ABRAHAM IBN DAUD dit RABAD Ier (1110 env.-env. 1180)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Historien, philosophe et astronome juif, Abraham ben David Halevi dit Ibn Daud ou Rabad Ier (Rabbi Abraham b. David) est connu des théologiens et philosophes latins du Moyen Âge sous le nom d'Avendauth et, notamment, à travers son œuvre de traducteur de l'arabe en latin (dont il s'acquitta parfois en collaboration avec Gundissalinus, comme pour le Fons vitae d'Ibn Gabirol), sous ceux de Jean d'Espagne et de Jean de Séville. Albert le Grand l'appelle « David le Juif » et lui attribue la rédaction, ou plutôt la compilation, du célèbre Liber de causis, ouvrage qui fut considéré longtemps comme étant d'Aristote ou de son école et dont les lecteurs attentifs, notamment Thomas d'Aquin, découvrirent autour de 1270 qu'il était composé d'extraits de l'Elementatio theologica du néo-platonicien Proclus.

Petit-fils du mathématicien et astronome Isaac b. Baruch Albalia, Abraham ibn Daud naquit à Cordoue ; il fut l'élève de son oncle Baruch b. Isaac Albalia et acquit une culture hébraïque, grecque, arabe et latine. Il dut fuir Cordoue après la conquête almohade et s'installa à Tolède, où il s'illustra comme un des grands traducteurs de ce centre intellectuel au xiie siècle. Il y mourut martyr dans des conditions qui restent ignorées.

Son œuvre historique majeure, le Sefer ha-Qabbalah (Livre de la Tradition), est un traité dirigé contre les karaïtes, démontrant l'authenticité des traditions défendues par les tenants du rabbinisme ou rabbanites. Il suit la transmission de la Loi depuis Moïse, les prophètes, l'époque du second Temple, la rédaction du Talmud. Il relate l'histoire des grands foyers du savoir de Kairouan, de l'Égypte, de la France et surtout de l'Espagne en son temps, insistant sur les transitions d'un foyer à un autre. Deux annexes complètent l'ouvrage : Zikhron divré Romi, une histoire de Rome, de sa fondation à la [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : directeur d'études émérite à l'École pratique des hautes études (Ve section, sciences religieuses)

Classification

Pour citer l’article

Gérard NAHON, « ABRAHAM IBN DAUD dit RABAD Ier (1110 env.-env. 1180) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/abraham-ibn-daud/