NOUVELLE OBJECTIVITÉ

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Avec l'écrasement des tentatives révolutionnaires qui visaient à transformer radicalement les structures de la société impériale de Guillaume II, en 1918-1919, s'effondrent en Allemagne les aspirations humanistes sur lesquelles s'articulait le mouvement appelé « expressionniste ». Malgré les troubles politiques et l'inflation qui durent jusqu'en 1923, les corps administratifs de la nouvelle République allemande sont mis en place dès le vote de sa Constitution par les députés, convoqués dans la salle du théâtre de Weimar le 31 juillet 1919. Dans la désillusion, les velléités d'élaborer un « Homme nouveau » qui étaient inhérentes à l'expressionnisme, deviennent alors caduques. Une autre époque s'ouvre où le pragmatisme est appelé à se substituer aux rêveries idéalistes pour affronter le désastre social et moral consécutif à la défaite.

Dans Der Sturm, la revue qu'il dirige à Berlin depuis 1910 et qui s'est affirmée comme le porte-drapeau de l'expressionnisme, Herwarth Walden ne manque pas de fustiger cette ère de stabilité restaurée. Il la considère, en art, après les feux d'artifice du dadaïsme, comme aboutissant à un néo-classicisme, un néo-naturalisme, un « photographisme » sans innovation esthétique.

Un nouveau naturalisme ?

Historien d'art en charge des collections du musée municipal de Mannheim, Gustav Friedrich Hartlaub va jouer un rôle clé dans la reconnaissance publique de la nouvelle peinture figurative en Allemagne. En 1922, Paul Westheim, dans la revue dont il est le rédacteur en chef, Das Kunstblatt, lance une enquête auprès d'écrivains, d'artistes, de critiques, en posant la question de savoir si le mouvement artistique n'est pas en train de s'engager vers un « nouveau naturalisme ». Sollicité, Hartlaub prend position sans mâcher ses mots. Il estime que la récente avant-garde allemande est tombée dans un [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  NOUVELLE OBJECTIVITÉ  » est également traité dans :

BLOSSFELDT KARL (1865-1932)

  • Écrit par 
  • Jean-François POIRIER
  • , Universalis
  •  • 1 262 mots

Dans le chapitre « La philosophie de la nature »  : […] Karl Blossfeldt est le photographe par excellence des plantes et des fleurs. Ce qui en fait un artiste singulier, c'est que le choix de son sujet ne doit rien à un goût ou à une lubie mais qu'il résulte d'une pensée issue de la tradition philosophique allemande. C'est en Allemagne qu'est née la philosophie de la nature dont le plus illustre représentant est Friedrich Wilhelm Joseph von Schelling […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/karl-blossfeldt/#i_84110

DIX OTTO (1891-1969)

  • Écrit par 
  • Lionel RICHARD
  •  • 1 784 mots

Dans le chapitre « Un réalisme critique »  : […] Mais la provocation n'a qu'un temps. Otto Dix amorce une autre étape. Il évolue vers une représentation de la vie dans sa « vérité », vers « l'ordre froid » d'une Nouvelle Objectivité, plus spécifiquement vers le réalisme incisif du « vérisme ». Ces noms, dans la presse, désignent les courants qui succèdent aux « désordres » de l'expressionnisme et du mouvement dada. À travers une forme soignée, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/otto-dix/#i_84110

GROSZ GEORGE (1893-1959)

  • Écrit par 
  • Lionel RICHARD
  •  • 1 591 mots

Dans le chapitre « Un observateur scientifique »  : […] La toile suggestive Allemagne, un conte d'hiver (1917-1919) emprunte son titre au poète Henri Heine. La structure de l'œuvre est en trois parties. En haut, le tohu-bohu de la métropole où se dissout le zèle des églises, des bordels, des banques, des casernes, des services de pompes funèbres. Au milieu, un bourgeois chauve, moustache retroussée, imperturbable, assis devant une assiette remplie d'o […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/george-grosz/#i_84110

MAX BECKMANN. UN PEINTRE DANS L'HISTOIRE (exposition)

  • Écrit par 
  • Jean-François POIRIER
  •  • 858 mots

En organisant une superbe exposition consacrée à Max Beckmann (1884-1950) au Centre Georges-Pompidou (10 septembre 2002-6 janvier 2003), la France rendait pour la première fois hommage à un peintre allemand qui, avant de rompre définitivement avec l'Europe en 1945, avait éprouvé une forte attirance pour Paris au point d'y louer un atelier en 1929. Ce qu'il s'était vu reprocher par l'École des ar […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/max-beckmann-un-peintre-dans-l-histoire/#i_84110

RÉALISME RETOUR AU

  • Écrit par 
  • Jean CLAIR
  •  • 5 144 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Une tradition réaliste nationale »  : […] Ce regain d'une tradition réaliste nationale se montre avec le plus d'évidence en Espagne, plus précisément en Castille. Alors que partout, en Europe et aux États-Unis, il semble que l'emprise des courants abstraits ou bien de courants intellectualistes comme l'Art conceptuel, où la théorie prime sur la pratique, ait entraîné la décadence de l'enseignement de l'art et la perte de tout métier, à Ma […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/retour-au-realisme/#i_84110

RENGER-PATZSCH ALBERT (1897-1966)

  • Écrit par 
  • Marc-Emmanuel MÉLON
  •  • 1 118 mots

Les historiens de la photographie qui se sont attachés à étudier le bouillonnement créatif qui emporte la photographie allemande au lendemain de la Première Guerre mondiale s'accordent à reconnaître en Albert Renger-Patzsch un chef de file dont le style original, puissant et si parfaitement défini a immédiatement séduit et entraîné à sa suite nombre d'émules. Chef de file, Renger-Patzsch le fut à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/albert-renger-patzsch/#i_84110

RUFF THOMAS (1958- )

  • Écrit par 
  • Jacinto LAGEIRA
  •  • 716 mots

L'œuvre du photographe Thomas Ruff (né en 1958 à Zell am Hamersbach, Allemagne) se caractérise depuis le milieu des années 1980 par d'immenses portraits en couleurs (210 cm × 165 cm) de jeunes hommes et de jeunes femmes , pris frontalement, sous une lumière étale, et dans lesquels le visage, volontairement sans expression, occupe toute l'image. Bien que Ruff ait réalisé d'autres séries aux sujets […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/thomas-ruff/#i_84110

SCHAD CHRISTIAN (1894-1982)

  • Écrit par 
  • Lionel RICHARD
  •  • 1 211 mots

Christian Schad est né le 21 août 1894 à Miesbach, bourgade médiévale de Haute-Bavière à 50 kilomètres de Munich. Son père était un juriste réputé, à la fois notaire et conseiller juridique. Lui-même quitte le lycée peu avant le baccalauréat. Il veut suivre sa vocation : être peintre. Avec le soutien de ses parents, il part donc pour Munich. Mais les cours de l'école des beaux-arts lui deviennent […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/christian-schad/#i_84110

Voir aussi

Pour citer l’article

Lionel RICHARD, « NOUVELLE OBJECTIVITÉ », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/nouvelle-objectivite/