ARCHÉOLOGIE (Archéologie et société)Archéologie du temps présent

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Archéologie des conflits et des charniers

Toutes ces études innovantes posent évidemment le problème de la définition de l'archéologie, mais aussi de ses limites chronologiques. Le débat a été posé très concrètement en France au début des années 1990 à propos de l'écrivain Alain-Fournier, l'auteur du Grand Meaulnes, mort au front au début de la Première Guerre mondiale, à l'occasion de la fouille de sa tombe qui avait été localisée dans les bois de Saint-Rémy-la-Calonne, dans la Meuse. Devait-on y laisser sa dépouille ou bien simplement la récupérer, comme on relève parfois les corps d'un cimetière lors de « réductions » de sépultures, afin de l'inhumer dans un véritable cimetière ? Ou encore, fallait-il se livrer à une véritable fouille archéologique ? C'est la dernière solution qui fut adoptée, au terme d'un débat scientifique animé. Une fouille fine démontra que l'écrivain avait été sommairement enterré avec une vingtaine d'autres soldats français fusillés par l'armée allemande pour avoir attaqué et pillé une ambulance militaire allemande sur ordre de leurs supérieurs. De fait, des monnaies allemandes furent retrouvées à l'emplacement des poches de certains soldats. Ainsi, ce qui relevait jusque-là du service des inhumations militaires et des méthodes d'exhumation sommaires devenait une démarche scientifique porteuse d'informations nouvelles. Cette option fut ensuite généralisée. Il est désormais clair que l'étude des vestiges militaires de la Grande Guerre appartient à l'archéologie. La fouille archéologique des tranchées apporte des informations concrètes sur la vie quotidienne des soldats, qui n'était connue jusque-là que par des témoignages écrits ou oraux. Pour cette même période, l'exhumation près de Iekaterinbourg, en Russie, des membres présumés de la famille impériale exécutés par le gouvernement bolchevique en 1918 a fait l'objet en 1991 d'une fouille archéologique et d'analyses anthropologiques complémentaires, qui ont conduit à leur réinhumation solennelle à Saint-Pétersbourg.

Sépulture collective de la Première Guerre mondiale, Arras

Photographie : Sépulture collective de la Première Guerre mondiale, Arras

En un geste de camaraderie, les vingt soldats de Grimsby, des volontaires britanniques de la Première Guerre mondiale, ont été enterrés côté à côte, revêtus de leur uniforme par leurs compagnons d'armes. L'inhumation du 10e Lincolnshire Regiment a eu lieu en avril 1917 au lieu-dit le... 

Crédits : G. Prilaux/ Inrap

Afficher

Les vestiges de la Seconde Guerre mondiale sont entrés à leur tour depuis peu dans le champ de l'archéologie, tandis que l'on commençait à classer au titre des Monuments historiques certains ouvrages militaires appartenant au mur de l'Atlantique ou à la ligne Maginot. La préservation des installations liées à la guerre froide, désormais en partie périmées, est maintenant demandée par un groupe de réflexion international d'archéologues et de spécialistes du patrimoine.

Les conflits armés récents ont été l'occasion d'opérations associant archéologie, éthique, histoire et droit. Une enquête d'envergure a été menée en Ukraine par le père Patrick Desbois sur les traces de la « Shoah par balles », qui conduisit à l'assassinat de centaines de milliers de Juifs par les Einsatzgruppen nazis. Ceux-ci rassemblaient leurs victimes le long de tranchées préalablement creusées, au fond desquelles elles tombaient sous les balles, avant qu'elles ne soient ensuite comblées. Le père Desbois, combinant enquêtes orales auprès des habitants et prospections sur le terrain, à la recherche notamment des douilles de balles à la surface des champs, a localisé environ 1 200 de ces fosses. Même s'il fait le travail d'un historien, son but est cependant autre : responsable au sein de l'Église catholique des relations entre juifs et chrétiens, il souhaite pouvoir donner in fine à ces morts une sépulture qui soit en accord avec leur religion. Le travail d'exhumation lui-même et la définition des méthodes qui seront utilisées n'ont pas encore commencé.

