PSAUMES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les Psaumes sont surtout connus en Occident comme des pièces chantées ou « psalmodiées » dans les églises et les monastères. On sait aussi qu'ils tiennent une place importante dans la liturgie de la synagogue juive. Ces morceaux rythmés de lyrique religieuse sont pris dans un recueil dit Livre des Psaumes qui se trouve en tête de la troisième partie de la Bible hébraïque, après la Loi et les Prophètes. Ce séfér tehillîm serait plus exactement traduit par « livre des louanges ». Le mot psaume vient du grec : on traduisit par psalma l'hébreu mizmôr qui servait de titre propre à nombre de ces louanges. Les psaumes paraissent avoir été chantés avec accompagnement d'un instrument à cordes, lyre ou cithare.

Structure et caractéristique du psautier

Le Livre des Psaumes comprend cent cinquante morceaux répartis en cinq recueils de dimensions inégales. La numérotation varie selon qu'on suit la tradition juive, conservée à travers le Moyen Âge, ou la tradition chrétienne, laquelle dépend de la traduction grecque dite des Septante, exécutée probablement au iie siècle avant J.-C. ; c'est la première que l'on adoptera ici. Mais tel Psaume, par exemple IX-X, actuellement dédoublé, forme visiblement une unité, car chaque verset commence par une lettre différente de l'alphabet, et ces lettres se suivent d'après l'ordre alphabétique sans rupture entre IX et X. D'autres Psaumes, au contraire, ne possèdent que l'unité artificielle mais intentionnelle de pièces diverses dont les vers n'ont pas le même rythme (XIX, 2-7 et 8-15).

Il y a déjà là un indice témoignant que l'actuel Livre des Psaumes, ou psautier, n'est pas né en une fois ; il est le résultat d'un long processus dépendant de la liturgie, de l'histoire et de la piété en Israël. On trouve, en dehors du psautier, certaines pièces analogues, tels les cantiques dits de Moïse, d'Anne et d'Ézéchias. Le Livre des Chroniques contient (I, xvi) un véritable psaume composé avec des éléments pris aux Psaumes CV, XCVI et CVI. Il existe aussi des collections extrabibliques non canoniques, comme les Psaumes de Salomon et les hymnes (hôdayôt) découverts à Qumrān près de la mer Morte. On a même découvert en cet endroit un recueil du ier siècle qui comprend des Psaumes canoniques groupés dans un ordre différent de celui de la Bible et mêlés à d'autres cantiques bibliques ou extrabibliques. Dans le psautier lui-même, on trouve parfois deux éditions légèrement différentes du même Psaume (par exemple, XIV et LIII).

Comme d'autres morceaux littéraires, inlassablement repris de génération en génération, les Psaumes ont subi la marque du temps, soit par additions, soit par usure. Le texte du psautier est un des plus difficiles de la Bible, si du moins l'on veut en rendre le détail. Tel archaïsme, vestige d'un passé prébiblique, subsiste à côté de transformations et d'adaptations notables de fond et de forme.

Nombre de Psaumes sont pourvus d'un titre, voire de titres qui peuvent devenir de véritables notices (par exemple, VII, LI, LIV). Ces titres n'étaient déjà plus compris lorsque fut effectuée la traduction grecque, et leur sens reste discuté par les spécialistes : ainsi, le « de David », qu'il vaudrait probablement mieux traduire par « à David » ou « sur David ». Ces titres indiquaient parfois la collection à laquelle ils appartenaient : « à Asaph » ou « aux fils de Coré » – lévites chanteurs du Temple –, ou encore « au maître de chant » ( ?). D'autres sont des notations poétiques, mais plus souvent des notations musicales (flûtes, instruments à cordes, octave), indiquant même la mélodie populaire à laquelle se référer. Certains titres enfin signalent le genre de la pièce (cantique, lamentation, supplication) ou son usage liturgique (sabbat). Les psaumes se composaient souvent de strophes, séparées parfois par un mystérieux séla où les traducteurs grecs semblent avoir vu l'indication d'un intermède musical.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

  • : ecclésiastique, ancien directeur à l'École pratique des hautes études

Classification

Autres références

«  PSAUMES  » est également traité dans :

CHORAL

  • Écrit par 
  • Jacques CHAILLEY
  •  • 2 554 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Développement du choral hors de l'Église luthérienne »  : […] En France, ainsi qu'on l'a vu, le psaume devient l'analogue du choral, sans en avoir pourtant la valeur liturgique. Contrairement à Luther, en effet, Calvin n'était pas partisan des cérémonies liturgiques, mais des réunions de prières. Le psaume n'a donc pas le développement formel et organistique du choral ; tout au plus est-il harmonisé en vue des réunions pieuses, principalement par Loys Bourg […] Lire la suite

