ARCHÉOLOGIE (Traitement et interprétation)L'archéométrie

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'analyse du vivant

Si une partie de l’archéologie environnementale étudie les faunes et flores anciennes dans leurs relations aux sociétés passées, et si l’anthropologie biologique s’intéresse aux restes humains, les développements de l’archéométrie ont apporté des informations nouvelles essentielles grâce à certains types d’analyses biologiques.

Ainsi l’analyse des isotopes du strontium contenu dans l’émail des dents, par comparaison avec celui des autres os et de l’environnement immédiat, permet, pour des humains comme pour des animaux, de déterminer si un individu est originaire ou non de l’endroit où on l’a découvert et de mettre en évidence des mouvements de populations tout comme des systèmes matrimoniaux tels que l’exogamie. L’analyse des isotopes stables d’autres éléments chimiques (oxygène, azote, carbone) renseigne sur l’alimentation des humains comme du bétail et, pour ce dernier, sur l’affouragement saisonnier et la saisonnalité des naissances.

Outre sur les ossements, l’analyse moléculaire et isotopique peut déterminer les substances qui ont été conservées dans des récipients en céramique (huiles, alcools divers, produits laitiers, produits de la ruche, goudrons végétaux, résines, etc.) ou qui sont encore détectables à l’état de traces sur des outils en os ou en pierre (grains d’amidon, phytolithes). Ces analyses peuvent se combiner avec l’observation – dite tracéologique – des traces d’utilisation des outils en pierre ou en os, mais aussi des poteries. De telles identifications végétales ont pu être également faites sur du tartre dentaire, y compris d’hommes de Néandertal.

Enfin, une dernière avancée décisive concerne la génétique et la protéomique, avec l’ADN et les protéines anciens, que les techniques actuelles permettent de retrouver, dans des conditions favorables, aussi bien chez les humains (notamment dans les dents et l’os du rocher), que chez les animaux, les bactéries, voire les sols eux-mêmes. Chez les animaux, l’ana [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

Médias de l’article

Épicentre monumental du site de fouilles de Naachtun (Guatemala)

Épicentre monumental du site de fouilles de Naachtun (Guatemala)
Crédits : © Antoine Dorison/ ARCHAM/ Projet Naachtun/ CNRS Photothèque

photographie

Identification des matériaux par tomographie

Identification des matériaux par tomographie
Crédits : IPANEMA/ CNRS

photographie

Fouilles de Rakhigarhi, Inde

Fouilles de Rakhigarhi, Inde
Crédits : Vasant S. Shinde & al./ PLoS ONE 13 ; CC-BY

photographie

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

  • : chercheur, chargé de mission auprès de la vice-présidence recherche, université Paris-Saclay
  • : professeur émérite à l'université Paris-I-Panthéon-Sorbonne et à l'Institut universitaire de France
  • : docteur ès sciences physiques, maître assistant à l'université de Rennes, directeur du Centre régional archéologique d'Alet
  • : docteure en archéologie environnementale, directrice de recherche au CNRS, UMR 7264 Cultures et Environnements. Préhistoire, Antiquité, Moyen Âge, CNRS-université Côte d'Azur, Nice

Classification

Autres références

«  ARCHÉOLOGIE  » est également traité dans :

ARCHÉOLOGIE MÉDIÉVALE

  • Écrit par 
  • Luc BOURGEOIS
  •  • 4 879 mots
  •  • 5 médias

L’archéologie médiévale rassemble un large spectre de méthodes permettant d’étudier les témoignages matériels des cultures qui se sont succédé entre le ve et le xve siècle. Elle s’intéresse aussi bien aux structures enfouies ou en élévation qu’au mobilier et aux in […] Lire la suite

ARCHÉOLOGIE - Vue d'ensemble

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DEMOULE
  •  • 924 mots
  •  • 1 média

L'archéologie est née à la Renaissance dans le contexte de la redécouverte du passé gréco-romain par les élites cultivées. Celles-ci ont accumulé en leurs palais, dans des « cabinets de curiosités » qui devinrent les premiers musées, les objets d'art, sculptures, poteries ou mosaïques que mettaient à jour les travaux de construction. D'emblée, l'archéologie ne fut donc pas qu'une démarche de conna […] Lire la suite

