Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

AUTOMOBILE Histoire

Plus que l'histoire de tout autre objet technique, celle de l'automobile est complexe, résultant de l'évolution des techniques et des moyens de production, des changements des sociétés et de l'imaginaire populaire. Devenue une industrie de masse, tant par le nombre de ses acteurs que par celui de ses clients, elle n'échappe à aucun moment à l'impact de l'histoire économique et politique du monde. D'où l'impossibilité d'écrire une histoire linéaire uniquement technique et l'obligation de prendre en compte les événements économiques, politiques et militaires qui ont marqué le xxe siècle.

Les origines : la vapeur et l'électricité

Dès le xviie siècle, des tentatives pour développer un mobile autonome ont eu lieu. La plus célèbre et la plus originale est le chariot à réaction de Newton (1680) qui fonctionne suivant le principe de l'action et de la réaction, par déplacement virtuel du centre de gravité. Resté un objet de laboratoire, ce concept est repris depuis les années 1950 par les ingénieurs motoristes de fusées pour développer de nouveaux types de moteurs (moteurs ioniques).

Les débuts de l'automobile

Les débuts de l'automobile

Dès 1672, les expériences d'un chariot à vapeur du Belge Ferdinand Verbiest renferment un grand nombre de propositions qui seront reprises près d'un siècle plus tard par le Français Joseph Cugnot pour mettre au point, en 1769, son « fardier », brancard d'artillerie en bois à deux roues qu'il équipe d'une machine à vapeur (poids : 3 tonnes ; vitesse : 3,5 km/h) actionnant une roue unique installée à l'avant. Particulièrement difficile à diriger, cet engin resté à l'état de prototype, est considéré comme l'ancêtre de l'automobile. Au même moment, en Angleterre, James Watt dépose, en 1769, un brevet de machine à vapeur qu'il appliquera sur un support mobile en 1776. Par la suite, la voiture de l'Anglais Goldsworthy Gurney (1825), le carrosse de l'Italien Pietro Bordino (1854), et, surtout, la Mancelle (1878) du Français Amédée Bollée (père) et le tricycle de l'Italien Pecori (1891) prennent le relais. Ces deux derniers engins, reposant sur des fondements techniques solides, constituent le sommet du savoir-faire de l'époque. Ils comportent déjà les composants définitifs des véhicules à vapeur (compression du gaz à plus de 7 atmosphères, direction souple et légère, moteur à l'avant et propulsion par transmission par chaîne, roues à rayons cerclées d'un bandage en caoutchouc...). La Mancelle fut un succès commercial en Allemagne et en Autriche, mais très accessoirement en France.

La filière de la vapeur, pour un mobile individuel, est surtout prospectée par les Allemands et les Français, les Anglais donnant à cette époque la priorité aux chemins de fer. Amédée Bollée poursuit ses recherches sur l'allègement du véhicule (La Rapide, 1881, atteignant une vitesse maximale de près de 60 km/h), en concurrence avec Léon Serpollet qui produira des engins à vapeur jusqu'à sa mort en 1907. La filière vapeur atteint son apogée lorsqu'une voiture De Dion-Bouton réalise la meilleure performance lors du concours de fiabilité Paris-Rouen en 1894.

Malgré ses succès et son antériorité, la machine à vapeur reste lourde, lente à mettre en route et supporte mal les changements de régimes rapides. À la fin du xixe siècle, aucun progrès prévisible ne permet d'imaginer une amélioration consistante de ses prestations, alors que, dans le même temps, les moteurs à explosion interne et électriques semblent pleins de promesses.

Le moteur électrique relié à une source fixe, déjà fonctionnel au début du xixe siècle, devient mobile après la mise au point d'accumulateurs rechargeables (accumulateurs au plomb, 1859) dérivés de la pile électrique inventée par Alessandro Volta en 1800. C'est une voiture[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : ancien directeur de Renault S.A., administrateur de société, membre du comité de rédaction de la Société des ingénieurs de l'automobile

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Les débuts de l'automobile

Les débuts de l'automobile

Premier modèle de Daimler

Premier modèle de Daimler

Karl Benz

Karl Benz

Autres références

  • AÉRODYNAMIQUE

    • Écrit par Bruno CHANETZ, Jean DÉLERY, Jean-Pierre VEUILLOT
    • 7 226 mots
    • 7 médias
    ...vol et de la taille des avions, on a dû se résoudre à essayer en soufflerie des maquettes dont les dimensions sont bien inférieures à celles de l'avion. En revanche, les constructeurs automobiles utilisent couramment des souffleries où sont essayés des véhicules en grandeur réelle, mais il est vrai aussi...
  • ALLEMAGNE (Géographie) - Géographie économique et régionale

    • Écrit par Guillaume LACQUEMENT
    • 12 044 mots
    • 9 médias
    ...stimulés par la proximité de la plus grande place financière du pays, Francfort, qui se situe au cœur d'un appareil bancaire très développé et très ramifié. Les berceaux de l'automobile sont la Souabe et la Saxe, et le bassin de Wolfsburg en Basse-Saxe (usine de Volkswagen) est né de la planification...
  • APPRENTISSAGE PROFOND ou DEEP LEARNING

    • Écrit par Jean-Gabriel GANASCIA
    • 2 645 mots
    • 1 média
    ...digitales ou d’iris), la médecine (avec, par exemple, le diagnostic de mélanomes à partir d’images de grains de beauté et l’analyse de radiographies), la voiture autonome (reconnaissance d’obstacles, de véhicules, de panneau de signalisation, etc.), par exemple. Elles permettent aussi d’améliorer la reconnaissance...
  • ASSURANCE - Économie de l'assurance

    • Écrit par Pierre PICARD
    • 5 633 mots
    Ces résultats peuvent être illustrés dans le cadre de l'assurance automobile. En effet, l'effort de prudence au volant affecte vraisemblablement non seulement la probabilité d'être à l'origine d'un accident, mais aussi sa gravité. Il en résulte que des contrats de franchise standards ne sont pas optimaux...
  • Afficher les 56 références

Voir aussi