PARIS UNIVERSITÉ DE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Au xiie siècle, des écoles de logique et de théologie se développèrent à Paris, autour de Notre-Dame et sur la rive gauche. Vers 1180, maîtres et étudiants de ces écoles commencèrent à s'organiser en une corporation (universitas magistrorum et scolarium) pour obtenir leur autonomie vis-à-vis de l'évêque et du roi. Marquée par des grèves et par des exils volontaires, leur lutte aboutit au xiiie siècle, grâce au soutien de la papauté : premiers privilèges en 1200, premiers statuts en 1215, autonomie complète en 1231. L'Université formait désormais un corps privilégié (exemption fiscale, for ecclésiastique, monopole de la collation des grades). Par la suite, son organisation se précisa : quatre facultés (théologie, droit canon, médecine, arts) ; la faculté des arts, la plus nombreuse puisqu'elle préparait aux trois autres, était divisée en quatre « nations » (France, Normandie, Picardie, Angleterre) regroupant les étudiants selon leur origine ; le recteur, élu parmi les maîtres de la faculté des arts, dirigeait toute l'Université. Les études étaient longues, de six à quinze ans selon les facultés ; dans chacune, le cursus complet comprenait successivement le baccalauréat, la licence et la maîtrise (ou doctorat). Les années 1230-1280 marquent l'apogée de l'Université de Paris ; elle devait compter environ cinq mille étudiants ; dans tous les domaines, l'étude d'Aristote et de son commentateur arabe Averroës avait permis un profond renouvellement ; la méthode était celle de la scolastique, combinant la lecture commentée des autorités et la libre dispute suivant les règles de la dialectique. La faculté des arts vit l'approfondissement constant des études logiques et même proprement philosophiques ; à la faculté de théologie, l'arrivée des religieux mendiants, après de graves conflits initiaux, fut stimulante ; chez les franciscains, saint Bonaventure maintenait la tradition augustinienne ; chez les dominicains, plus novateurs, saint Thomas d'Aquin et saint Albert le Grand tentaient de concilier foi et raison, Aristote et la Révélation. Certaines des audaces des averroïstes de la faculté des arts et même du thomisme furent condamnées en 1270 et 1277 par l'évêque de Paris. Dès lors, l'Université de Paris perdit peu à peu sa hardiesse intellectuelle. Cependant, son rôle resta grand aux xive et xve siècles. Elle formait toute une partie des cadres de l'Église et de l'État ; elle intervenait couramment dans les affaires ecclésiastiques (conciles de Constance et de Bâle) et politiques (procès de Jeanne d'Arc). Mais ces interventions la déconsidérèrent plutôt. Le roi rogna ses privilèges. La guerre de Cent Ans, la concurrence des nouvelles universités restreignirent son recrutement, qui s'étendait auparavant à toute l'Europe. D'ailleurs son enseignement se sclérosait ; les recherches originales ébauchées en physique par Oresme et Buridan tournèrent court, faute de méthode expérimentale ; la théologie spéculative, gravement atteinte par les critiques du franciscain anglais Guillaume d'Ockham, tourna au pur verbiage. Le meilleur théologien parisien de cette époque, Jean Gerson (1363-1429), essaya cependant de dépasser le scepticisme ockhamiste en suscitant un réveil de la piété et du mysticisme personnel. Les institutions se modifièrent ; les collèges supplantèrent peu à peu les facultés ; il y en avait soixante-dix vers 1500, les plus importants étant ceux de Sorbonne (fondé en 1257) et de Navarre (1304) ; à l'origine simples fondations pieuses pour l'hébergement d'étudiants pauvres, ils devinrent des centres d'enseignement « de plein exercice », avec leur propre corps professoral ; par suite, leurs privilèges furent étendus et leur recrutement devint plus aristocratique ; quant aux facultés, elles ne servaient plus qu'à distribuer les grades. La Sorbonne en particulier finit par dominer complètement l'enseignement de la théologie. L'Université de Paris s'ouvrit timidement à l'humanisme : une chaire de grec en 1466, l'imprimerie à la Sorbonne en 1470. Mais, dans l'ensemble, elle resta hostile aux idées nouvelles et, si elle continua à former une partie du clergé et des officiers royaux, elle ne sut renouveler ni son enseignement ni ses institutions. Du xvie au xviiie siècle, aucun grand courant d'idées, aucune œuvre importante n'y sont nés ; les innovations pédagogiques et scientifiques ont eu lieu dans des établissements plus ou moins étrangers à l'Université : Collège des lecteurs royaux fondé par François Ier sur les conseils de Guillaume Budé (1530), collège de Clermont ouvert par les jésuites en 1563, académies créées au xviie siècle. Ni la réforme de la Sorbonne par Richelieu (qui la dota de magnifiques bâtiments élevés de 1627 à 1648), ni la création du Collège des Quatre-Nations par Mazarin (1661) ne redonnèrent de dynamisme à l'Université. Étroitement surveillée par le roi et le Parlement, elle était vouée à un rôle purement conservateur ; elle condamna successivement le cartésianisme, les jésuites, l'Encyclopédie. La Convention supprima l'Université de Paris en 1793, mais les seuls établissements d'enseignement supérieur créés par la Révolution furent de grandes écoles (École normale supérieure, École centrale, École de santé). Napoléon rouvrit l'Université de Paris en 1808 avec cinq facultés (théologie, droit, médecine, sciences, lettres), la faculté de pharmacie fut créée en 1840. Jusque vers 1880, elle se développa lentement ; par suite de la concurrence des grandes écoles, les étudiants étaient peu nombreux, surtout en lettres et en sciences ; l'enseignement de quelques professeurs libéraux (Villemain, Victor Cousin, Jules Simon) eut un grand succès, mais cela aggrava la méfiance des gouvernements autoritaires à l'égard des facultés. C'est vers 1890 que, sous l'impulsion du vice-recteur L. Liard, l'Université de Paris a commencé à prendre sa physionomie contemporaine : création du Conseil de l'Université (1896), croissance rapide des effectifs, nouveaux bâtiments (Sorbonne en 1889, Cité universitaire à partir de 1923), enseignement moderne orienté vers la préparation des examens et des concours, interventions dans la vie politique du pays (depuis 1934-1936 surtout).