DAVID (env. 1000 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Gérard NAHON
  •  • 1 816 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « David dans la tradition islamique »  : […] Maintes surates du Coran traitent de David, transcrivant certaines traditions non recueillies par les sources écrites juives (ainsi l'invention par David de la cotte de mailles, les entretiens de David avec les anges, la division de la semaine en jours de prière, de jugement, de prédication, d'affaires, de jeûne...). Dans son livre Prairies d'or , Mas'ūdī évoque au Moyen Âge le miḥrāb Dā'ūd, l'ora […] Lire la suite

HEURES LIVRE D'

  • Écrit par 
  • Claude SCHAEFER
  •  • 915 mots
  •  • 1 média

Vers la fin du Moyen Âge se manifeste le besoin d'un livre rendant accessible aux laïcs certains éléments du bréviaire utilisé par les prêtres. D'après ce modèle liturgique s'est développé lentement pendant le xiv e  siècle un livre de dévotions privées qui reprend le rôle antérieur du psautier. Ces livres d'heures se sont surtout répandus en France, dans les Pays-Bas du Sud, en Angleterre et, plu […] Lire la suite

HYMNES ESSÉNIENS

  • Écrit par 
  • Jean HADOT
  •  • 768 mots

Parmi les manuscrits trouvés dans la grotte I de Qumrān figurait un recueil d'hymnes (en hébreu Hodayot , ce qu'on pourrait traduire par « actions de grâces »), rouleau en très mauvais état, dont on a réussi à reconstituer dix-huit colonnes et dont soixante-six fragments restent difficilement utilisables. Il semble que le rouleau ait été écrit par deux scribes hébreux. L'ensemble représente enviro […] Lire la suite

LE JEUNE CLAUDE ou CLAUDIN (1528 env.-1600)

  • Écrit par 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 801 mots

Le plus brillant musicien français du groupe lié à l'Académie de poésie et de musique que fonda Baïf ; surnommé « le phénix des musiciens », c'est un des grands noms de la musique de la Réforme en France, avec Goudimel, et son œuvre est la plus importante du répertoire français de la Renaissance. Ses premières compositions (quatre chansons) sont publiées à Louvain, chez Phalèse, en 1554 ; a-t-il r […] Lire la suite

POÉSIE DU SENTIMENT RELIGIEUX (XVIe et XVIIe s.)

  • Écrit par 
  • Marie-Madeleine FRAGONARD
  •  • 1 100 mots

La fréquentation des Écritures, les affrontements de la fin du xvi e siècle métamorphosent la notion même de littérature religieuse, en un temps où le religieux représente plus de la moitié des livres édités. Une littérature institutionnelle polémique, didactique, historique prend un essor inouï dans les deux Églises, catholique et protestante. Mais, hors de la littérature des Églises et comme so […] Lire la suite

RAVENSCROFT THOMAS (1582 env.-env. 1635)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 275 mots

Le compositeur et théoricien anglais Thomas Ravenscroft doit sa notoriété à ses chansons et à son recueil de psaumes mis en musique. Né vers 1582, probablement dans le Sussex, Thomas Ravenscroft obtient un diplôme de bachelor en musique à l'université de Cambridge, peut-être en 1605. De 1618 à 1622, il est maître de chapelle au Christ's Hospital de Londres. Son Whole Booke of Psalmes (1621), qui […] Lire la suite

RELIGIEUSE CHRÉTIENNE MUSIQUE

  • Écrit par 
  • Jacques PORTE, 
  • Edith WEBER
  •  • 6 049 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le psautier huguenot »  : […] Le psautier huguenot comporte principalement les paraphrases rimées et strophiques, en langue française, des Cent Cinquante Psaumes de David (Ancien Testament) mises en musique à une et plusieurs voix, au xvi e  siècle, à l'usage du culte calviniste (réformé) en France, en Alsace (à Strasbourg, lors du séjour de Jean Calvin, à partir de 1538 ; premier recueil à titre expérimental : 1539) et en […] Lire la suite

SALOMON LIVRES DITS DE

  • Écrit par 
  • André PAUL
  •  • 1 148 mots

Dans leur ensemble, les livres sapientiaux (Proverbes, Ecclésiaste, Sagesse et Cantique des cantiques) ont été attribués à Salomon. Fiction littéraire, artifice de pseudépigraphie, à la manière dont on avait attribué le Pentateuque à Moïse et les Psaumes à David. La réputation de sagesse dont fut auréolé Salomon en est la cause. On lit dans le I er livre des Rois : « Sa renommée s'étendait à tout […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

13 avril 1986 Italie. Visite du pape Jean-Paul II à la synagogue de Rome

psaumes et une minute de silence, cette visite historique consacre de manière spectaculaire la relance du dialogue judéochrétien. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Henri CAZELLES, « PSAUMES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/psaumes/