Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ART (L'art et son objet) Le faux en art

La prolifération des faux

Objets d'art, sculpture et archéologie

L'élargissement du goût pour des objets de plus en plus nombreux et variés est favorisé, au xixe siècle, par le déclin des préjugés classiques : les époques oubliées sont progressivement réhabilitées par les courants révolutionnaires de la peinture et par les découvertes archéologiques. Cette extension croissante de l'amateurisme a pour conséquence un véritable foisonnement de falsifications. Chaque découverte, chaque mode nouvelle a pour corollaire une vague de faux. L'engouement pour le Moyen Âge fait naître un nombre considérable de faux ivoires, principalement gothiques, de meubles entièrement faux ou trafiqués, à quoi excellent, comme à la fabrication des meubles de style Renaissance, les remarquables ébénistes de la seconde moitié du siècle, période où l'ouverture des musées d'art décoratif fournit des modèles aux artisans. Les primitifs, ou « fonds d'or », font l'objet de nombreuses contrefaçons. Les pastiches de Cranach l'Ancien faits à l'époque romantique par l'Allemand Rohrich (1782-1834) sont très marqués par l'esprit de leur temps. Les faux du peintre italien Icilio Federico Joni, restaurateur de tableaux, sont plus habiles ; cet artiste a laissé des mémoires et imagina d'imiter les panneaux de reliure des registres d'impôt (Bicherna et Gabella) de la ville de Sienne. Sur l'un de ces panneaux (inédit), entré au musée du Louvre avec la donation Walter Gay, il reproduisit la fresque de Simone Martini représentant Guidoriccio da Fogliano au palais public de Sienne.

L'intérêt qui se manifesta dans les musées, à la suite des mouvements nazaréen et préraphaélite, pour les tableaux de la première Renaissance en provoqua la contrefaçon, principalement celle des portraits ; ces faux sont en général assez grossiers. Néanmoins, jusqu'à ces dernières années, on admira à la National Gallery de Washington une Madone de l'humilité, attribuée par Berenson à Masaccio, et qui aurait été fabriquée sur un panneau ancien par un trio de restaurateurs autrichiens.

La sculpture antique avait été connue sous la forme de marbres jusqu'au début du xixe siècle. Cependant, les fouilles de Grèce et d'Étrurie ayant révélé que la terre cuite avait été très utilisée dans l'Antiquité, les faussaires n'eurent garde de négliger, dès la fin du xixe siècle, une technique aussi facile à manier. La pièce la plus célèbre en ce genre est un sarcophage étrusque, acheté par le British Museum en 1873 ; c'est seulement en 1936 qu'il fut retiré des salles, quand il fut prouvé qu'il avait été modelé par les frères Pietro et Enrico Penelli. D'autres Italiens, Alfredo Fioravanti et les frères Riccardi, modelèrent les extravagants guerriers étrusques achetés en 1915, 1916 et 1921 par le Metropolitan Museum de New York ; c'est seulement en 1961 que le fils du célèbre faussaire Alceo Dossena (1878-1937) révéla comment son père avait réalisé la Diane, non moins étrusque, achetée en 1953 par le musée de Saint Louis (États-Unis). Cet artiste romain se montra extraordinairement habile dans la fabrication de sculptures, en marbre ou en terre cuite, pastiches de l'archaïsme grec, de l'art étrusque et de l'art de la Renaissance. Depuis toujours d'ailleurs, la remarquable dextérité de l'artisanat italien est un facteur redoutable de la contrefaçon dans le domaine de la sculpture ; sous le second Empire, le directeur du musée du Louvre, Nieuwerkerke, avait acheté un buste en terre cuite passant pour représenter l'humaniste G. Benevieni ; il était du modeleur Giovanni Bastianini, qui fit des dupes dans plusieurs grands musées. En 1937 encore, on découvrit en France dans un champ de navets une Vénus en marbre, qui troubla un moment[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : conservateur en chef au musée du Louvre, ancien élève de l'École normale supérieure, professeur à l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • ANTHROPOLOGIE DE L'ART

    • Écrit par Brigitte DERLON, Monique JEUDY-BALLINI
    • 3 610 mots
    • 1 média

    L’anthropologie de l’art désigne le domaine, au sein de l’anthropologie sociale et culturelle, qui se consacre principalement à l’étude des expressions plastiques et picturales. L’architecture, la danse, la musique, la littérature, le théâtre et le cinéma n’y sont abordés que marginalement,...