Sorbonne

Photographie : Sorbonne

Cours de théologie à la Sorbonne. Le collège, fondé vers 1257 par le chanoine Robert de Sorbon pour les étudiants peu fortunés, devient bientôt le fleuron de l'université de Paris, dont il assure le règne sans partage sur la théologie jusqu'au XVe siècle. Enluminure, fin du XVe... 

Crédits : AKG

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : agrégé de l'Université, assistant à l'université de Nancy-II

Classification

Autres références

«  PARIS UNIVERSITÉ DE  » est également traité dans :

ALBERT LE GRAND (1193?-1280)

  • Écrit par 
  • Édouard-Henri WÉBER
  •  • 1 724 mots

Dominicain, maître de l'université de Paris (d'où son nom de « Maître Albert »), évêque, savant, philosophe et théologien célèbre du xiii e  siècle, Albert a, de son vivant, joui du titre de « Grand » et, par la suite, de celui de « Docteur universel ». La légende lui a beaucoup prêté. Encombrée d'apocryphes, son œuvre multiforme (elle a acclimaté dans l'Occident latin les savoirs et les philosoph […] Lire la suite

ALEXANDRE DE HALÈS (1185 env.-1245)

  • Écrit par 
  • Charles BALADIER
  •  • 956 mots

Originaire de Hayles (Halès en français), dans le comté de Gloucester, Alexandre de Halès, premier franciscain à enseigner à l'Université de Paris, y fut d'abord un des principaux maîtres séculiers. Il était bachelier sententiaire entre 1220 et 1226. Outre ses Questiones disputate antequam esset frater , on connaît sa Glossa in Quatuor Libros sententiarum Petri Lombardi , qui, retrouvée et […] Lire la suite

AMAURICIENS

  • Écrit par 
  • Raoul VANEIGEM
  •  • 699 mots

Disciples supposés d'un clerc qui enseignait la philosophie et la théologie à Paris, Amaury de Bène, les amauriciens, condamnés en 1209 et 1211, s'inscrivent plus exactement parmi les premiers adeptes d'un courant que l'Église condamnera plus tard sous le nom de Libre-Esprit. En 1204, le pape condamne la proposition de maître Amaury, originaire de Bène, près de Chartres, selon laquelle « tout chré […] Lire la suite

ARISTOTÉLISME MÉDIÉVAL

  • Écrit par 
  • Alain de LIBERA
  •  • 4 995 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'« entrée » d'Aristote et ses vicissitudes »  : […] La première censure intervient en 1210, quand le concile de la province ecclésiastique de Sens interdit la lecture des « livres naturels d'Aristote ainsi que de ses commentaires, tant en public [ publice ] qu'en privé [ secreto ] sous peine d'excommunication » – les libri naturales , c'est-à-dire, on l'a vu, tant la Métaphysique et le De anima que la Physique proprement dite. La deuxième interd […] Lire la suite

AVERROÏSME

  • Écrit par 
  • Jean JOLIVET
  •  • 1 591 mots

Dans le chapitre « Averroïsme latin »  : […] Mais c'est surtout dans l'Occident chrétien que l'averroïsme constitue un courant philosophique important. À l' université de Paris, vers le milieu du xiii e  siècle, les maîtres ès arts, chargés spécialement d'enseigner la philosophie, c'est-à-dire d'expliquer les œuvres d'Aristote, commencent à utiliser les traductions récentes d'Averroès : ils y trouvent des commentaires du philosophe grec qui […] Lire la suite

CALVIN JEAN (1509-1564)

  • Écrit par 
  • Jean CADIER, 
  • André DUMAS
  •  • 5 316 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Des lettres à la théologie »  : […] Jean Cauvin, dit Calvin , naît le 10 juillet 1509 à Noyon (Picardie). Il grandit dans cette ville cléricale, dominée par une lourde cathédrale. Son père est procureur ecclésiastique et s'occupe, non sans avoir à connaître des querelles, des affaires du clergé. L'enfant est pourvu dès l'âge de douze ans de bénéfices ecclésiastiques qui lui donneront le moyen de faire de très complètes études. Il si […] Lire la suite

