domaines du comte d'Erne, dans le comté de Mayo, en Irlande de l'Ouest, contre qui la Ligue agraire décida, en 1880, en raison de sa dureté inhumaine envers les petits fermiers, et réussit à faire appliquer des mesures faisant obstacle à l'exploitation dont il avait la charge. On lui préfère quelquefois, en particulier dans le domaine des relations de travail salarié, l'expression « mise à l'index ».

Lorsque le boycottage est décidé à l'encontre d'un État soit par un autre État, soit par une organisation internationale, on parle plus couramment aujourd’hui d’embargo. Le terme boycottage tend ainsi à être plutôt réservé aux initiatives d'effets analogues prises par des entreprises ou des syndicats à l'encontre d'une ou plusieurs personnes ou entreprises, pour des raisons indépendantes de leur nationalité. Si le résultat immédiatement recherché est, dans les deux cas, économique, les mobiles sont plus souvent politiques dans le premier que dans le second, encore que les motivations économiques ne soient pas nécessairement étrangères à celui-là, ni les motivations politiques, ou en tout cas sociales, à celui-ci (comme le montre, précisément, le cas de l'intendant anglais Boycott qui fut l'objet de ce type d'action collective en Irlande). En outre, l'État boycotteur se dissimule souvent derrière des entreprises privées, si bien que la distinction peut être d'application difficile ; elle demeure cependant justifiée, car le boycottage d'État à État relève principalement du droit international public, tandis que celui que les entreprises ou les syndicats [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  BOYCOTTAGE  » est également traité dans :

JEUX OLYMPIQUES - Les boycottages des Jeux

  • Écrit par 
  • Pierre LAGRUE
  •  • 2 661 mots

Le 8 mai 1984, un bref communiqué du Kremlin annonce que l'U.R.S.S. ne participera pas aux jeux Olympiques de Los Angeles. Pour la troisième fois consécutivement, les jeux Olympiques d'été sont boycottés par plusieurs pays pour des raisons politiques. Mais le boycottage de cet événement sportif majeur peut-i […] Lire la suite

CHAVEZ CESAR (1927-1993)

  • Écrit par 
  • Marie-France TOINET
  •  • 537 mots

Quiconque a vécu aux États-Unis dans les années 1960 ne peut avoir oublié Cesar Chavez, ce petit homme trapu, ni très beau ni très séduisant, orateur médiocre, mais qui avait l'apparence d'un juste, à la fois bon et déterminé. Il dirigeait alors le boycottage des raisins de table de Californie afin d'obtenir des salaires décents pour les ouvriers agricoles qui en faisaient la cueillette. Il naît […] Lire la suite

C.I.O. (Comité international olympique)

  • Écrit par 
  • Pierre LAGRUE
  •  • 10 239 mots

Dans le chapitre « Histoire d'une institution incontournable »  : […] Le C.I.O. naît donc le 23 juin 1894 à la Sorbonne à Paris. Il compte alors treize membres : Pierre de Coubertin et Ernest Callot (France), Dimitrios Vikelas (Grèce), lord Ampthill et Charles Herbert (Grande-Bretagne), William Milligan Sloane (États-Unis), José Benjamín Zubiaur (Argentine), Leonard Albert Cuff (Nouvelle-Zélande), Jirí Guth (Bohême), Ferenc Kemény (Hongrie), Viktor Balck (Suède), Al […] Lire la suite

FORBIDDEN HOLLYWOOD (rétrospective)

  • Écrit par 
  • Christian VIVIANI
  •  • 1 204 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La fascination du gouffre  »  : […] Meurtri par le krach de Wall Street et ému par l’avènement du parlant, le public du cinéma, divertissement bon marché, n’était guère attiré par les discours moralisateurs. Le code restant consultatif, son respect fut des plus lâches. De 1930 à 1933, les nouvelles icônes furent le gangster (Edward G. Robinson, James Cagney, Paul Muni) et la femme libérée (Norma Shearer, Jean Harlow, Barbara Stanwyc […] Lire la suite

JEUX OLYMPIQUES

  • Écrit par 
  • Jean DURRY, 
  • Pierre LAGRUE, 
  • Alain LUNZENFICHTER
  • , Universalis
  •  • 15 081 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « 1976. Montréal »  : […] En raison de multiples grèves et du manque de coordination des maîtres d'œuvre du projet, c'est dans un stade inachevé que s'ouvrent les Jeux de Montréal. L'organisation des jeux Olympiques laissera ainsi à la Ville de Montréal un très lourd déficit financier. Du 17 juillet au 1 er  août, 6 028 sportifs (dont 1 247 femmes), représentant 92 pays, vont participer à 198 épreuves dans 21 sports. Mais […] Lire la suite

JEUX OLYMPIQUES - L'Afrique du Sud et les Jeux

  • Écrit par 
  • Pierre LAGRUE
  •  • 994 mots

Le 10 000 mètres féminin constitue l'un des temps forts des Jeux de Barcelone. Le vendredi 7 août 1992, alors que la nuit envahit le magnifique stade olympique baigné par la chaleur, les concurrentes s'élancent pour un effort de plus d'une demi-heure. La course en elle-même est limpide et sans grande surprise. La Britannique Liz McColgan (vingt-huit ans), qui fut une magnifique championne du mond […] Lire la suite