C'est pour d'autres charniers plus récents encore, ceux de la dictature argentine des années 1970, du génocide des Tutsi de 1994 et des guerres en Yougoslavie au début des années 1990 (avec notamment les massacres de Srebrenica en juillet 1995), que des archéologues, tel William D. Haglund, ont été requis afin d'éclairer la justice. Les méthodes archéologiques permettent conjointement d'obtenir les preuves juridiques des massacres et de leurs modes opératoires en vue de suites judiciaires, mais tout autant d'établir et de restituer l'histoire. En revanche, l'exhumation des corps des républicains espagnols assassinés massivement par les troupes franquistes et qui reposent d [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

Médias de l’article

Rubbish !, The Archaeology of Garbage, W. L. Rathje et C. Murphy

Rubbish !, The Archaeology of Garbage, W. L. Rathje et C. Murphy
Crédits : Trade paperback, University of Arizona Press/ D.R.

photographie

Sépulture collective de la Première Guerre mondiale, Arras

Sépulture collective de la Première Guerre mondiale, Arras
Crédits : G. Prilaux/ Inrap

photographie

Déjeuner sous l'herbe, D. Spoerri

Déjeuner sous l'herbe, D. Spoerri
Crédits : D. Gliksman/ Inrap

photographie

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur émérite à l'université Paris-I-Panthéon-Sorbonne et à l'Institut universitaire de France

Classification

Autres références

«  ARCHÉOLOGIE  » est également traité dans :

ARCHÉOLOGIE MÉDIÉVALE

  • Écrit par 
  • Luc BOURGEOIS
  •  • 4 882 mots
  •  • 5 médias

L’archéologie médiévale rassemble un large spectre de méthodes permettant d’étudier les témoignages matériels des cultures qui se sont succédé entre le ve et le xve siècle. Elle s’intéresse aussi bien aux structures enfouies ou en élévation qu’au mobilier et aux in […] Lire la suite

ARCHÉOLOGIE - Vue d'ensemble

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DEMOULE
  •  • 924 mots
  •  • 1 média

L'archéologie est née à la Renaissance dans le contexte de la redécouverte du passé gréco-romain par les élites cultivées. Celles-ci ont accumulé en leurs palais, dans des « cabinets de curiosités » qui devinrent les premiers musées, les objets d'art, sculptures, poteries ou mosaïques que mettaient à jour les travaux de construction. D'emblée, l'archéologie ne fut donc pas qu'une démarche de conna […] Lire la suite

ARCHÉOLOGIE (Méthodes et techniques) - La prospection archéologique

  • Écrit par 
  • Alain TABBAGH
  •  • 3 195 mots
  •  • 3 médias

La prospection peut être définie comme une méthode globale d'appréhension de l'ensemble des traces des aménagements apportés par les sociétés humaines à leur environnement physique et vivant. Elle constitue une démarche en amont de la fouille, puisqu'elle permet de répondre à la question : « où est-il pertinent de fouiller » ? Les outils de la prospection so […] Lire la suite

ARCHÉOLOGIE (Méthodes et techniques) - L'archéologie aérienne

  • Écrit par 
  • Roger AGACHE
  •  • 5 985 mots
  •  • 1 média

Longtemps, archéologues et historiens se sont contentés de demander à la photographie aérienne une image globale, plus complète, plus précise, des monuments ou des sites archéologiques, qui les replace dans leur environnement naturel et humain. Depuis quelques années, le recours à la photo aérienne est devenu systématique aussi bien lors des fouilles que lors des survols périodiques qui permettent […] Lire la suite

