ART (L'art et son objet)Le faux en art

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La prolifération des faux

Objets d'art, sculpture et archéologie

L'élargissement du goût pour des objets de plus en plus nombreux et variés est favorisé, au xixe siècle, par le déclin des préjugés classiques : les époques oubliées sont progressivement réhabilitées par les courants révolutionnaires de la peinture et par les découvertes archéologiques. Cette extension croissante de l'amateurisme a pour conséquence un véritable foisonnement de falsifications. Chaque découverte, chaque mode nouvelle a pour corollaire une vague de faux. L'engouement pour le Moyen Âge fait naître un nombre considérable de faux ivoires, principalement gothiques, de meubles entièrement faux ou trafiqués, à quoi excellent, comme à la fabrication des meubles de style Renaissance, les remarquables ébénistes de la seconde moitié du siècle, période où l'ouverture des musées d'art décoratif fournit des modèles aux artisans. Les primitifs, ou « fonds d'or », font l'objet de nombreuses contrefaçons. Les pastiches de Cranach l'Ancien faits à l'époque romantique par l'Allemand Rohrich (1782-1834) sont très marqués par l'esprit de leur temps. Les faux du peintre italien Icilio Federico Joni, restaurateur de tableaux, sont plus habiles ; cet artiste a laissé des mémoires et imagina d'imiter les panneaux de reliure des registres d'impôt (Bicherna et Gabella) de la ville de Sienne. Sur l'un de ces panneaux (inédit), entré au musée du Louvre avec la donation Walter Gay, il reproduisit la fresque de Simone Martini représentant Guidoriccio da Fogliano au palais public de Sienne.

L'intérêt qui se manifesta dans les musées, à la suite des mouvements nazaréen et préraphaélite, pour les tableaux de la première Renaissance en provoqua la contrefaçon, principalement celle des portraits ; ces faux sont en général assez grossiers. Néanmoins, jusqu'à ces dernières années, on admira à la National Gallery de Washington une Madone de l'humilité, attribuée par Berenson à Masaccio, et qui aurait été fabriquée sur un panneau ancien par un trio de restaurateurs autrichiens.

La sculpture antique avait été connue sous la forme de marbres jusqu'au début du xixe siècle. Cependant, les fouilles de Grèce et d'Étrurie ayant révélé que la terre cuite avait été très utilisée dans l'Antiquité, les faussaires n'eurent garde de négliger, dès la fin du xixe siècle, une technique aussi facile à manier. La pièce la plus célèbre en ce genre est un sarcophage étrusque, acheté par le British Museum en 1873 ; c'est seulement en 1936 qu'il fut retiré des salles, quand il fut prouvé qu'il avait été modelé par les frères Pietro et Enrico Penelli. D'autres Italiens, Alfredo Fioravanti et les frères Riccardi, modelèrent les extravagants guerriers étrusques achetés en 1915, 1916 et 1921 par le Metropolitan Museum de New York ; c'est seulement en 1961 que le fils du célèbre faussaire Alceo Dossena (1878-1937) révéla comment son père avait réalisé la Diane, non moins étrusque, achetée en 1953 par le musée de Saint Louis (États-Unis). Cet artiste romain se montra extraordinairement habile dans la fabrication de sculptures, en marbre ou en terre cuite, pastiches de l'archaïsme grec, de l'art étrusque et de l'art de la Renaissance. Depuis toujours d'ailleurs, la remarquable dextérité de l'artisanat italien est un facteur redoutable de la contrefaçon dans le domaine de la sculpture ; sous le second Empire, le directeur du musée du Louvre, Nieuwerkerke, avait acheté un buste en terre cuite passant pour représenter l'humaniste G. Benevieni ; il était du modeleur Giovanni Bastianini, qui fit des dupes dans plusieurs grands musées. En 1937 encore, on découvrit en France dans un champ de navets une Vénus en marbre, qui troubla un moment le milieu des spécialistes ; elle était l'œuvre d'un sculpteur italien : Cremonese ; le nom de Vénus aux navets lui fut alors donné. Un trône de marbre « néo-attique », contrefaçon restée anonyme, fut acheté en 1911 par le musée de Boston ; son auteur s'était inspiré du fameux trône Ludovisi ; on a longtemps hésité à en prononcer le caractère apocryphe.

