ARABE (MONDE)Le peuple arabe

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les vagues d'arabisation

Avant l'islam

Les Arabes d'Arabie se sont infiltrés il y a très longtemps dans le Croissant fertile (Mésopotamie, Syrie-Palestine) et en Égypte. La plupart de ceux qui s'installèrent en Syrie-Palestine et en Mésopotamie s'assimilèrent à la population araméenne dont ils adoptèrent la langue en même temps qu'ils se sédentarisaient. Il se forma un certain nombre de petits États à base arabe plus ou moins aramaïsée, fortement influencés aussi par l'héllénisme : Nabatène, Iturée, Émèse, Osroène, Palmyre. Dès 401 avant J.-C., Xénophon appelle Arabie le pays situé au sud-ouest de la Mésopotamie, et c'était aussi depuis longtemps le nom de la partie de l'Égypte située entre le Nil et la mer Rouge.

Au ive siècle commencent à se former, en bordure du Croissant fertile, des États arabes satellites des empires romain et iranien. C'est de l'un des premiers souverains de ces États, Imru' l-Qays, qu'émane la plus ancienne inscription pleinement arabe (en écriture nabatéenne) datée de 328. Ces États ont une grande influence sur la Syrie-Palestine et sur la Mésopotamie qu'ils flanquaient. Au vie siècle, l'immigration arabe, dans le Croissant fertile aussi bien qu'en Arabie du Sud, semble devenir plus massive et avoir tendance à s'assimiler moins rapidement.

L'arabisation et ses limites (VIIe-XIe siècle)

Mais la grande vague d'arabisation date des conquêtes musulmanes. De 622 à 632, le prophète Mahomet (Mụhammad) crée à Médine un État théocratique arabe ayant pour base la religion qu'il fonde, l'islam. Il finit par contrôler directement ou indirectement l'ensemble des tribus et des villes de la péninsule arabe. De 633 à 643, ses successeurs conquièrent sur les empires byzantin et sassanide l'ensemble du Croissant fertile, l'Arménie, l'Iran, l'Égypte et la Cyrénaïque. La conquête du Maghreb byzantin et berbère, amorcée dès 647, est achevée peu après 700. L'Espagne est conquise de 711 à 713. À l'est, de 705 à 715, les Arabes s'emparent des bassins de l'Amou-Darya et du Syr-Darya. De 710 à 713, le bassin de l'Indus est soumis à son tour.

Islam, expansion du VIIe au Xe siècle

Dessin : Islam, expansion du VIIe au Xe siècle

L'essor et la diffusion de l'Islam sous les Omeyyades et les Abbassides, du VIIe au Xe siècle. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Cet immense empire est dirigé et exploité par les Arabes et à leur profit. La dynastie omeyyade (660-750) gouverne un empire arabe. En 750, la révolution abbasside qui établit la capitale à Bagdad en fait un empire musulman, en faisant participer une partie des classes dominantes des peuples soumis à l'exercice et aux profits du pouvoir. Dans l'empire arabe puis musulman, la diffusion de la langue arabe est assez lente au début. Elle n'est érigée en langue administrative que sous ‘Abd al-Malik (685-705). La population s'arabise grâce aux grandes villes nouvelles (Kūfa, Bạsra en Irak, Fostāt en Égypte, Kairouan en Tunisie), d'abord vastes campements où sont concentrés, en pays conquis, les Arabes avec leurs femmes et leurs enfants. Ce sont de grands marchés et les contacts commerciaux se font en arabe avec les paysans des alentours. De même les contacts s'établissent en arabe entre les maîtres arabes et les esclaves des plantations. Sous les Abbasides, on assiste à la dissémination des Arabes de souche et des premiers éléments arabisés dans les campagnes. La conversion à l'islam, qui s'accompagne d'importants avantages fiscaux et sociaux, contribue aussi à l'arabisation : une instruction religieuse sommaire comporte une certaine familiarisation avec le texte arabe du livre sacré, le Coran. La conversion s'accompagne souvent (régulièrement au début) d'une affiliation par adoption aux tribus arabes. Les convertis deviennent vraiment des Arabes.

L'arabisation est surtout d'une rapidité spectaculaire dans tout le Croissant fertile où subsistent pourtant des îlots de langue araméenne dans le Liban et l'Anti-Liban, en Irak du Nord, etc. En Égypte, elle est un peu moins rapide, et les paysans de haute Égypte en particulier continuent longtemps à parler copte. En Arabie même subsistent des parlers sudarabiques. Au Maghreb, l'arabisation est très lente. En Espagne, elle est assez rapide, mais incomplète.

