ASTROLOGIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Émergence et assise des discours astrologiques

L'astrologie existe dès lors que certains croient en elle et veulent savoir ce qu'elle a à leur dire. De ce fait, il est probablement plus important de déterminer ce qu'on attend d'elle que ce qu'elle est objectivement capable de fournir. Mais comment cerner son domaine ? Dire, par exemple, que les Centuries de Nostradamus ne sont pas « de l'astrologie » signifie que celles-ci ne peuvent être a priori mises en relation avec le système astrologique, ce qui constitue une approche quelque peu étriquée. Certains nostradamistes se sont ingéniés à démontrer que Nostradamus n'avait que mépris pour l'astrologie. Un portrait psychologique relève-t-il de l'astrologie avant qu'on ait décrété qu'il s'agissait d'un Sagittaire ou d'un saturnien ?

Peut-on dater l'apparition de l'astrologie ? Ne serait-ce que pour s'orienter, les hommes ont toujours observé le ciel. Mais, dans le ciel étoilé, la voûte céleste apparaît figée et la Lune suit un cycle bien réglé (nouvelle lune-pleine lune) ; les planètes (d'un mot grec signifiant « errant ») semblent ne suivre que leurs caprices (d'où le nom de « chèvre » que leur donnaient les Babyloniens). Il fallut atteindre un seuil de connaissance relativement élevé et tardif pour cerner la révolution apparente autour de la Terre des cinq planètes Mercure, Vénus, Mars, Jupiter et Saturne (respectivement, dans le panthéon babylonien, les demeures des dieux Nebo, Ishtar, Nergal, Mardouk et Ninib).

Le zodiaque se définit comme le lieu de passage de l'ensemble des planètes sur une bande de 17 degrés (pour les planètes anciennement connues tout au moins). Mais pourquoi avoir découpé la ceinture zodiacale en douze alors que l'on ne connaissait que sept astres ? Il semble que cela tienne avant tout au rapport entre la Lune et le [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 20 pages

Écrit par :

  • : docteur de troisième cycle en études orientales, directeur de la Bibliotheca Astrologica

Classification

Autres références

«  ASTROLOGIE  » est également traité dans :

ABRAHAM IBN EZRA (1089-1164)

  • Écrit par 
  • Gabrielle SED-RAJNA
  •  • 815 mots

Commentateur, grammairien, philosophe et astronome, Abraham ibn Ezra, né à Tudela, est l'une des plus grandes figures de la pensée juive du Moyen Âge. Sa carrière se divise en deux périodes bien distinctes. Pendant la première, jusqu'en 1140, il vit en Espagne, où des liens d'amitié le lient à Juda Halévi, dont il épouse la fille. Des cinq fils issus de cette union, un seul, Isaac, est connu. Selo […] Lire la suite

ALBUMASAR, arabe DJA‘FAR BEN MUḤAMMAD BEN ‘UMAR AL-BALKHĪ ABŪ MA‘SHAR (787-886)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 174 mots

L'un des principaux astronomes et astrologues du monde musulman, Abū Ma‘shar, plus connu sous le nom de Albumasar, soutenait que le monde a été créé lorsque les sept planètes étaient en conjonction dans le premier degré du Bélier, et prendrait fin quand cette même conjonction se reproduirait dans le dernier degré des Poissons. En tant qu'astrologue, Albumasar a joui d'une renommée considérable, ta […] Lire la suite

ASTRE ou OBJET CÉLESTE

  • Écrit par 
  • Marc LACHIÈZE-REY
  •  • 1 245 mots

Le nom d'« astre » s'applique à tout corps céleste. Pour l'astronome de l'Antiquité, il désignait l'une des quelques milliers d'étoiles suffisamment brillantes pour être visibles à l'œil nu ou l'une des sept planètes (du grec planêtes [ asteres ], « astres errants »), dites aussi « promeneuses du ciel », alors connues : Mercure, Vénus, Mars, Jupiter et Saturne ; la Lune, « Astre de la Nuit », […] Lire la suite