KING MARTIN LUTHER (1929-1968)

  • Écrit par 
  • David L. LEWIS
  •  • 3 336 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Boycottage des bus à Montgomery »  : […] Pendant ses années à Boston, King rencontre Coretta Scott, jeune fille née en Alabama qui étudie au conservatoire de musique de Nouvelle-Angleterre. Il l'épouse en 1953. King est depuis un peu plus d'un an pasteur de l'église baptiste de l'avenue Dexter à Montgomery (Alabama) lorsque le petit groupe de défenseurs des droits civiques de la ville décide de contester la ségrégation raciale dans les a […] Lire la suite

LOS ANGELES (JEUX OLYMPIQUES DE) [1984] - Contexte, organisation, bilan

  • Écrit par 
  • Pierre LAGRUE
  •  • 3 212 mots

Réuni pour sa quatre-vingtième session du 17 au 20 mai 1978 à Athènes, le C.I.O. désigne, le 18 mai, Los Angeles, seule candidate, ville d'accueil des XX es  jeux Olympiques d'été. Cette décision ne s'avère pas aussi simple qu'il y paraît. En effet, Tom Bradley, maire de la ville, connaissant l'ampleur du déficit financier généré par les Jeux de Montréal en 1976, refuse d'engager sa municipalité a […] Lire la suite

MELBOURNE (JEUX OLYMPIQUES DE) [1956] - Contexte, organisation, bilan

  • Écrit par 
  • Pierre LAGRUE
  •  • 3 232 mots

Au sortir de la Seconde Guerre mondiale, le C.I.O. semble vouloir accélérer sa propre histoire et tenter d'oublier la grande Histoire. Dès 1946, il confie à Londres l'organisation des jeux Olympiques d'été de 1948, les « Jeux de l'espoir ». Un an plus tard, le Comité désigne Helsinki ville d'accueil des Jeux d'été de 1952 – dont on ne sait pas encore qu'ils constitueront une inoubliable réussite  […] Lire la suite

MONTRÉAL (JEUX OLYMPIQUES DE) [1976] - Contexte, organisation, bilan

  • Écrit par 
  • Pierre LAGRUE
  •  • 3 246 mots

Le 12 mai 1970, lors de sa soixante-neuvième session tenue à Amsterdam, le C.I.O. choisit, au second tour de scrutin, par quarante et une voix contre vingt-huit en faveur de Moscou, Montréal pour organiser en 1976 les XVIII es  jeux Olympiques d'été. La capitale de l'U.R.S.S. était en tête au premier tour, mais la solidarité nord-américaine a joué : les dix-sept membres du C.I.O. qui avaient voté […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

Venezuela. Libération de prisonniers politiques. 31 août 2020

Le président Nicolás Maduro gracie cent dix opposants, dont vingt-six députés. Cinquante d’entre eux étaient emprisonnés. De nombreux autres opposants restent détenus. Cette mesure divise l’opposition. La libération des prisonniers politiques était l’une des conditions posées par celle-ci pour participer aux élections législatives prévues en décembre. En juillet toutefois, les principaux partis d’opposition avaient appelé au boycottage du scrutin. […] Lire la suite

Comores. Élections législatives. 23 février 2020

par les assemblées des trois îles constitutives de l’Union des Comores. Le taux de participation est de 62,8 p. 100, il était de 62,4 p. 100 au premier tour. L’opposition, qui avait appelé au boycottage du scrutin, n’est plus représentée au Parlement. En septembre 2019, le Parlement avait autorisé […] Lire la suite

Cameroun. Élections législatives. 9 février 2020

anglophone en proie à une rébellion séparatiste, est annulée pour « irrégularités ». Le taux de participation est de 43,8 p. 100. La principale formation de l’opposition, le Mouvement pour la renaissance du Cameroun de Maurice Kamto, avait appelé au boycottage du scrutin. Les élections, qui devaient […] Lire la suite

Union européenne – Israël. Jugement de la CJUE sur l’étiquetage des produits issus des colonies israéliennes. 12 novembre 2019

des territoires occupés par Israël depuis juin 1967 » qui est peu appliquée. Par ailleurs, Israël est la cible d’un appel au boycottage commercial de la part de diverses organisations. […] Lire la suite

Japon – Corée du Sud. Crise diplomatique. 2-25 août 2019

, Tōkyō a restreint l’exportation vers la Corée du Sud de produits chimiques utilisés dans la fabrication de matériels électroniques. Séoul a réagi en lançant une campagne de boycottage des produits japonais. Le 22, Séoul annonce la rupture d’un accord de partage de renseignements militaires avec Tōkyō […] Lire la suite

Pour citer l’article

Berthold GOLDMAN, « BOYCOTTAGE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 novembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/boycottage/