ASTROLOGIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Marginalisation et objectivation

Il est de fait que l'astrologie va peu à peu disparaître des traités de médecine, de météorologie et d'agriculture, et se replier sur elle-même, mais pas assez vite pour pouvoir assumer son autonomie. On passe ainsi, par exemple, d'une médecine faisant appel à l'astrologie, à l'astrologie médicale, dépendant de la médecine. Contestée par Pic de La Mirandole dès la fin du xve siècle, l'astrologie ne fournit plus de modèle aux autres disciplines ; elle se mue en un artisanat qui fait flèche de tout bois.

Cependant, sous Louis XIV encore, le médecin Jean-Baptiste Damascène affirme que le statut scientifique de la médecine passe par l'astrologie. L'astrologie restait alors au cœur de polémiques variées : peut-il y avoir science du vivant ou science humaine sans astrologie ? disent les uns ; l'astrologie n'est-elle pas un simple discours analogique qui prend ses désirs pour des réalités ? répliquent les autres.

Dans un premier temps, la révolution copernicienne n'a guère affecté l'astrologie. Les découvertes astronomiques du xviie siècle furent nombreuses : on apprenait que Jupiter avait des satellites, que le Soleil avait des taches. Les voyages océaniques permettaient de compléter la carte du ciel et d'ajouter de nouvelles constellations aux quarante-huit traditionnelles. Si l'astrologie perdit alors définitivement son ancien crédit, ce qu'atteste son absence parmi les disciplines reconnues par l'Académie royale des sciences, il convient de faire justice du mythe selon lequel Colbert, le fondateur en 1666 de cette compagnie, serait responsable de cette exclusion, par on ne sait quel édit. Ce dernier a, au contraire, pu accorder sa faveur à l'astrologie : il patronnera auprès de l'Académie l'astrologue Jacques de Graindorge, dont une partie du traité est reproduite dans les procès-verbaux de 1669.

Le dernier tiers du xviie siècle verra l'astrologie française se battre pour préserver ses privilèges. En 1661 était parue l'Astrologia Gallica de Jean- [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 20 pages

Écrit par :

  • : docteur de troisième cycle en études orientales, directeur de la Bibliotheca Astrologica

Classification

Autres références

«  ASTROLOGIE  » est également traité dans :

ABRAHAM IBN EZRA (1089-1164)

  • Écrit par 
  • Gabrielle SED-RAJNA
  •  • 815 mots

Commentateur, grammairien, philosophe et astronome, Abraham ibn Ezra, né à Tudela, est l'une des plus grandes figures de la pensée juive du Moyen Âge. Sa carrière se divise en deux périodes bien distinctes. Pendant la première, jusqu'en 1140, il vit en Espagne, où des liens d'amitié le lient à Juda Halévi, dont il épouse la fille. Des cinq fils issus de cette union, un seul, Isaac, est connu. Selo […] Lire la suite

ALBUMASAR, arabe DJA‘FAR BEN MUḤAMMAD BEN ‘UMAR AL-BALKHĪ ABŪ MA‘SHAR (787-886)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 174 mots

L'un des principaux astronomes et astrologues du monde musulman, Abū Ma‘shar, plus connu sous le nom de Albumasar, soutenait que le monde a été créé lorsque les sept planètes étaient en conjonction dans le premier degré du Bélier, et prendrait fin quand cette même conjonction se reproduirait dans le dernier degré des Poissons. En tant qu'astrologue, Albumasar a joui d'une renommée considérable, ta […] Lire la suite

ASTRE ou OBJET CÉLESTE

  • Écrit par 
  • Marc LACHIÈZE-REY
  •  • 1 245 mots

Le nom d'« astre » s'applique à tout corps céleste. Pour l'astronome de l'Antiquité, il désignait l'une des quelques milliers d'étoiles suffisamment brillantes pour être visibles à l'œil nu ou l'une des sept planètes (du grec planêtes [ asteres ], « astres errants »), dites aussi « promeneuses du ciel », alors connues : Mercure, Vénus, Mars, Jupiter et Saturne ; la Lune, « Astre de la Nuit », […] Lire la suite

