GABRIEL ANGE JACQUES (1698-1782)

Médias de l’article

L'École militaire, Paris

L'École militaire, Paris
Crédits : Bridgeman Images

photographie

École militaire : plan selon le projet d'Ange Jacques Gabriel en 1751

École militaire : plan selon le projet d'Ange Jacques Gabriel en 1751
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin


Si l'un des mérites principaux de l'architecture réside en l'adaptation raisonnée de l'édifice à sa destination et à son site, l'œuvre d'Ange Jacques Gabriel peut être tenue pour exemplaire. La place Louis-XV, l'École militaire, les résidences royales, l'Opéra de Versailles ont proposé à cet architecte français autant de programmes divers qu'il faut considérer tour à tour pour apprécier la manière dont ils ont été réalisés.

L'École militaire, Paris

L'École militaire, Paris

photographie

L'École militaire, Paris. Architecte : Jacques-Ange Gabriel. 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

Entre l'animation baroque et la froideur néo-classique, Gabriel a toujours conservé un équilibre et une juste mesure qui, à vrai dire, touchent peu la sensibilité de notre temps. Plus d'imprévu distingue à nos yeux les œuvres créées au contact de l'art baroque par ses contemporains portant des noms français : Jardin à Copenhague, Jadot à Vienne, La Guépière au Wurtemberg. Pour être équitable, il faut reconnaître en Gabriel, non le génie d'un novateur, mais les qualités d'un très grand maître : la noblesse et la simplicité des partis, la distinction de l'ornement et des profils, le sens de l'échelle urbaine et monumentale. Il ménage avec autant d'aisance que d'ampleur les articulations d'une façade. Il veille avec sévérité à la bonne exécution de l'appareil, des ferronneries et des lambris. Ses nombreux dessins, conservés pour la plupart dans les papiers de la Maison du roi (Archives nationales), attestent la prudence de sa démarche et l'exigence de son goût.

Approcher l'œuvre de Gabriel, c'est recueillir une leçon de probité artistique. C'est aussi reconnaître le soin donné par le plus intelligent des Bourbons aux monuments de son règne.

La place Louis-XV

Ange Jacques Gabriel, né à Paris, est issu d'une famille d'architectes estimée dès le règne de Louis XIV et liée par un mariage à celle des deux Mansart. Son grand-père, Jacques IV Gabriel, est signalé avec éloge dans les mémoires de la Grande Mademoiselle. Son père, Jacques V, premier architecte du roi, a laissé de fort beaux édifices : l'hôtel de ville de Rennes, la place Royale de Bordeaux, l'évêché de Blois. Lui-même avait dessiné tout jeune sous les yeux de Louis XV et il recueillit la succession paternelle [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages


Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis



Écrit par :

  • : conservateur du Patrimoine en chef de la Ville de Paris, membre associé de l'Académie d'architecture

Classification


Autres références

«  GABRIEL ANGE JACQUES (1698-1782)  » est également traité dans :

ARCHITECTURE (Thèmes généraux) - L'architecte

  • Écrit par 
  • Florent CHAMPY, 
  • Carol HEITZ, 
  • Roland MARTIN, 
  • Raymonde MOULIN, 
  • Daniel RABREAU
  •  • 16 576 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « L'évolution du statut de l'architecte en France »  : […] créant de véritables dynasties d'architectes – les Du Cerceau, Métezeau, Mansart, Gabriel sont restés célèbres, pour s'en tenir à l'Ancien Régime. Néanmoins, de nombreux ingénieurs de fortifications des généralités provinciales exercent également les fonctions d'architectes des grandes villes ou des communautés du clergé séculier. Les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/architecture-themes-generaux-l-architecte/#i_12742

GABRIEL JACQUES III JULES (1667-1742)

  • Écrit par 
  • Jean-Jacques DUTHOY
  •  • 329 mots

Élève et parent de Jules Hardouin-Mansart, père de l'illustre Ange Jacques, l'architecte Jacques Gabriel est communément désigné sous le nom de Jacques III et par certains historiens sous celui de Jacques V. Il accomplit une carrière rapide et brillante : contrôleur des Bâtiments du roi en 1687, membre de l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jacques-iii-jules-gabriel/#i_12742

Voir aussi

Pour citer l’article

Michel GALLET, « GABRIEL ANGE JACQUES - (1698-1782) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 août 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ange-jacques-gabriel/