ARIANISME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La réaction homéousienne

Mais, en Orient, un tiers parti se développait qui entendait affirmer l'unité de substance tout en continuant à distinguer les trois hypostases divines : le Père et le Fils sont semblables en toutes choses et notamment quant à la substance, ὁμοιούσιος ; d'autres se contentaient d'affirmer une similitude non définie. Ces derniers triomphèrent grâce à l'appui de l'empereur : le 22 mai 359, une profession de foi fut publiée qui définissait le Fils comme ὅμοιος au Père, semblable à lui, mais sans préciser que cette similitude s'attache à la substance ni à l'essence même de Dieu : la similitude n'est donc qu'extérieure. Ce credo daté fut, à la suite de manœuvres habiles, ratifié par deux conciles parallèles, l'un d'Occidentaux, à Rimini, l'autre d'Orientaux, à Séleucie. Et l'empereur Constance II inaugura son consulat, le 1er janvier 360, en proclamant l'unité de foi dans tout l'Empire romain. Pour peu de temps, car il allait mourir bientôt. Mais c'est la doctrine de l'homéisme qui sera prêchée par Wulfila aux peuples germaniques qui, un demi-siècle plus tard, envahiront l'Occident romain et répandront cet arianisme mitigé, alors qu'il était définitivement condamné et mort en Orient.

Le premier soin de Julien, le nouvel empereur – qui s'affirme païen malgré une enfance chrétienne – fut de rétablir une liberté religieuse qui fit éclater l'unité de foi si péniblement obtenue. Une période d'active fermentation doctrinale s'ouvrit alors, qui allait permettre l'élaboration d'une nouvelle orthodoxie trinitaire. Mais avant d'examiner quelle fut la conclusion apportée officiellement à ces soixante années de controverses, il convient d'examiner la phase la plus extrême de la recherche doctrinale, celle de l'anoméisme.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Écrit par :

  • : professeur émérite à l'université de Paris-Sorbonne, directeur de l'Institut de recherches pour l'étude des religions

Classification

Autres références

«  ARIANISME  » est également traité dans :

AETIUS (IVe s.)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 341 mots

Évêque syrien du iv e  siècle considéré comme hérétique pour ses théories sur le mystère de la Trinité. Aetius est le fondateur de la secte arianiste radicale des anoméens. Son nom est devenu synonyme d'hérésie radicale. Probablement né près d'Antioche, Aetius y étudie auprès de maîtres arianistes tout en gagnant sa vie comme orfèvre et médecin. Il rend également des services aux pauvres. Duran […] Lire la suite

ATHANASE D'ALEXANDRIE (295-373)

  • Écrit par 
  • Pierre HADOT
  •  • 756 mots

Dans le chapitre « La crise arienne »  : […] Contre Arius qui soulignait la distinction entre Dieu le Père, principe inengendré, et Jésus-Christ, produit par le Père et donc inférieur à lui, le symbole de Nicée, accepté en 325 par le concile du même nom, avait proclamé, sous l'influence conjuguée de théologiens occidentaux et de quelques théologiens orientaux inspirés par Marcel d'Ancyre, que le Fils de Dieu est consubstantiel (ὁμοούσιος) […] Lire la suite

BASILE D'ANCYRE (IVe s.)

  • Écrit par 
  • Richard GOULET
  •  • 451 mots

Évêque cappadocien, Basile fut élu au siège d'Ancyre (métropole de la Galatie) par les antinicéens afin de remplacer Marcel, qui avait été déposé par le synode de Constantinople. De 344 (réhabilitation de Marcel par le concile de Sardique) à 350 (mort de Constant), il fut écarté de son siège. Une fois rétabli, il devint le principal animateur de la branche modérée de l'opposition au dogme de Nicée […] Lire la suite

CATHOLICISME - Histoire de l'Église catholique des origines au pontificat de Jean-Paul II

