ARCHÉOLOGIE (Archéologie et société)Archéologie du temps présent

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

De l'archéologie industrielle à l'archéologie des poubelles

Continuant à descendre le fil du temps, l'archéologie s'est aussi intéressée aux vestiges industriels des xixe et xxe siècles. Cette « archéologie industrielle », en fouillant les restes de bâtiments et les déchets de production, a apporté des éléments fondamentaux en histoire des techniques, qui ne figuraient pas dans les seules archives écrites. Elle s'est intéressée aux bâtiments industriels, mais aussi aux canaux, aux routes, aux voies de chemin de fer, aux mines et aux carrières, et même aux quartiers ouvriers. Les installations industrielles posent d'ailleurs, lorsque les restes en sont importants, des problèmes de conservation. Les éco-musées, en tentant de présenter ces restes dans un contexte vivant, sont une tentative de solution. Mais la préservation in situ, comme c'est le cas pour les hauts-fourneaux lorrains d'Uckange classés au titre des Monuments historiques en 1994 peu après leur arrêt définitif, si elle est parfaitement justifiée en termes de connaissances mais aussi de mémoire, pose de très sérieux problèmes techniques.

L'étude de bâtiments encore conservés en élévation a donné naissance à une archéologie spécifique, « verticale », l'« archéologie du bâti ». Tout bâtiment a une histoire, parfois fort longue, faite de rajouts, de suppressions ou de constructions complémentaires, d'obstructions ou d'ouvertures de portes et de fenêtres, d'enduits et de revêtements successifs, etc. Même si cela pourrait relever de l'histoire de l'architecture, les méthodes et techniques concrètes appartiennent à l'archéologie. Des constructions toujours en fonction peuvent avoir des murs vieux de plusieurs siècles tandis que leurs fondations remontent au Moyen Âge, parfois même à l'époque romaine. C'est seulement à la faveur de leur démolition, mais tout autant de leur réaménagement, que cette longue histoire peut être retracée, à condition d'être correctement observée par des spécialistes.

Au-delà de leur histoire particulière, ces bâtiments sont une source essentielle pour l'histoire sociale. Dans les années 1990, l'étude des quartiers industriels ouvriers de Sheffield (les « crofts ») des xixe et xxe siècles a montré que ces lieux, caractérisés comme mal famés dans la mémoire collective, étaient en fait très organisés, aussi bien quant aux conditions de travail que de vie. Leur mauvaise réputation, tout comme leur aspect extérieur, constituait une forme de protection, sinon de résistance, pour les populations ouvrières anglaises. De même, les recherches conjointes – archéologiques, anthropologiques et historiques – sur l'occupation des zones rurales aux xixe et xxe siècles ont renouvelé nos connaissances, en montrant l'évolution de l'habitat dans les campagnes, tendant au regroupement ou au contraire à la dispersion, comme à Chypre, ou dans l'île grecque de Kea ou encore en Sicile. Dans ce dernier cas, là où les archives écrites donnaient l'image de campagnes désertées au sein de grandes propriétés latifundiaires, les enquêtes de terrain montrent une exploitation horticole en terrasses systématique et des traces d'occupation beaucoup plus dense. Également dans les années 2000, des travaux comparables ont été menés en France dans des zones de montagne, comme les Pyrénées ou l'Aubrac.

C'est donc insensiblement que les archéologues se sont rapprochés de l'époque strictement contemporaine. Le saut a été accompli, là encore, par des chercheurs nord-américains, dans leur vision anthropologique de l'archéologie, au sens d'une approche sociale globale. C'est ce qui a amené William L. Rathje à entreprendre la fouille de poubelles et de décharges contemporaines (garbage archaeology). Il a ainsi, au cours des années 1970, étudié avec son équipe des échantillons quotidiens représentatifs des poubelles de la ville de Tucson, en Arizona, avec des résultats significatifs. Dans son ouvrage co-écrit avec Cullen Murphy Rubbish ! The Archaeology of Garbage (1992), il a montré que 10 p. 100 de la nourriture était jetée intacte, dans son emballage d'origine, la date de péremption ou bien les capacités de stockage du ménage ayant été dépassées. Paradoxalement, c'est à un moment où une diminution des livraisons des magasins en viande était signalée que les quantités de viande jetée intacte ont augmenté significativement : craignant une rupture d'approvisionnement, les consommateurs ont acheté de la viande en quantité et ont été débordés par leurs stocks. On a pu montrer aussi que les classes moyennes gaspillaient davantage, les classes les plus pauvres et les plus riches gérant leurs provisions avec plus de sagacité. Ces comportements de gaspillage n'auraient pu être approchés par de simples enquêtes sociologiques, les consommateurs n'ayant en général pas conscience de leurs actes, ou ne souhaitant pas en prendre conscience. William L. Rathje et Cullen Murphy ont par la suite prolongé cette démarche sur d'autres terrains, notamment dans des décharges publiques.

