ASTROLOGIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Syncrétisme et exégèse

Pour mettre en perspective la littérature astrologique, il importe de se demander ce qu'elle a à cacher, ce qui se dissimule derrière des constructions bien polies : on appréciera dès lors le talent de l'exégète à évacuer les apories structurelles ou contextuelles. Une nouvelle conception de l'histoire des textes astrologiques se fait jour : l'étude et la comparaison des gloses construites autour des articulations les plus fragiles du discours astrologique. L'historien doit mettre au jour un discours apologétique masqué, le plus souvent, sous la forme d'un « simple » exposé des règles de l'astrologie, dévoiler les impropriétés symboliques et les rapprochements destinés à atténuer les solutions de continuité (à commencer par l'intégration de nouvelles planètes) requises pour introduire de nouveaux réseaux conceptuels.

L'Aigle et le Scorpion

Il apparaît ainsi que le Scorpion n'a pas été initialement inscrit dans le schéma astrologique. Il fut mis en place à un stade antérieur en tant que constellation et, d'ailleurs, la disposition des étoiles évoque assez bien cet animal, et notamment sa queue venimeuse. Deux signes auraient dû le remplacer : la Balance et l'Aigle. Pour ce qui est de l'Aigle, les astrologues ne purent aboutir, en raison de l'habitude bien ancrée de désigner cette région du ciel sous le nom de Scorpion. Au contraire, c'est le Scorpion qui va s'intégrer au symbolisme astrologique et évincer l'Aigle. Nous avons là une expression intéressante du conflit astrologie-astronomie, tout comme les nouveaux astres, dont la nomination revient aux astronomes (ainsi Uranus, qui est, en mythologie, le père de Saturne), vont s'insérer dans le discours astrologique.

Le rapport planète-signe avant Ptolémée

Les luminaires ont certainement constitué le noyau d'un premier stade astrologique. Ce n'est que dans un deuxième temps qu'on a élaboré une astrologie incluant des astres moins présents. Or il nous apparaît que, dans l'arsenal astrologique, cette dualité n'a jamais tout à fait disparu, et que la Lune fa [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 20 pages


Écrit par :

  • : docteur de troisième cycle en études orientales, directeur de la Bibliotheca Astrologica

Classification


Autres références

«  ASTROLOGIE  » est également traité dans :

ABRAHAM IBN EZRA (1089-1164)

  • Écrit par 
  • Gabrielle SED-RAJNA
  •  • 815 mots

Commentateur, grammairien, philosophe et astronome, Abraham ibn Ezra, né à Tudela, est l'une des plus grandes figures de la pensée juive du Moyen Âge. Sa carrière se divise en deux périodes bien distinctes. Pendant la première, jusqu'en 1140, il vit en Espagne, où des liens d'amitié le lient à Juda Halévi, dont il épouse la fille. Des cinq fils issus de cette union, un seul, Isaac, est connu. Selo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/abraham-ibn-ezra/#i_397

ALBUMASAR, arabe DJA‘FAR BEN MUḤAMMAD BEN ‘UMAR AL-BALKHĪ ABŪ MA‘SHAR (787-886)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 174 mots

L'un des principaux astronomes et astrologues du monde musulman, Abū Ma‘shar, plus connu sous le nom de Albumasar, soutenait que le monde a été créé lorsque les sept planètes étaient en conjonction dans le premier degré du Bélier, et prendrait fin quand cette même conjonction se reproduirait dans le dernier degré des Poissons. En tant qu'astrologue, Albumasar a joui d'une renommée considérable, ta […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/albumasar-arabe-dja-far-ben-muhammad-ben-umar-al-balkhi-abu-ma-shar/#i_397

ASTRE ou OBJET CÉLESTE

  • Écrit par 
  • Marc LACHIÈZE-REY
  •  • 1 245 mots

Le nom d'« astre » s'applique à tout corps céleste. Pour l'astronome de l'Antiquité, il désignait l'une des quelques milliers d'étoiles suffisamment brillantes pour être visibles à l'œil nu ou l'une des sept planètes (du grec planêtes [ asteres ], « astres errants »), dites aussi « promeneuses du ciel », alors connues : Mercure, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/astre-astronomie/#i_397