ARCHÉOLOGIE (Méthodes et techniques) - L'archéologue et le terrain

  • Écrit par 
  • Jean-Claude MARGUERON, 
  • Michel TERRASSE
  •  • 4 226 mots

La relation entre l'archéologie et le terrain étudié s'est longtemps identifiée à l'action de fouiller, considérée comme une manière d'aventure. Si cette activité est aujourd'hui devenue banale au point que chacun soit tenté d'y recourir sans en connaître parfois les méthodes et les risques, sa place dans l'archéologie ne manque pas de provoquer maintes remises en question parmi les spécialistes : […] Lire la suite

ARCHÉOLOGIE SOUS-MARINE

  • Écrit par 
  • Patrice POMEY, 
  • André TCHERNIA
  •  • 8 375 mots
  •  • 5 médias

L'archéologie sous-marine est une branche de l'archéologie générale : les buts et les principes des fouilles sous-marines ne sont pas différents de ceux des fouilles terrestres. Mais les conditions de travail en milieu subaquatique amènent à définir des techniques propres à l'archéologie sous-marine, de même que la nature des sites découverts conduit les archéologues à approfondir l'étude de domai […] Lire la suite

ARCHÉOLOGIE (Méthodes et techniques) - L'archéologie urbaine

  • Écrit par 
  • Henri GALINIÉ
  •  • 3 190 mots
  •  • 2 médias

Il y a une quarantaine d'années, la rénovation du centre historique des villes, l'élargissement de la notion de patrimoine et l'amélioration des techniques de terrain, ont permis de reconsidérer l'archéologie des villes. Entendue comme une archéologie de l'urbain, et non plus de choses urbaines, l'archéologie urbaine prenait son essor en Europe. Partie du […] Lire la suite

ARCHÉOLOGIE (Méthodes et techniques) - L'archéologie environnementale

  • Écrit par 
  • Stéphanie THIÉBAULT
  •  • 4 211 mots

Depuis une trentaine d'années, l'archéologie s'attache à étudier l'environnement, le paysage dans lesquels ont évolué les sociétés du passé. En plus de sa contribution à la connaissance des milieux dans lesquels l'homme et les sociétés se sont développés s'ajoute la résonance toute particulière de l'archéologie environnementale dans l'évaluation, la prospective et la prise de décision touchant l'a […] Lire la suite

ARCHÉOLOGIE (Traitement et interprétation) - L'archéométrie

  • Écrit par 
  • Loïc BERTRAND, 
  • Jean-Paul DEMOULE, 
  • Loïc LANGOUET, 
  • Martine REGERT
  •  • 4 375 mots
  •  • 3 médias

L'archéométrie désigne, d'une manière générale, toutes les recherches visant à appliquer à l’archéologie des techniques empruntées aux sciences expérimentales physico-chimiques ou biochimiques. De telles applications ont pour but de fournir des données quantitatives et objectives aptes à déterminer la localisation et l'étendue des gisements, à faciliter la datation des occupations, la provenance e […] Lire la suite

ARCHÉOLOGIE (Traitement et interprétation) - La photogrammétrie architecturale

  • Écrit par 
  • Jean-Paul SAINT AUBIN
  •  • 5 210 mots
  •  • 1 média

La photogrammétrie repose sur les principes et l'usage de la vue perspective, renouvelés par l'invention, au milieu du xixe siècle, de la photographie. La combinaison de plusieurs clichés photographiques permet en effet d'obtenir une vision dite « stéréoscopiqu […] Lire la suite

ARCHÉOLOGIE (Traitement et interprétation) - Les modèles interprétatifs

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DEMOULE
  •  • 2 420 mots

L'archéologie ne saurait se résumer à la simple collecte d'objets contenus dans le sol. Elle ne saurait non plus se cantonner, comme elle l'a longtemps été, au rôle d'une « auxiliaire de l'histoire », incapable par elle-même d'interpréter ses propres documents. Toute science dispose à la fois de faits – construits par ses techniques et méthodes d'observation – et de théories qui permettent d'inter […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Paul DEMOULE, « ARCHÉOLOGIE (Archéologie et société) - Archéologie du temps présent », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/archeologie-archeologie-et-societe-archeologie-du-temps-present/