En [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

Médias de l’article

Monde arabe et arabophonie

Monde arabe et arabophonie
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Zanzibar (Tanzanie)

Zanzibar (Tanzanie)
Crédits : James Strachan/ The Image Bank/ Getty Images

photographie

Islam, expansion du VIIe au Xe siècle

Islam, expansion du VIIe au Xe siècle
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Islam, le monde musulman aux XIe et XIIe siècles

Islam, le monde musulman aux XIe et XIIe siècles
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Afficher les 5 médias de l'article


Écrit par :

  • : directeur d'études à l'École pratique des hautes études (IVe section)

Classification

Autres références

«  ARABE MONDE  » est également traité dans :

ARABE (MONDE) - Langue

  • Écrit par 
  • David COHEN
  •  • 9 437 mots
  •  • 3 médias

Aux environs du ive siècle de l'ère chrétienne, au moment où nous en saisissons les premières manifestations, et jusqu'au début du viie siècle, l'arabe était l'idiome de quelques tribus nomades pour la plupart, errant dans les immenses déserts de l'Arabie, et dont se […] Lire la suite

ARABE (MONDE) - Littérature

  • Écrit par 
  • Jamel Eddine BENCHEIKH, 
  • Hachem FODA, 
  • André MIQUEL, 
  • Charles PELLAT, 
  • Hammadi SAMMOUD, 
  • Élisabeth VAUTHIER
  •  • 29 288 mots
  •  • 2 médias

La littérature arabe a vécu jusqu'au xixe siècle sur ses propres concepts, en définissant ses propres catégories. C'est dire qu'en ce domaine toute manipulation imprudente conduit à l'incompréhension, tout rapprochement hasardeux altère la réalité des faits. Si l'on s'entête ici à partir du concept de littérature, tardivement et fort mal défini d'aill […] Lire la suite

AFGHANISTAN

  • Écrit par 
  • Daniel BALLAND, 
  • Gilles DORRONSORO, 
  • Mir Mohammad Sediq FARHANG, 
  • Pierre GENTELLE, 
  • Sayed Qassem RESHTIA, 
  • Olivier ROY, 
  • Francine TISSOT
  • , Universalis
  •  • 34 335 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « La conquête arabe »  : […] Les Arabes entrèrent en Afghanistan vers le milieu du vii e  siècle sur deux fronts parallèles : par la ville de Herat au nord et par la province du Sistan au sud. De Herat, ils poussèrent vers Balkh, chef-lieu de l'ancienne Bactriane, où ils se heurtèrent aux Turcs, qui s'y étaient établis après la destruction de la puissance des Hephtalites. Malgré la résistance farouche de ceux-ci, l'armée ara […] Lire la suite

AFRIQUE (Structure et milieu) - Géographie générale

  • Écrit par 
  • Roland POURTIER
  •  • 21 447 mots
  •  • 29 médias

Dans le chapitre « Les religions : de l'animisme aux monothéismes »  : […] Une même évolution, étalée sur une plus longue durée, concerne les religions. L'animisme ancestral, aux pratiques locales très atomisées, a cédé du terrain face aux grandes religions. Mais si l'expansion de l'islam et du christianisme l'a fait reculer, il n'en demeure pas moins pratiqué par quelque 30 p. 100 des Africains. Il reste très vivant, en particulier en milieu rural où il imprègne la vi […] Lire la suite

AFRIQUE (Histoire) - De l'entrée dans l'histoire à la période contemporaine

  • Écrit par 
  • Hubert DESCHAMPS, 
  • Jean DEVISSE, 
  • Henri MÉDARD
  •  • 9 666 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « L'Afrique septentrionale »  : […] Après la mort du Prophète, les Arabes, maîtres du Proche-Orient, envahissent l'Égypte en 640, puis la Cyrénaïque d'où ils lancent des reconnaissances jusqu'aux abords du lac Tchad. En 670, ils fondent Kairouan, dans l'ancienne province d'Africa, alors dénommée Ifriqiya. Ayant vaincu les résistances berbères les plus dures, en 711, les Arabes passent en Espagne. En Ifriqiya, point d'appui fort des […] Lire la suite

ALGÉRIE

  • Écrit par 
  • Charles-Robert AGERON, 
  • Sid-Ahmed SOUIAH, 
  • Benjamin STORA, 
  • Pierre VERMEREN
  •  • 42 226 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « La conquête arabe »  : […] Tandis que, dans l'Algérie occidentale, se reconstituaient de grandes confédérations berbères, les Arabes venus d'Égypte pénétrèrent, dès 647, dans le Maghreb. Mais ce fut seulement en 683 que la grande armée de Sidi ‘Oqba en entreprit la conquête. Byzantins et Berbères, souvent alliés, résistèrent de leur mieux. L'histoire a conservé le nom de deux de leurs chefs : Kosayla qui reprit même aux Ar […] Lire la suite