Rubbish !, The Archaeology of Garbage, W. L. Rathje et C. Murphy

Photographie : Rubbish !, The Archaeology of Garbage, W. L. Rathje et C. Murphy

Initié en 1973 par des anthropologues de l'université de l'Arizona, le « Projet Ordures » de la ville de Tucson se proposait d'inventorier les déchets domestiques afin d'étudier les modes de consommation urbains. Les résultats de ces fouilles archéologiques d'un genre nouveau ont... 

Crédits : Trade paperback, University of Arizona Press/ D.R.

Afficher

Cette sociologie de la culture matérielle contemporaine a été également pratiquée par des sociologues français, quoique sans enquête de terrain de type archéologique. Dans Le Système des objets (1968), Jean Baudrillard décrit ainsi les intérieurs français des années 1960, en montrant comment la réduction de la taille des appartements consécutive à la reconstruction de l'après-guerre avait conduit à l'abandon des lourds meubles traditionnels, naguère symboles d'opulence, telles les vastes armoires à glace des chambres conjugales. Linge et vêtements étaient désormais rangés dans des placards enfoncés dans les murs, tandis que les matériaux lisses et clairs, métal et Formica, remplaçaient le bois sombre. À la fin des années 1970, le sociologue Jean-Didier Urbain a analysé le traitement des morts dans notre société contemporaine, qu'il définit comme une « société de conservation », à travers l'étude des cimetières, l'un des matériaux privilégiés de l'archéologie. Cette approche a également été pratiquée par les archéologues Philippe Bruneau, venu de l'archéologie grecque classique, et Pierre-Yves Balut, autour de la Revue d'archéologie moderne et d'archéologie générale (Ramage) à l'université de Paris-IV-Sorbonne de 1982 à 2001, en privilégiant notamment les monuments aux morts et les usages funéraires contemporains.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

Médias de l’article

Rubbish !, The Archaeology of Garbage, W. L. Rathje et C. Murphy

Rubbish !, The Archaeology of Garbage, W. L. Rathje et C. Murphy
Crédits : Trade paperback, University of Arizona Press/ D.R.

photographie

Sépulture collective de la Première Guerre mondiale, Arras

Sépulture collective de la Première Guerre mondiale, Arras
Crédits : G. Prilaux/ Inrap

photographie

Déjeuner sous l'herbe, D. Spoerri

Déjeuner sous l'herbe, D. Spoerri
Crédits : D. Gliksman/ Inrap

photographie

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur émérite à l'université Paris-I-Panthéon-Sorbonne et à l'Institut universitaire de France

Classification

Autres références

«  ARCHÉOLOGIE  » est également traité dans :

ARCHÉOLOGIE MÉDIÉVALE

  • Écrit par 
  • Luc BOURGEOIS
  •  • 4 882 mots
  •  • 5 médias

L’archéologie médiévale rassemble un large spectre de méthodes permettant d’étudier les témoignages matériels des cultures qui se sont succédé entre le ve et le xve siècle. Elle s’intéresse aussi bien aux structures enfouies ou en élévation qu’au mobilier et aux in […] Lire la suite

ARCHÉOLOGIE - Vue d'ensemble

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DEMOULE
  •  • 924 mots
  •  • 1 média

L'archéologie est née à la Renaissance dans le contexte de la redécouverte du passé gréco-romain par les élites cultivées. Celles-ci ont accumulé en leurs palais, dans des « cabinets de curiosités » qui devinrent les premiers musées, les objets d'art, sculptures, poteries ou mosaïques que mettaient à jour les travaux de construction. D'emblée, l'archéologie ne fut donc pas qu'une démarche de conna […] Lire la suite

ARCHÉOLOGIE (Méthodes et techniques) - La prospection archéologique

  • Écrit par 
  • Alain TABBAGH
  •  • 3 195 mots
  •  • 3 médias

La prospection peut être définie comme une méthode globale d'appréhension de l'ensemble des traces des aménagements apportés par les sociétés humaines à leur environnement physique et vivant. Elle constitue une démarche en amont de la fouille, puisqu'elle permet de répondre à la question : « où est-il pertinent de fouiller » ? Les outils de la prospection so […] Lire la suite

