HARLOW JEAN (1911-1937)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Jean Harlow, de son vrai nom Harlean Carpenter, est née le 3 mars 1911 à Kansas City (Missouri). Réputée d'abord pour sa grande beauté et sa sensualité exacerbée, qui firent d'elle l'archétype de la « bombe sexuelle blonde », Jean Harlow gagna ses galons d'actrice avant de disparaître au sommet de son art.

Fille d'un dentiste prospère de Kansas City, Jean Harlow s'installe à Los Angeles avec sa mère après la séparation de ses parents. Elle quitte l'école à seize ans et s'enfuit pour se marier. En 1928, contre la volonté de son mari, elle se lance dans une carrière d'actrice ; le couple divorce. Temporairement sous contrat avec le producteur de films comiques Hal Roach, elle marque profondément les esprits avec un rôle, certes petit mais inoubliable, dans le court-métrage Double Whoopee (1929) avec Laurel et Hardy, dans lequel apparaissent pour la première fois à l'écran ses jambes légendaires. Après ses débuts dans le parlant avec The Saturday Night Kid (1929) de Clara Brown, elle est remarquée par l'industriel et producteur Howard Hughes, qui l'engage pour remplacer l'actrice suédoise Greta Nissen dans le film parlant adapté de son film muet à grand spectacle Hell's Angels, consacré à l'aviation. Malgré une performance inégale, elle fait sensation avec une réplique devenue classique : « Seriez-vous choqué si j'enfilais quelque chose de plus confortable ? »

Après la sortie de Hell's Angel, Hughes « prête » Jean Harlow à d'autres studios. Elle interprète des rôles plus décoratifs qu'exigeants dans des films comme Public Enemy (L'Ennemi public, 1931) pour la Warner Bros. et Platinum Blonde (Blonde platine, 1931) pour la Columbia, puis Hughes cède son contrat à la Metro Goldwyn Mayer pour la somme de 60 000 dollars. Elle doit attendre qu'Anita Loos lui écrive un rôle sur mesure dans Red-Headed Woman (1932) pour que les producteurs de la M.G.M. se rendent compte de son potentiel dans les dialogues comiques. Sa cote de popularité auprès du public, des critiques et du milieu du cinéma croît de film en film : Red Dust (La Belle de Saigon, 1932), Dinner at Eight (Les Invités de huit heures, 1933), Hold Your Man (1933) et Bombshell (1933) connaissent tous un grand succès. Après le durcissement du Code de la censure cinématographique, elle compense la plus faible dimension érotique de sa présence à l'écran en jouant d'une sophistication nouvellement acquise et d'une séduisante vulnérabilité.

Le succès de la carrière professionnelle de Harlow contraste drastiquement avec sa vie privée, ponctuée de déceptions et de tragédies. Son deuxième mariage, avec le producteur de la M.G.M. Paul Bern, prend fin avec le décès de celui-ci en 1932, selon toute apparence dû à un suicide. Elle se marie une troisième fois, avec le réalisateur Harold Rosso, mais le couple divorce moins d'un an plus tard. Alors qu'elle s'apprête à épouser William Powell, son fiancé de longue date et partenaire régulier à l'écran, elle tombe gravement malade. Atteinte d'urémie, elle meurt à vingt-six ans. Son dernier film, Saratoga, sort de manière posthume. La figurante Mary Dees remplace Jean Harlow dans plusieurs scènes.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Classification

Autres références

«  HARLOW JEAN (1911-1937)  » est également traité dans :

COMÉDIE AMÉRICAINE, cinéma

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 5 218 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « La comédie loufoque »  : […] Dans trop de ces classy comedies , le trait d'esprit relève plus souvent du dialogue que de la mise en scène. Ainsi de Private Lives (1931), Reunion in Vienna (1933), de Sidney Franklin, ou de The Devil to Pay ! (1930), de George Fitzmaurice, interprété par le très british Ronald Colman. C'est pourtant dans leur prolongement que se situent les grandes comédies de George Cukor, réputé être un i […] Lire la suite

FORBIDDEN HOLLYWOOD (rétrospective)

  • Écrit par 
  • Christian VIVIANI
  •  • 1 204 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La fascination du gouffre  »  : […] Meurtri par le krach de Wall Street et ému par l’avènement du parlant, le public du cinéma, divertissement bon marché, n’était guère attiré par les discours moralisateurs. Le code restant consultatif, son respect fut des plus lâches. De 1930 à 1933, les nouvelles icônes furent le gangster (Edward G. Robinson, James Cagney, Paul Muni) et la femme libérée (Norma Shearer, Jean Harlow, Barbara Stanwyc […] Lire la suite

STARS ET VEDETTES

  • Écrit par 
  • Gérard LEGRAND
  •  • 3 604 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Comment se fabrique une étoile »  : […] La vedette d'un film est l'interprète suffisamment connu(e) pour que le public dise en parlant de lui (ou d'elle) : « Un film de X...  » Cette coutume, sur laquelle J. G. Auriol s'interrogeait déjà en 1946, fait moins du film « l'œuvre » de l'interprète que son domaine, sa propriété (et sa vitrine) : c'est lui, ou elle, qu'on va voir dans son film. Tous les films d'une star forment, aux yeux de so […] Lire la suite

Pour citer l’article

« HARLOW JEAN - (1911-1937) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-harlow/