  • ART (notions de base)

    • Écrit par Philippe GRANAROLO
    • 3 282 mots

    Les liens qui ont longtemps uni l’art et la religion se sont-ils distendus au fil de l’histoire ? L’art s’est-il émancipé de la religion pour devenir une activité culturelle autonome ? Alain (1868-1951) se serait-il trompé en affirmant que « l’art et la religion ne sont pas deux choses,...

  • FINS DE L'ART (esthétique)

    • Écrit par Danièle COHN
    • 2 835 mots

    L'idée des fins de l'art a depuis plus d'un siècle et demi laissé la place à celle d'une fin de l'art. Or, à regarder l'art contemporain, il apparaît que la fin de l'art est aujourd'hui un motif exsangue, et la question de ses fins une urgence. Pourquoi, comment en est-on arrivé là ?

  • ŒUVRE D'ART

    • Écrit par Mikel DUFRENNE
    • 7 938 mots

    La réflexion du philosophe est sans cesse sollicitée par la notion d'œuvre. Nous vivons dans un monde peuplé des produits de l'homo faber. Mais la théologie s'interroge : ce monde et l'homme ne sont-ils pas eux-mêmes les produits d'une démiurgie transcendante ? Et l'homme anxieux d'un...

  • STRUCTURE & ART

    • Écrit par Hubert DAMISCH
    • 2 874 mots

    La métaphore architecturale occupe une place relativement insoupçonnée dans l'archéologie de la pensée structurale qu'elle aura fournie de modèles le plus souvent mécanistes, fondés sur la distinction, héritée de Viollet-le-Duc, entre la structure et la forme. La notion d'ordre, telle que l'impose la...

  • TECHNIQUE ET ART

    • Écrit par Marc LE BOT
    • 5 572 mots
    • 1 média

    La distinction entre art et technique n'est pas une donnée de nature. C'est un fait social : fait qui a valeur institutionnelle et dont l'événement dans l'histoire des idées est d'ailleurs relativement récent. C'est dire qu'on ne saurait non plus considérer cette distinction comme un pur fait de connaissance...

  • 1848 ET L'ART (expositions)

    • Écrit par Jean-François POIRIER
    • 1 189 mots

    Deux expositions qui se sont déroulées respectivement à Paris du 24 février au 31 mai 1998 au musée d'Orsay, 1848, La République et l'art vivant, et du 4 février au 30 mars 1998 à l'Assemblée nationale, Les Révolutions de 1848, l'Europe des images ont proposé une...

  • ACADÉMISME

    • Écrit par Gerald M. ACKERMAN
    • 3 543 mots
    • 2 médias

    Le terme « académisme » se rapporte aux attitudes et principes enseignés dans des écoles d'art dûment organisées, habituellement appelées académies de peinture, ainsi qu'aux œuvres d'art et jugements critiques, produits conformément à ces principes par des académiciens, c'est-à-dire...

  • ALCHIMIE

    • Écrit par René ALLEAU, Universalis
    • 13 642 mots
    • 2 médias
    ...phénomènes perçus par nos sens et par leurs instruments. Cette hypothèse peut sembler aventureuse. Pourtant, le simple bon sens suffit à la justifier. Tout art, en effet, s'il est génial, nous montre que le « beau est la splendeur du vrai » et que les structures « imaginales » existent éminemment puisqu'elles...
  • ARCHAÏQUE MENTALITÉ

    • Écrit par Jean CAZENEUVE
    • 7 048 mots
    ...le succès correspond peut-être à un besoin accru encore par les progrès de la pensée positive et pour ainsi dire en réaction contre elle. D'autre part, on peut trouver dans la vie artistique, sous toutes ses formes, la recherche d'une harmonie entre le subjectif et l'objectif, en même temps qu'un retour...
  • Afficher les 41 références

Voir aussi