Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ATHANASE D'ALEXANDRIE (295-373)

Évêque d'Alexandrie de 328 à 373, Athanase, mêlé à toutes les péripéties de la crise arienne, a joué un grand rôle dans l'évolution du dogme trinitaire.

La crise arienne

Contre Arius qui soulignait la distinction entre Dieu le Père, principe inengendré, et Jésus-Christ, produit par le Père et donc inférieur à lui, le symbole de Nicée, accepté en 325 par le concile du même nom, avait proclamé, sous l'influence conjuguée de théologiens occidentaux et de quelques théologiens orientaux inspirés par Marcel d'Ancyre, que le Fils de Dieu est consubstantiel (ὁμοούσιος) au Père. L'ensemble des théologiens orientaux, conduit par Eusèbe de Césarée, n'avait pas tardé à réagir contre cette notion de « consubstantialité », qui était étrangère à la tradition origénienne chère à l'Église d'Orient. Sans être totalement favorable à Arius, ce mouvement de réaction s'opposa vivement à Marcel d'Ancyre et Athanase, partisans du concile de Nicée, et parvint à gagner les empereurs, notamment Constantin et Constance II, à cette politique religieuse. Toute sa vie, Athanase sera en lutte contre ce parti. Mais de part et d'autre, grâce à une réflexion théologique très poussée, on s'acheminera peu à peu vers une solution qui prendra finalement la forme de la synthèse doctrinale proposée par les théologiens cappadociens. Athanase a joué un rôle important dans cette évolution.

La crise arienne a valu à Athanase de mener une véritable vie d'aventure. À l'occasion de ses cinq exils (Trèves, 335-337 ; Rome-Aquilée, 339-346 ; désert d'Égypte, 356-361 et 362-363 ; faubourg d'Alexandrie, 366), Athanase n'a pas seulement dû abandonner sa ville épiscopale, mais il a connu toutes les angoisses d'une vie de proscrit. Malgré cette agitation, il a écrit une œuvre considérable par son contenu théologique, mais aussi précieuse par tous les renseignements qu'elle nous procure sur les événements et les documents conciliaires se rapportant à la crise arienne. Au moment du retour à la paix, après 366, il écrira aussi une Vie de saint Antoine, qui jouera un grand rôle dans la propagation d'un idéal du monachisme auquel certains modèles philosophiques grecs seront intégrés.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • TRINITÉ

    • Écrit par Hervé SAVON
    • 3 124 mots
    Arius heurtait ainsi des aspirations très profondes dont on trouve l'expression théologique dans le traité Sur l'incarnation du Logos (v. 318) d'Athanase. Pour Athanase, le Logos est devenu homme afin que les hommes deviennent dieux. Le péché avait voué les hommes à une corruption...

Voir aussi