ASTRONOMIE

  • Écrit par 
  • James LEQUEUX
  •  • 11 308 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « Les origines de l’astronomie »  : […] Les plus anciennes civilisations sur lesquelles nous possédons des informations occupent, entre 5000 et 4000 ans avant J.-C., les plaines fertiles de Chine, des Indes, d'Égypte et de Mésopotamie, mais c'est probablement en cette dernière , sur les bords du Tigre et de l'Euphrate, que l'observation des astres tint le plus de place. Vers 3000 avant J.-C., les villes sumériennes du sud de la Mésopot […] Lire la suite

CARDAN JÉRÔME (1501-1576)

  • Écrit par 
  • Jean-Claude MARGOLIN
  •  • 1 962 mots

Dans le chapitre « De l'algèbre à l'astrologie »  : […] « Médecin milanais », comme il aime à se désigner lui-même sur la page de titre de ses œuvres imprimées, Cardan s'est pourtant assuré la réputation la plus durable dans le domaine des mathématiques, et notamment de l'algèbre. En 1539, il publie à Milan un ouvrage d'arithmétique, la Practica arithmeticè et mensurandi singularis (réimprimé à Nuremberg). Mais c'est surtout en 1545, avec son Ars mag […] Lire la suite

CECCO D'ASCOLI FRANCESCO STABILI dit (1269-1327)

  • Écrit par 
  • Raoul VANEIGEM
  •  • 443 mots

Astrologue, philosophe, compilateur scientifique, esprit universel et brouillon, Cecco d'Ascoli apparaît à bien des égards comme un personnage faustien. Tourmenté par des desseins sublimes, rongé par le ressentiment, envieux de l'art de Dante, audacieux et insolent, il semble illustrer, par une provocation constante, le caractère inexorable de la destinée, qui le conduira, pour sa part, au bûcher. […] Lire la suite

CHINOISE (CIVILISATION) - Sciences et techniques

  • Écrit par 
  • Jean-Claude MARTZLOFF
  •  • 6 597 mots

Dans le chapitre « Astronomie »  : […] L'astronomie ( tianwen ) constitue un ensemble de spéculations et de pratiques tournées vers l'utilisation des phénomènes célestes à des fins politiques. Les astronomes-astrologues-calendéristes ( chouren ) étaient des fonctionnaires affectés au bureau d'Astronomie (significativement, la nomenclature chinoise des étoiles et constellations s'inspire bien plus de la terminologie administrative que d […] Lire la suite

CIEL SYMBOLISME DU

  • Écrit par 
  • Gilbert DURAND
  •  • 2 865 mots

Dans le chapitre « L'harmonie des contraires »  : […] Toutefois un autre symbolisme vient se greffer sur l'archétype diurne du Ciel. Car le Ciel peut aussi être nocturne. Bien mieux, il est la scène dramatique par excellence où se succèdent les contraires, où s'affrontent les phases, où se jouent les ascensions astrales comme les déclins. Sans insister ici sur le symbolisme spécifique de la Lune, il nous faut indiquer cependant que c'est bien elle q […] Lire la suite

DIVINATION

  • Écrit par 
  • René ALLEAU
  •  • 6 942 mots

Dans le chapitre « Le thème de naissance »  : […] L'histoire de cette science traditionnelle a été exposée dans l'article astrologie . Il convient de traiter ici brièvement de ses techniques divinatoires qui se sont développées en Mésopotamie longtemps après celles de l'extispicine. Elles comportent plusieurs opérations successives : la première consiste dans l'établissement du thème de naissance, appelé actuellement horoscope, qui représente l […] Lire la suite

FIRMICUS MATERNUS JULIUS (IVe s.)

  • Écrit par 
  • Élizabeth BINE
  •  • 384 mots

Prosateur chrétien dont nous connaissons deux ouvrages de caractère tout à fait différent : un manuel d'astrologie ( Matheseos libri VIII ) et un traité particulièrement violent « sur l'erreur des religions profanes » ( De errore profanarum religionum ). S'agit-il dans les deux cas du même Firmicus ? Tout le laisse supposer. En effet, les deux ouvrages sont pour ainsi dire contemporains, le premie […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jacques HALBRONN, « ASTROLOGIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 novembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/astrologie/