ASTRONOMIE

  • Écrit par 
  • James LEQUEUX
  •  • 11 308 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « Les origines de l’astronomie »  : […] Les plus anciennes civilisations sur lesquelles nous possédons des informations occupent, entre 5000 et 4000 ans avant J.-C., les plaines fertiles de Chine, des Indes, d'Égypte et de Mésopotamie, mais c'est probablement en cette dernière , sur les bords du Tigre et de l'Euphrate, que l'observation des astres tint le plus de place. Vers 3000 avant J.-C., les villes sumériennes du sud de la Mésopot […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/astronomie/#i_397

CARDAN JÉRÔME (1501-1576)

  • Écrit par 
  • Jean-Claude MARGOLIN
  •  • 1 962 mots

Dans le chapitre « De l'algèbre à l'astrologie »  : […] « Médecin milanais », comme il aime à se désigner lui-même sur la page de titre de ses œuvres imprimées, Cardan s'est pourtant assuré la réputation la plus durable dans le domaine des mathématiques, et notamment de l'algèbre. En 1539, il publie à Milan un ouvrage d'arithmétique, la Practica arithmeticè et mensurandi singularis (réimprimé à Nuremberg). Mais c'est surtout en 1 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jerome-cardan/#i_397

CECCO D'ASCOLI FRANCESCO STABILI dit (1269-1327)

  • Écrit par 
  • Raoul VANEIGEM
  •  • 443 mots

Astrologue, philosophe, compilateur scientifique, esprit universel et brouillon, Cecco d'Ascoli apparaît à bien des égards comme un personnage faustien. Tourmenté par des desseins sublimes, rongé par le ressentiment, envieux de l'art de Dante, audacieux et insolent, il semble illustrer, par une provocation constante, le caractère inexorable de la destinée, qui le conduira, pour sa part, au bûcher. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cecco-d-ascoli/#i_397

CHINOISE (CIVILISATION) - Sciences et techniques

  • Écrit par 
  • Jean-Claude MARTZLOFF
  •  • 6 597 mots

Dans le chapitre « Astronomie »  : […] L'astronomie ( tianwen ) constitue un ensemble de spéculations et de pratiques tournées vers l'utilisation des phénomènes célestes à des fins politiques. Les astronomes-astrologues-calendéristes ( chouren ) étaient des fonctionnaires affectés au bureau d'Astronomie (significativement, la nomenclature chinoise des étoiles et constellations s'inspire bien […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chinoise-civilisation-sciences-et-techniques/#i_397

CIEL SYMBOLISME DU

  • Écrit par 
  • Gilbert DURAND
  •  • 2 865 mots

Dans le chapitre « L'harmonie des contraires »  : […] Toutefois un autre symbolisme vient se greffer sur l'archétype diurne du Ciel. Car le Ciel peut aussi être nocturne. Bien mieux, il est la scène dramatique par excellence où se succèdent les contraires, où s'affrontent les phases, où se jouent les ascensions astrales comme les déclins. Sans insister ici sur le symbolisme spécifique de la Lune, il nous faut indiquer cependant que c'est bien elle q […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/symbolisme-du-ciel/#i_397

DIVINATION

  • Écrit par 
  • René ALLEAU
  •  • 6 942 mots

Dans le chapitre « Le thème de naissance »  : […] L'histoire de cette science traditionnelle a été exposée dans l'article astrologie . Il convient de traiter ici brièvement de ses techniques divinatoires qui se sont développées en Mésopotamie longtemps après celles de l'extispicine. Elles comportent plusieurs opérations successives : la première consiste dans l'établissement du thème de naissance, appelé actuellement h […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/divination/#i_397

FIRMICUS MATERNUS JULIUS (IVe s.)