  • Écrit par 
  • Jean DANIÉLOU, 
  • André DUVAL
  •  • 16 419 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « La crise arienne et les hérésies christologiques »  : […] Qu'importent les diversités de culte ou de discipline si tous communient dans une même foi en Jésus Sauveur ? Mais précisément l'intégrité de cette foi se trouve menacée dans le nécessaire effort des esprits cultivés pour confronter entre elles les données de l'Écriture, pour exprimer en catégories rationnelles les richesses du mystère révélé. Il y a péril à s'en tenir à un seul point de vue, et c […] Lire la suite

CONCILE DE NICÉE, en bref

  • Écrit par 
  • Jean-Urbain COMBY
  •  • 204 mots
  •  • 1 média

Le premier concile œcuménique (universel) convoqué à Nicée en Bithynie par l'empereur Constantin veut donner une solution à la controverse née des opinions du prêtre Arius d'Alexandrie, condamnées en 318. Celui-ci, voulant sauvegarder le monothéisme biblique, affirme que le Père est le seul à être sans commencement et que le Fils, le Verbe engendré dans le temps, n'est pas de même nature que le Pè […] Lire la suite

DAMASE Ier saint (304 env.-384) pape (366-384)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 559 mots

Pape d'origine espagnole, Damase est né vers 304 à Rome, et mort le 11 décembre 384 dans cette même ville. Il occupe une charge de diacre sous le règne de son prédécesseur, le pape Libère (352-366), et accompagne celui-ci en exil lorsque l'empereur Constance II le déporte de Rome pour son refus de l'arianisme, doctrine qui niait la consubstantialité du Christ. Damase retournera cependant à Rome […] Lire la suite

ÉGLISE, architecture

  • Écrit par 
  • Alain ERLANDE-BRANDENBURG
  •  • 8 040 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les rois chrétiens se veulent romains »  : […] Il n'est plus nécessaire de rappeler que la déposition, en 476, du dernier empereur romain d'Occident, Romulus Augustule, par Odoacre, fut un non-événement. Le danger pour l'Église, à cette période, n'était pas le Germain conquérant, mais la religion qu'il professait. L'arianisme l'emportait alors chez les Wisigoths, les Burgondes, les Ostrogoths, les Vandales, en raison d'une simplification de l […] Lire la suite

EUSÈBE DE NICOMÉDIE (280 env.-env. 342)

  • Écrit par 
  • Richard GOULET
  •  • 265 mots

Évêque qui fut chef du parti arien dans la première moitié du iv e siècle. Eusèbe avait été, avec Arius, élève de Lucien d'Antioche. Il fut nommé au siège de Béryte en Phénicie, puis passa à celui de la ville impériale de Nicomédie. Lorsque, vers 320, Alexandre d'Alexandrie attaqua le prêtre Arius, Eusèbe prit parti pour son ancien condisciple ; grâce à l'influence qu'il exerçait à la Cour, il ré […] Lire la suite

GRÉGOIRE DE NYSSE saint (330 env.-env. 395)

  • Écrit par 
  • Pierre HADOT
  •  • 1 874 mots

Dans le chapitre « L'évêque »  : […] Grégoire de Nysse, issu d'un milieu familial qui était déjà entièrement chrétien, subit fortement l'influence de ses deux aînés : sa sœur Macrine, convertie depuis longtemps à l'idéal de la vie monastique, qui fut, dit-il, son « institutrice » et dont il fut lui-même le biographe ; son frère Basile, évêque de Césarée, avec lequel les rapports ne seront pas toujours faciles. Grégoire connut pourta […] Lire la suite

HILAIRE DE POITIERS (315 env.-env. 367)

  • Écrit par 
  • Pierre HADOT
  •  • 1 846 mots

Dans le chapitre « L'exil et les controverses en Orient »  : […] L'exil d'Hilaire en Phrygie fut pour lui l'occasion de précieuses découvertes intellectuelles. Mis en contact avec l'épiscopat oriental, il approfondit sa connaissance du grec, étudia la littérature chrétienne grecque, notamment Origène, s'initia à une pensée théologique qui jusque-là lui était restée étrangère. Au cours de ses loisirs forcés, il entreprit la rédaction d'une grande œuvre théologiq […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Michel MESLIN, « ARIANISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 janvier 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/arianisme/