ASTRONOMIE

  • Écrit par 
  • James LEQUEUX
  •  • 11 308 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « Les origines de l’astronomie »  : […] Les plus anciennes civilisations sur lesquelles nous possédons des informations occupent, entre 5000 et 4000 ans avant J.-C., les plaines fertiles de Chine, des Indes, d'Égypte et de Mésopotamie, mais c'est probablement en cette dernière , sur les bords du Tigre et de l'Euphrate, que l'observation des astres tint le plus de place. Vers 3000 avant J.-C., les villes sumériennes du sud de la Mésopot […] Lire la suite

CARDAN JÉRÔME (1501-1576)

  • Écrit par 
  • Jean-Claude MARGOLIN
  •  • 1 962 mots

Dans le chapitre « De l'algèbre à l'astrologie »  : […] « Médecin milanais », comme il aime à se désigner lui-même sur la page de titre de ses œuvres imprimées, Cardan s'est pourtant assuré la réputation la plus durable dans le domaine des mathématiques, et notamment de l'algèbre. En 1539, il publie à Milan un ouvrage d'arithmétique, la Practica arithmeticè et mensurandi singularis (réimprimé à Nuremberg). Mais c'est surtout en 1545, avec son Ars mag […] Lire la suite

CECCO D'ASCOLI FRANCESCO STABILI dit (1269-1327)

  • Écrit par 
  • Raoul VANEIGEM
  •  • 443 mots

Astrologue, philosophe, compilateur scientifique, esprit universel et brouillon, Cecco d'Ascoli apparaît à bien des égards comme un personnage faustien. Tourmenté par des desseins sublimes, rongé par le ressentiment, envieux de l'art de Dante, audacieux et insolent, il semble illustrer, par une provocation constante, le caractère inexorable de la destinée, qui le conduira, pour sa part, au bûcher. […] Lire la suite

CHINOISE (CIVILISATION) - Sciences et techniques

  • Écrit par 
  • Jean-Claude MARTZLOFF
  •  • 6 597 mots

Dans le chapitre « Astronomie »  : […] L'astronomie ( tianwen ) constitue un ensemble de spéculations et de pratiques tournées vers l'utilisation des phénomènes célestes à des fins politiques. Les astronomes-astrologues-calendéristes ( chouren ) étaient des fonctionnaires affectés au bureau d'Astronomie (significativement, la nomenclature chinoise des étoiles et constellations s'inspire bien plus de la terminologie administrative que d […] Lire la suite

CIEL SYMBOLISME DU

  • Écrit par 
  • Gilbert DURAND
  •  • 2 865 mots

Dans le chapitre « L'harmonie des contraires »  : […] Toutefois un autre symbolisme vient se greffer sur l'archétype diurne du Ciel. Car le Ciel peut aussi être nocturne. Bien mieux, il est la scène dramatique par excellence où se succèdent les contraires, où s'affrontent les phases, où se jouent les ascensions astrales comme les déclins. Sans insister ici sur le symbolisme spécifique de la Lune, il nous faut indiquer cependant que c'est bien elle q […] Lire la suite

DIVINATION

  • Écrit par 
  • René ALLEAU
  •  • 6 942 mots

Dans le chapitre « Le thème de naissance »  : […] L'histoire de cette science traditionnelle a été exposée dans l'article astrologie . Il convient de traiter ici brièvement de ses techniques divinatoires qui se sont développées en Mésopotamie longtemps après celles de l'extispicine. Elles comportent plusieurs opérations successives : la première consiste dans l'établissement du thème de naissance, appelé actuellement horoscope, qui représente l […] Lire la suite

FIRMICUS MATERNUS JULIUS (IVe s.)

  • Écrit par 
  • Élizabeth BINE
  •  • 384 mots

Prosateur chrétien dont nous connaissons deux ouvrages de caractère tout à fait différent : un manuel d'astrologie ( Matheseos libri VIII ) et un traité particulièrement violent « sur l'erreur des religions profanes » ( De errore profanarum religionum ). S'agit-il dans les deux cas du même Firmicus ? Tout le laisse supposer. En effet, les deux ouvrages sont pour ainsi dire contemporains, le premie […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jacques HALBRONN, « ASTROLOGIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 février 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/astrologie/