  • Écrit par 
  • Élizabeth BINE
  •  • 384 mots

Prosateur chrétien dont nous connaissons deux ouvrages de caractère tout à fait différent : un manuel d'astrologie ( Matheseos libri VIII ) et un traité particulièrement violent « sur l'erreur des religions profanes » ( De errore profanarum religionum ). S'agit-il dans les deux cas du même Firmicus ? Tout le laisse supposer. En effet, les deux ouvrages s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/firmicus-maternus-julius/#i_397

GRÈCE ANTIQUE (Civilisation) - La religion grecque

  • Écrit par 
  • André-Jean FESTUGIÈRE, 
  • Pierre LÉVÊQUE
  •  • 20 051 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Vers une religion nouvelle »  : […] À partir de 430 environ, l'inquiétude étreint les consciences. D'une part, la réflexion des sophistes ruine la croyance traditionnelle aux dieux en menant à leurs limites le rationalisme et l'esprit de libre examen. Remettant en question tout ce qui n'était fondé que sur l'autorité du passé, ils exercent une influence profonde, bien visible si l'on compare Euripide à Sophocle et Thucydide à Hérod […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/grece-antique-civilisation-la-religion-grecque/#i_397

HERMÉTISME

  • Écrit par 
  • Sylvain MATTON
  •  • 4 997 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les traités astrologiques »  : […] Les astrologues de l'époque impériale se réfèrent fréquemment aux écrits d'Hermès, surtout, naturellement, à propos des apports égyptiens à l'astrologie, à savoir la doctrine des décans et les systèmes des lieux (τόποι) et des sorts (κλη̃ροι). Selon Firmicus Maternus, la révélation hermétique aurait été transmise par Asklépios et Anubis au légendaire roi et prophète Néchepso et à son collaborateu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hermetisme/#i_397

HOROSCOPE

  • Écrit par 
  • Jacques MAÎTRE
  •  • 3 283 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La presse et l'astrologie »  : […] À la fin du xix e  siècle, l'astrologie avait presque totalement disparu en France ; elle ne redémarra par la suite que sous la forme discrète d'ouvrages, puis de périodiques spécialisés, dont la diffusion se limitait à des cercles sensibilisés à l'occultisme. Il aura fallu la rubrique d'horoscope dans les journaux pour que la population soit mas […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/horoscope/#i_397

IHWĀN AL-ṢAFĀ' (Frères de la pureté)

  • Écrit par 
  • Yves MARQUET
  •  • 1 383 mots

Dans le chapitre « Évolution psychique et prophétie »  : […] Les astres conditionnent l'individu dès la conception. À la naissance, le corps est virtuellement formé, et le psychisme aussi, y compris la prédisposition à un métier ou même à une future activité de prophète. Ce conditionnement astral se poursuivra toute la vie. Mais dès que l'âme parlante se manifeste, à quatre ans, celle-ci est prise en charge par le prophète ou par l'imam qui, seul, avec ses […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ihwan-al-safa/#i_397

INDE (Arts et culture) - Les sciences

  • Écrit par 
  • Francis ZIMMERMANN
  •  • 14 263 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Astronomes et astrologues »  : […] Les textes que nous ont laissés les successeurs d'Āryabhaṭa sont l'œuvre moins d'astronomes que de compilateurs et de calculateurs. Ils analysent les révolutions du Soleil, de la Lune et des cinq planètes connues (Mercure, Vénus, Mars, Jupiter et Saturne) autour du globe terrestre immobile. Ils ont développé les sciences annexes de l'astronomie, et en particulier l' astrologie appliquée aux prévis […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/inde-arts-et-culture-les-sciences/#i_397

INDE (Arts et culture) - Les mathématiques

  • Écrit par 
  • Agathe KELLER
  •  • 5 558 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La numération positionnelle décimale, une invention du sous-continent indien? »  : […] L’un des enjeux de l’histoire des mathématiques du sous-continent, et qui a intrigué à partir de la fin du xviii e   siècle orientalistes et mathématiciens, concerne l’invention du système de numération positionnelle décimale, qui serait à l’origine de celui que nous utilisons aujourd’hui. Il faut distinguer ici ce que dis […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/inde/#i_397