ARABIE

  • Écrit par 
  • Robert MANTRAN, 
  • Maxime RODINSON
  • , Universalis
  •  • 7 600 mots

Dans le chapitre « Les Arabes dans le monde oriental ancien »  : […] Nous ignorons quand apparut en Arabie l'ethnie arabe, c'est-à-dire une population parlant la langue arabe. Cette population, sans doute peu nombreuse, peut-être celle-là même qui a introduit le nomadisme chamelier, dut assimiler des éléments plus anciennement établis. Les textes akkadiens et hébraïques, à partir du ix e siècle avant J.-C., situent dans le désert syro-mésopotamien et le nord-ouest […] Lire la suite

ARABISME

  • Écrit par 
  • Maxime RODINSON
  • , Universalis
  •  • 5 512 mots
  •  • 6 médias

Au-delà des théoriciens que le nationalisme arabe a tardé à se donner, encore qu'ils furent précédés par les pionniers de ce qui est un proto-nationalisme, l'arabisme est d'abord le sentiment d'appartenance à l'ethnie ou à la nationalité arabe. Il y a lieu, en effet, de parler – et très tôt – d'une conscience ethnique diffuse. Et ce que l'arabisme suggère d'une doctrine ne s'entend, bien entendu, […] Lire la suite

ASIE (Géographie humaine et régionale) - Espaces et sociétés

  • Écrit par 
  • Philippe PELLETIER
  •  • 23 140 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « L'approche asiatique de l'Asie »  : […] La notion d'Asie, introduite en Asie même par les savants européens au début du xvii e  siècle, et sa transcription calligraphique en trois idéophonogrammes (a-zi-a) se répandent peu à peu au sein des pays de culture sinisée (Chine, Japon, Corée, Vietnam). Jusque-là, les Chinois et leurs voisins considèrent la Chine comme étant le centre de l'écoumène : le Pays du Milieu ( Zhongguo ), ou la Fleur […] Lire la suite

BÉDOUINS

  • Écrit par 
  • Roger MEUNIER
  •  • 606 mots

Population nomade originaire du centre de l'Arabie, les Bédouins ( Bādw ) se sont dispersés en vagues successives à travers le Moyen-Orient, l'Égypte et l'Afrique du Nord, liant leur expansion à celle de l'islam des premiers siècles. Les conquêtes des Bédouins entraînent la transformation de nombreux groupes en cultivateurs sédentaires ainsi que, fréquemment, leur fusion avec les populations auto […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

17-29 mars 2007 Israël – Autorité palestinienne. Nouveau gouvernement palestinien et réactivation de l'initiative de paix de la Ligue arabe

Les Palestiniens approuvent aujourd'hui cette initiative qui rencontre également une plus grande faveur dans le monde arabe. Déjà artisan de l'accord de gouvernement palestinien de février, l'Arabie Saoudite renforce ainsi son image d'acteur du processus de paix au Proche-Orient.  […] Lire la suite

1er-31 mars 2003 Irak – États-Unis. Déclenchement de l'intervention armée américano-britannique

Les 15 et 16, la mobilisation organisée à travers le monde contre la guerre en Irak est beaucoup moins forte qu'en février. Le 16, George W. Bush, Tony Blair et José María Aznar, réunis aux Açores, prennent « l'engagement solennel d'aider le peuple irakien à construire un nouvel Irak en paix avec lui-même et avec ses voisins ». Le 17, le secrétaire général de l'O. […] Lire la suite

11-28 septembre 2001 États-Unis. Attentats terroristes contre le World Trade Center et le Pentagone

Il rejette « tout amalgame entre les groupes de terroristes fanatiques et le monde arabe et musulman ». Enfin, il adopte une série de mesures antiterroristes. Les enquêtes s'intensifient, en Europe, pour tenter de démanteler les réseaux islamistes. Le 24, le président Bush désigne 27 individus ou organisations soupçonnés d'être liés au réseau terroriste d'Oussama ben Laden. […] Lire la suite

3-31 août 1981 Proche-Orient. Initiatives diplomatiques autour du maintien de la paix

Les propositions saoudiennes, bien accueillies dans le monde arabe, sont rejetées par le gouvernement israélien. Les 25 et 26, Menahem Begin et Anouar el-Sadate se rencontrent en Égypte, à Alexandrie. Ils conviennent de reprendre, le 23 septembre, les négociations sur l'autonomie des territoires occupés, suspendues à l'initiative du président Sadate depuis quinze mois. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Maxime RODINSON, « ARABE (MONDE) - Le peuple arabe », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/arabe-monde-le-peuple-arabe/