GOBINEAU JOSEPH ARTHUR DE (1816-1882)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le cas de Gobineau est sans doute unique dans l'histoire de la pensée française : son œuvre, absolument méconnue dans son propre pays, a d'abord rayonné en Allemagne grâce à un biographe passionné, L. Schemann, et sous l'impulsion première de Richard Wagner, admirateur de son poème d'Amadis (1876). Ses boutades contre la France du second Empire, prises au pied de la lettre, l'ont rendu suspect de pangermanisme, alors que, jusque dans ses défauts, il est insolemment français. Personnage remarquable par la multiplicité de ses dons : poète et journaliste, orientaliste, diplomate, romancier, il n'est guère de domaine de l'art et de la pensée où il n'ait déployé avec superbe une activité un peu brouillonne d'autodidacte. Son abondante correspondance révèle l'observateur attentif de son temps. Les thèses de son Essai sur l'inégalité des races humaines, mal interprétées, accréditant l'idée qu'il fut l'un des inspirateurs du racisme, lui ont valu une réputation de mauvais aloi dont on commence seulement à le décharger.

Bien plus que philosophe ou historien, Arthur de Gobineau apparaît aujourd'hui comme un lyrique, un rival de Mérimée dans la nouvelle, un psychologue que son art de romancier place dans le sillage de Stendhal.

Un condottiere de plume sous la monarchie de Juillet

Joseph Arthur de Gobineau est né à Ville-d'Avray, dans une famille d'origine bordelaise dont il exagérera la noblesse, s'attribuant sans droit, à partir de 1853, le titre de comte. Son père, officier retenu par la guerre en Espagne de 1823 à 1828, ne pouvant surveiller son éducation, il fut élevé par sa mère. Celle-ci, aventurière romanesque, après des démêlés avec la justice, dut se réfugier en Suisse, puis au pays de Bade, d'où le décousu de la formation de son fils. Le jeune Gobineau souffrit cruellement de la désunion de sa famille, et il puisa dans cette souffrance le pessimisme qui imprègne son œuvre.

En octobre 1835, il arrive à Paris, en quête d'emploi, se pousse dans les salons légitimistes, cherche sa voie en condo [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : professeur émérite à la faculté des lettres et sciences humaines de Paris

Classification


Autres références

«  GOBINEAU JOSEPH ARTHUR DE (1816-1882)  » est également traité dans :

ANTISÉMITISME

  • Écrit par 
  • Esther BENBASSA
  •  • 12 225 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Les trois sources modernes du rejet »  : […] Dénuées de tout projet de restauration de la « race supérieure », les élucubrations pessimistes d'un Gobineau, dans son Essai sur l'inégalité des races humaines, paru de 1853 à 1855, sur la déchéance irréversible des « Arians » condamnés au métissage, n'en dressent pas moins la première histoire raciste […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antisemitisme/#i_1855

ARYENS

  • Écrit par 
  • Raoul VANEIGEM
  •  • 1 030 mots

Francisé en « aryen », le terme sanskrit ārya (avestique, airya) signifie « excellent, honorable, noble ». Ainsi se désignent, avec la morgue coutumière des conquérants, les populations de langue indo-européenne qui, vers la fin du IIIe millénaire avant l'ère chrétienne, s'établissent […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/aryens/#i_1855

LA COULEUR ET LE SANG, DOCTRINES RACISTES À LA FRANÇAISE (P.-A. Taguieff)

  • Écrit par 
  • René MONZAT
  •  • 1 368 mots

L'étude comparée des itinéraires de Joseph Arthur de Gobineau (1816-1882), de Gustave Le Bon (1841-1931) et de Georges Vacher de Lapouge (1854-1936) permet à Pierre-André Taguieff, dans un opuscule intitulé La Couleur et le sang paru en 1998 aux éditions Mille et Une Nuits dans la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-couleur-et-le-sang-doctrines-racistes-a-la-francaise/#i_1855

DÉCADENCE

  • Écrit par 
  • Bernard VALADE
  •  • 9 962 mots

Dans le chapitre « Décadence et dégénérescence »  : […] écartée dans l'article précédemment cité, est au cœur de la correspondance échangée par Tocqueville et Gobineau entre 1855 et 1859. Au premier qui se montre curieux de savoir à quoi il attribue la rapide et en apparence irrémédiable décadence de toutes les races, l'auteur de l'Essai sur l'inégalité des races humaines répond le 15 janvier […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/decadence/#i_1855

ETHNIE

  • Écrit par 
  • Jean-Loup AMSELLE
  •  • 3 853 mots

Dans le chapitre « Préhistoire de la notion »  : […] par les théoriciens modernes, mais uniquement en référence à une problématique raciale. Dans l'Essai sur l'inégalité des races humaines (1854), le comte de Gobineau utilise l'adjectif « ethnique » – le terme « ethnie » n'existe pas chez lui – d'une façon ambiguë. D'un côté, il l'emploie concurremment avec les termes de « race […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ethnie/#i_1855

ORIENTALISME, art et littérature

  • Écrit par 
  • Daniel-Henri PAGEAUX, 
  • Christine PELTRE
  •  • 11 011 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les deux Orients »  : […] son exotisme en plein Occident. Au sein de ce grand courant, vers le milieu du siècle, Arthur de Gobineau (1816-1882) fait figure d'original. Sa carrière diplomatique l'entraîne jusqu'en Perse où il peut se livrer au déchiffrement de l'écriture cunéiforme et à l'apologie de la mentalité féodale et primitive (Trois Ans en Asie, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/orientalisme-art-et-litterature/#i_1855

RACE

  • Écrit par 
  • Daniel de COPPET, 
  • Universalis
  •  • 4 633 mots

Dans le chapitre « L'affirmation de la supériorité aryenne »  : […] monde. Par son Essai sur l'inégalité des races humaines, le comte de Gobineau allait dès 1853 proposer une théorie qui satisfaisait les besoins inconscients de l'élite européenne. Lui-même le constatait dans la préface qu'il écrivit pour la seconde édition de son ouvrage en 1882 : « Des écrivains [...], qui possèdent aujourd'hui une grande […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/race/#i_1855

RACISME

  • Écrit par 
  • Albert MEMMI
  •  • 3 452 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Repères historiques »  : […] une garantie indiscutable au sérieux d'une thèse. L'un des initiateurs du racisme, Gobineau (1816-1882), se fonde sur l'anatomie comparée du cerveau pour affirmer que celui du Huron ne saurait contenir, même en germe, un esprit semblable à celui de l'Européen. Il n'est pas le seul à penser ainsi ; d'excellents esprits ne sont pas loin de partager […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/racisme/#i_1855

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean GAULMIER, « GOBINEAU JOSEPH ARTHUR DE - (1816-1882) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/joseph-arthur-de-gobineau/