ISLAM (La civilisation islamique) - Les mathématiques et les autres sciences

  • Écrit par 
  • Georges C. ANAWATI, 
  • Roshdi RASHED
  • , Universalis
  •  • 22 470 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'astrologie »  : […] À côté de l'astronomie, dont le caractère scientifique est sans cesse affirmé dans les classifications, apparaît une pseudo-science, l'astrologie, qui connut une très grande vogue au Moyen Âge comme dans l'Antiquité, mais se heurta à une vive opposition de la part des philosophes et des théologiens, et finalement fut condamnée par la religion comme incompatible avec elle. Cette discipline repose f […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/islam-la-civilisation-islamique-les-mathematiques-et-les-autres-sciences/#i_397

L'INVENTION DE LA TABLE DE MORTALITÉ (J. Dupâquier) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Bernard VALADE
  •  • 1 391 mots

L'histoire des sciences sociales est désormais à la mode ; la préhistoire des disciplines dont elles sont formées l'est également. Le dernier livre de Jacques Dupâquier, L'Invention de la table de mortalité (PUF, 1996), le montre bien. Mais il n'est pas seulement une bonne illustration de cette curiosité nouvelle : en traitant de la progressive constitution, entre 1662 et 17 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-invention-de-la-table-de-mortalite/#i_397

NOSTRADAMUS MICHEL DE NOSTRE-DAME dit (1503-1566)

  • Écrit par 
  • Gilbert GIANNONI
  •  • 876 mots

« Michel de Nostredame naquit à la ville de Saint-Rémy, presque sur les abois de l'an, de Jacques (Jaume) et de Renée de Saint-Rémy... » En cela, César, fils aîné de Michel de Nostredame, est exact. Il l'est moins quand, au fil de son Histoire et chronique de Provence (1614), il gomme de sa généalogie toute ascendance juive. De l'aïeul Gassonet, commerçant en Avignon, qui, e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nostradamus/#i_397

PHYSIOGNOMONIE

  • Écrit par 
  • Anne-Marie LECOQ
  •  • 8 003 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « D'Aristote à Lavater »  : […] Le texte fondateur de la physiognomonie, les Physiognomonica , fut longtemps attribué à Aristote lui-même et appartient sans doute à son école. Plus tard, trois autres auteurs y puisèrent tout en le complétant : le sophiste grec Polémon ( ii e  s. apr. J.-C.), un anonyme latin parfois identifié à Apulée ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/physiognomonie/#i_397

PIC DE LA MIRANDOLE (1463-1494)

  • Écrit par 
  • Jean-Claude MARGOLIN
  •  • 4 887 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Philosophie naturelle et critique de l'astrologie »  : […] La métaphysique et la théologie – mieux vaudrait dire, d'après ce qu'on a vu, la philosophie spéculative – occupant la première place, la philosophie naturelle n'aura droit qu'à la seconde. Mais plus intéressante que le contenu de cette philosophie de la nature est la conception typique que le penseur italien se fait de la nature, car elle a déterminé dans l'histoire des idées, et d'abord dans l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pic-de-la-mirandole/#i_397

TRIGONE, astronomie

  • Écrit par 
  • Jean-Marc BRISSAUD
  •  • 152 mots

On appelle « trigone des signes » un ensemble de plusieurs droites convergentes. L'une est la trace du plan de l'équateur, une autre est la ligne des pôles, enfin trois autres forment avec la ligne des pôles des angles de 23 0  27′, 11 0  29′ et 20 0  10′. Ce sont […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/trigone-astronomie/#i_397

ZODIAQUE

  • Écrit par 
  • André BRISSAUD
  •  • 475 mots

Depuis longtemps les observateurs du ciel ont remarqué que les planètes visibles à l'œil nu ne s'écartent jamais de la route du Soleil sur la sphère céleste, ou écliptique. Leur écartement de ce grand cercle de la sphère ne dépasse jamais 8 0 30′, soit au nord, soit au sud. On peut donc délimiter dans le ciel une bande de 17 0 de largeur faisant […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/zodiaque/#i_397

Voir aussi

Pour citer l’article

Jacques HALBRONN, « ASTROLOGIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/astrologie/