CAUCHON PIERRE (1371 env.-1442)

  • Écrit par 
  • Jean FAVIER
  •  • 339 mots

Universitaire parisien, licencié en droit canonique, docteur en théologie, Pierre Cauchon est nommé en 1403 recteur de l'université de Paris. L'un des membres actifs du parti réformiste, gallican et bourguignon, Cauchon fut des conseillers de Jean sans Peur dès 1409. Il se distingua en 1413 au sein de la commission chargée par les états généraux de préparer une ordonnance réformatrice (l'ordonnanc […] Lire la suite

ESTOUTEVILLE GUILLAUME D' (1403 env.-1483)

  • Écrit par 
  • Jean FAVIER
  •  • 386 mots

Prélat français. Fils de Jean, seigneur d'Estouteville, et de Marguerite d'Harcourt, Guillaume d'Estouteville fut licencié en droit canonique en 1435. Evêque d'Angers en 1439, il ne put prendre possession de ce siège, auquel l'avait nommé le pape Eugène IV au mépris d'une élection faite canoniquement par le chapitre ; il résigna finalement son évêché en 1447. Cardinal du titre de Saint-Martin-au-M […] Lire la suite

GUILLAUME D'AUXERRE (1150 env.-1231)

  • Écrit par 
  • Jean RIBAILLIER
  •  • 575 mots

Parfois confondu avec Guillaume de Seignelay, évêque de Paris (mort en 1223), Guillaume d'Auxerre, maître en théologie, enseigne à l'université de Paris ; il porte le titre d'archidiacre de Beauvais, qu'il doit à l'amitié d'un évêque. Par là, il illustre cette fédération canoniale qui, au cœur du royaume capétien, s'étend de Reims à Rouen et d'Amiens à Bourges ; il fera d'ailleurs entrer un autre […] Lire la suite

MÉDIÉVALES ÉCOLES

  • Écrit par 
  • Jean FAVIER
  •  • 1 107 mots

Dispensant l'enseignement en Occident, les écoles médiévales sont nées de l'obligation faite par Charlemagne, en 789, à tous les évêques et abbés d'ouvrir à l'ombre de leur église ou monastère une école où seraient enseignés la lecture, l'écriture, le comput liturgique et le chant, et où seraient poursuivies des études conduisant à une meilleure connaissance de la Bible et des Pères, ainsi qu'à un […] Lire la suite

Les derniers événements

1er-29 janvier 2021 France. Aménagement des mesures de restriction liées à la Covid-19.

l’université Paris-Saclay (Essonne), annonce la possibilité pour les étudiants de revenir à l’université un jour par semaine dans un bref délai, ainsi que l’extension aux non-boursiers du bénéfice de disposer de deux repas par jour pour 1 euro dans les restaurants universitaires d’ici la fin du mois. Le 21 également, le ministre de l’Éducation nationale […] Lire la suite

16 octobre - 2 novembre 2020 France. Assassinat du professeur d'histoire Samuel Paty.

l’université de la Sorbonne, à Paris. « Samuel Paty est devenu vendredi le visage de la République », déclare Emmanuel Macron qui affirme également : « Nous ne renoncerons pas aux caricatures. » Ce dernier propos entraînera la réprobation de plusieurs autorités politiques ou religieuses de pays musulmans, ainsi que des appels à manifester et à boycotter […] Lire la suite

3-4 février 2020 France – Pologne. Visite du président Emmanuel Macron en Pologne.

Paris à l’égard de Moscou. Toutefois, devant les étudiants de l’université Jagellon de Cracovie, Emmanuel Macron met en garde contre « une résurgence nationaliste en négation des principes européens » et affirme que Varsovie ne peut effectuer sa transition énergétique « que par l’Europe, avec l’Europe ». […] Lire la suite

25-27 mars 2019 France. Accusation de « blackface » portée contre une représentation des Danaïdes.

l’université de la Sorbonne, à Paris. Ils dénoncent l’utilisation par les acteurs de maquillages et de masques noirs pour représenter les Danaïdes, pratique qualifiée de « racialiste » qu’ils assimilent au blackface – le grimage de comédiens blancs incarnant des stéréotypes de personnages noirs dans les minstrel shows, aux États-Unis, au xixe siècle […] Lire la suite

20 avril 2018 France. Mouvement étudiant contre la sélection à l'entrée à l'université.

Paris-I-Panthéon-Sorbonne), lieu emblématique du mouvement d’opposition à la loi relative à l’orientation et à la réussite des étudiants, adoptée en février, qui est accusée d’instaurer une sélection à l’entrée à l’université. Le site était occupé depuis près de quatre semaines. Le mouvement qui a débuté en mars s’est étendu et durci à la suite de  […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jacques VERGER, « PARIS UNIVERSITÉ DE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/universite-de-paris/