ARCHÉOLOGIE (Méthodes et techniques) - La prospection archéologique

  • Écrit par 
  • Alain TABBAGH
  •  • 3 194 mots
  •  • 3 médias

La prospection peut être définie comme une méthode globale d'appréhension de l'ensemble des traces des aménagements apportés par les sociétés humaines à leur environnement physique et vivant. Elle constitue une démarche en amont de la fouille, puisqu'elle permet de répondre à la question : « où est-il pertinent de fouiller » ? Les outils de la prospection so […] Lire la suite

ARCHÉOLOGIE (Méthodes et techniques) - L'archéologie aérienne

  • Écrit par 
  • Roger AGACHE
  •  • 5 984 mots
  •  • 1 média

Longtemps, archéologues et historiens se sont contentés de demander à la photographie aérienne une image globale, plus complète, plus précise, des monuments ou des sites archéologiques, qui les replace dans leur environnement naturel et humain. Depuis quelques années, le recours à la photo aérienne est devenu systématique aussi bien lors des fouilles que lors des survols périodiques qui permettent […] Lire la suite

ARCHÉOLOGIE (Méthodes et techniques) - L'archéologue et le terrain

  • Écrit par 
  • Jean-Claude MARGUERON, 
  • Michel TERRASSE
  •  • 4 226 mots

La relation entre l'archéologie et le terrain étudié s'est longtemps identifiée à l'action de fouiller, considérée comme une manière d'aventure. Si cette activité est aujourd'hui devenue banale au point que chacun soit tenté d'y recourir sans en connaître parfois les méthodes et les risques, sa place dans l'archéologie ne manque pas de provoquer maintes remises en question parmi les spécialistes : […] Lire la suite

ARCHÉOLOGIE SOUS-MARINE

  • Écrit par 
  • Patrice POMEY, 
  • André TCHERNIA
  •  • 8 373 mots
  •  • 5 médias

L'archéologie sous-marine est une branche de l'archéologie générale : les buts et les principes des fouilles sous-marines ne sont pas différents de ceux des fouilles terrestres. Mais les conditions de travail en milieu subaquatique amènent à définir des techniques propres à l'archéologie sous-marine, de même que la nature des sites découverts conduit les archéologues à approfondir l'étude de domai […] Lire la suite

ARCHÉOLOGIE (Méthodes et techniques) - L'archéologie urbaine

  • Écrit par 
  • Henri GALINIÉ
  •  • 3 188 mots
  •  • 2 médias

Il y a une quarantaine d'années, la rénovation du centre historique des villes, l'élargissement de la notion de patrimoine et l'amélioration des techniques de terrain, ont permis de reconsidérer l'archéologie des villes. Entendue comme une archéologie de l'urbain, et non plus de choses urbaines, l'archéologie urbaine prenait son essor en Europe. Partie du […] Lire la suite

ARCHÉOLOGIE (Méthodes et techniques) - L'archéologie environnementale

  • Écrit par 
  • Stéphanie THIÉBAULT
  •  • 4 211 mots

Depuis une trentaine d'années, l'archéologie s'attache à étudier l'environnement, le paysage dans lesquels ont évolué les sociétés du passé. En plus de sa contribution à la connaissance des milieux dans lesquels l'homme et les sociétés se sont développés s'ajoute la résonance toute particulière de l'archéologie environnementale dans l'évaluation, la prospective et la prise de décision touchant l'a […] Lire la suite

ARCHÉOLOGIE (Traitement et interprétation) - La photogrammétrie architecturale

  • Écrit par 
  • Jean-Paul SAINT AUBIN
  •  • 5 210 mots
  •  • 1 média

La photogrammétrie repose sur les principes et l'usage de la vue perspective, renouvelés par l'invention, au milieu du xixe siècle, de la photographie. La combinaison de plusieurs clichés photographiques permet en effet d'obtenir une vision dite « stéréoscopiqu […] Lire la suite

ARCHÉOLOGIE (Traitement et interprétation) - Les modèles interprétatifs

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DEMOULE
  •  • 2 420 mots

L'archéologie ne saurait se résumer à la simple collecte d'objets contenus dans le sol. Elle ne saurait non plus se cantonner, comme elle l'a longtemps été, au rôle d'une « auxiliaire de l'histoire », incapable par elle-même d'interpréter ses propres documents. Toute science dispose à la fois de faits – construits par ses techniques et méthodes d'observation – et de théories qui permettent d'inter […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Loïc BERTRAND, Jean-Paul DEMOULE, Loïc LANGOUET, Martine REGERT, « ARCHÉOLOGIE (Traitement et interprétation) - L'archéométrie », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 avril 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/archeologie-traitement-et-interpretation-l-archeometrie/