ARCHÉOLOGIE (Méthodes et techniques) - L'archéologie aérienne

  • Écrit par 
  • Roger AGACHE
  •  • 5 985 mots
  •  • 1 média

Longtemps, archéologues et historiens se sont contentés de demander à la photographie aérienne une image globale, plus complète, plus précise, des monuments ou des sites archéologiques, qui les replace dans leur environnement naturel et humain. Depuis quelques années, le recours à la photo aérienne est devenu systématique aussi bien lors des fouilles que lors des survols périodiques qui permettent […] Lire la suite

ARCHÉOLOGIE (Méthodes et techniques) - L'archéologue et le terrain

  • Écrit par 
  • Jean-Claude MARGUERON, 
  • Michel TERRASSE
  •  • 4 226 mots

La relation entre l'archéologie et le terrain étudié s'est longtemps identifiée à l'action de fouiller, considérée comme une manière d'aventure. Si cette activité est aujourd'hui devenue banale au point que chacun soit tenté d'y recourir sans en connaître parfois les méthodes et les risques, sa place dans l'archéologie ne manque pas de provoquer maintes remises en question parmi les spécialistes : […] Lire la suite

ARCHÉOLOGIE SOUS-MARINE

  • Écrit par 
  • Patrice POMEY, 
  • André TCHERNIA
  •  • 8 375 mots
  •  • 5 médias

L'archéologie sous-marine est une branche de l'archéologie générale : les buts et les principes des fouilles sous-marines ne sont pas différents de ceux des fouilles terrestres. Mais les conditions de travail en milieu subaquatique amènent à définir des techniques propres à l'archéologie sous-marine, de même que la nature des sites découverts conduit les archéologues à approfondir l'étude de domai […] Lire la suite

ARCHÉOLOGIE (Méthodes et techniques) - L'archéologie urbaine

  • Écrit par 
  • Henri GALINIÉ
  •  • 3 190 mots
  •  • 2 médias

Il y a une quarantaine d'années, la rénovation du centre historique des villes, l'élargissement de la notion de patrimoine et l'amélioration des techniques de terrain, ont permis de reconsidérer l'archéologie des villes. Entendue comme une archéologie de l'urbain, et non plus de choses urbaines, l'archéologie urbaine prenait son essor en Europe. Partie du […] Lire la suite

ARCHÉOLOGIE (Méthodes et techniques) - L'archéologie environnementale

  • Écrit par 
  • Stéphanie THIÉBAULT
  •  • 4 211 mots

Depuis une trentaine d'années, l'archéologie s'attache à étudier l'environnement, le paysage dans lesquels ont évolué les sociétés du passé. En plus de sa contribution à la connaissance des milieux dans lesquels l'homme et les sociétés se sont développés s'ajoute la résonance toute particulière de l'archéologie environnementale dans l'évaluation, la prospective et la prise de décision touchant l'a […] Lire la suite

ARCHÉOLOGIE (Traitement et interprétation) - L'archéométrie

  • Écrit par 
  • Loïc BERTRAND, 
  • Jean-Paul DEMOULE, 
  • Loïc LANGOUET, 
  • Martine REGERT
  •  • 4 375 mots
  •  • 3 médias

L'archéométrie désigne, d'une manière générale, toutes les recherches visant à appliquer à l’archéologie des techniques empruntées aux sciences expérimentales physico-chimiques ou biochimiques. De telles applications ont pour but de fournir des données quantitatives et objectives aptes à déterminer la localisation et l'étendue des gisements, à faciliter la datation des occupations, la provenance e […] Lire la suite

ARCHÉOLOGIE (Traitement et interprétation) - La photogrammétrie architecturale

  • Écrit par 
  • Jean-Paul SAINT AUBIN
  •  • 5 210 mots
  •  • 1 média

La photogrammétrie repose sur les principes et l'usage de la vue perspective, renouvelés par l'invention, au milieu du xixe siècle, de la photographie. La combinaison de plusieurs clichés photographiques permet en effet d'obtenir une vision dite « stéréoscopiqu […] Lire la suite

ARCHÉOLOGIE (Traitement et interprétation) - Les modèles interprétatifs

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DEMOULE
  •  • 2 420 mots

L'archéologie ne saurait se résumer à la simple collecte d'objets contenus dans le sol. Elle ne saurait non plus se cantonner, comme elle l'a longtemps été, au rôle d'une « auxiliaire de l'histoire », incapable par elle-même d'interpréter ses propres documents. Toute science dispose à la fois de faits – construits par ses techniques et méthodes d'observation – et de théories qui permettent d'inter […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Paul DEMOULE, « ARCHÉOLOGIE (Archéologie et société) - Archéologie du temps présent », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/archeologie-archeologie-et-societe-archeologie-du-temps-present/