À la fin du xixe siècle, des fouilles exécutées dans le Bosphore cimmérien [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 11 pages

Écrit par :

  • : conservateur en chef au musée du Louvre, ancien élève de l'École normale supérieure, professeur à l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle

Classification

Autres références

«  ART  » est également traité dans :

ART (Aspects esthétiques) - Le beau

  • Écrit par 
  • Yves MICHAUD
  •  • 5 573 mots
  •  • 6 médias

Que ce soit en musique, dans les arts visuels, en littérature, au théâtre, l'art du xxe siècle – celui que nous considérons comme « moderne » – se montra agressif et provocant. Il a fait peu de cas de la beauté, au point que celle-ci devint parfois la marque des productions académiques.Nous constatons, à l'inver […] Lire la suite

ART (Aspects esthétiques) - La contemplation esthétique

  • Écrit par 
  • Didier DELEULE
  •  • 3 639 mots

La fortune philosophique de la notion de catharsis est liée essentiellement à une phrase de la Poétique d'Aristote : « La tragédie est l'imitation d'une action de caractère élevé et complète, d'une certaine étendue, dans un langage relevé d'assaisonnements d'une espèce particulière suivant les diverses parties, imitat […] Lire la suite

ART (Le discours sur l'art) - L'histoire de l'art

  • Écrit par 
  • André CHASTEL
  •  • 4 730 mots

Comme toute histoire, l'histoire de l'art a commencé par la Fable. Dans la plupart des civilisations, un mythe expose l'origine des techniques et des formes traditionnelles : dans le monde grec, le récit de Dédale sert d'introduction à toute l'architecture, celui de Pygmalion aux pouvoirs de la sculpture. À ces fables antiques, on peut rattacher une tendance encore vivace durant tout le Moyen Âge, […] Lire la suite

ART (Le discours sur l'art) - Iconologie

  • Écrit par 
  • Jan BIALOSTOCKI
  •  • 4 344 mots

Du xvie au xixe siècle on entend par iconologie la « science des images » qui donne des règles pour la représentation figurée des idées abstraites et morales. L'œuvre fondamentale qui a introduit ce concept est le livre de Cesare Ripa : Iconologia, […] Lire la suite

ART (Le discours sur l'art) - Sémiologie de l'art

  • Écrit par 
  • Louis MARIN
  •  • 3 561 mots

Une sémiologie de l'art engage son existence et la nature de ses fondements dans sa prétention à la scientificité : dans la mesure où elle est langage de quelque chose (du visible) qui n'est peut-être pas langage, ou, en tout cas, qui l'est autrement ; dans la mesure aussi où elle est langage sur ce qui doit nécessa […] Lire la suite

ART (L'art et son objet) - L'œuvre

  • Écrit par 
  • Thierry DUFRÊNE
  •  • 2 297 mots
  •  • 4 médias

Parler d'œuvre aujourd'hui ne va pas sans difficulté. Certes, les œuvres d'art sont là : le Tadj Mahall, la tour Eiffel, la Vue de Delft par Vermeer, Guernica de Picasso, L'Homme qui marche de Giacometti, incontestables, objectives, plus sûrs témoins du passé que les actions des hommes ou leurs paroles, qui, elles, ont besoin de la mémoir […] Lire la suite

ART (L'art et son objet) - L'anonymat dans l'art

  • Écrit par 
  • Jean-René GABORIT
  •  • 1 099 mots
  •  • 4 médias

Un grand nombre d'œuvres d'art comportent une indication plus ou moins développée, explicite et visible qui permet d'en identifier l'auteur. Cette indication peut prendre la forme d'une signature, d'un monogramme, d'une inscription, parfois d'un cachet, d'une estampille, d'un poinçon ou d'une marque, plus exceptionnellement d'un signe conventionnel ou symboli […] Lire la suite

ART (L'art et son objet) - La signature des œuvres d'art

  • Écrit par 
  • Marie-José MONDZAIN-BAUDINET
  •  • 1 043 mots
  •  • 1 média

Avec le titre et la dédicace, la signature est l'un des « textes » fondamentaux qui encadrent l'œuvre et la présentent au spectateur. Elle ancre l'objet dans l'histoire individuelle aussi bien que collective et, par conséquent, elle est un repère non arbitraire pour la fondation du jugement esthétique. Cependant, la signature occupe une situation singuliè […] Lire la suite

ART (L'art et son objet) - L'attribution

  • Écrit par 
  • Enrico CASTELNUOVO
  •  • 6 556 mots
  •  • 1 média

Rapport toujours variable entre le présent et le passé, l'attribution est l'opération typique de l'historien de l'art, elle traduit ses réactions devant le texte, elle est jugement historique effectif. Réduite à ses termes essentiels, elle consiste dans le fait d'assigner, d'« attribuer » la paternité d'une œuvre anonyme à un artiste déterminé. Ses résultats varient évidemment selon les idées que […] Lire la suite

ART (L'art et son objet) - La reproduction en art

  • Écrit par 
  • Denys RIOUT
  •  • 2 030 mots
  •  • 4 médias

Tributaire de l'évolution des techniques et des mentalités, la notion de « reproduction », en art, implique une ressemblance entre deux objets, mais elle ne requiert pas leur similitude. Il existe en effet plusieurs sortes de reproductions. Les copies et les répliques de peintures ou les moulages de sculptures diffèrent peu de leurs modèles, tandis que les gravures ou les photographies ne peuvent […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Germain BAZIN, « ART (L'art et son objet) - Le faux en art », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/art-l-art-et-son-objet-le-faux-en-art/