GABRIEL JACQUES III JULES (1667-1742)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Élève et parent de Jules Hardouin-Mansart, père de l'illustre Ange Jacques, l'architecte Jacques Gabriel est communément désigné sous le nom de Jacques III et par certains historiens sous celui de Jacques V. Il accomplit une carrière rapide et brillante : contrôleur des Bâtiments du roi en 1687, membre de l'Académie d'architecture en 1699, premier ingénieur des Ponts et Chaussées en 1716, premier architecte en 1734. Auteur de nombreux hôtels (de Varengeville, 1704 ; Peyrenc de Moras-Biron, 1730), de projets pour des églises (Hôtel-Dieu à Orléans, Oratoire à Paris, cathédrale de La Rochelle) et de ponts (Blois). Mais l'essentiel de son œuvre est constitué par ses importants travaux à Rennes, à Bordeaux et à Dijon. À Rennes, il reconstruit le centre de la ville après l'incendie de 1720 et dessine (1730) l'hôtel de ville, à la silhouette mouvementée et pittoresque, « la création officielle la plus baroque du xviiie français » (Pariset). À Bordeaux, de 1729 à sa mort, il crée la place Royale, ouverte sur le fleuve, rectangle à pans coupés, « demi-place Vendôme » (Hautecœur), mais plus aérée : un pavillon central au fond et, en façade sur le fleuve, deux pavillons latéraux, la Douane et la Bourse, dotés d'un avant-corps à colonnes et fronton. L'ordonnance est plus monumentale qu'à Rennes à cause de l'ordre colossal de pilastres et de colonnes, et surtout de la ligne régulière des toitures qui donne à l'ensemble une majesté tranquille, bien classique. À Dijon enfin, Gabriel construit, en 1733, au palais des États, une aile nouvelle comportant un vaste escalier d'honneur, œuvre élégante, ouverte à la lumière. Il est juste d'associer au nom de Jacques Gabriel celui de son sculpteur attitré Verbeckt (1704-1771), responsable de la décoration sur les trois grands chantiers provinciaux.

—  Jean-Jacques DUTHOY

Écrit par :

Classification


Autres références

«  GABRIEL JACQUES III JULES (1667-1742)  » est également traité dans :

BEFFROIS

  • Écrit par 
  • Renée PLOUIN
  •  • 2 509 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Structure »  : […] Par son symbolisme même, la tour du beffroi est nécessairement élevée : elle doit rivaliser avec le donjon du château et les clochers des églises ou des abbayes. Il en résulte pour les villes des silhouettes hérissées de tours et de clochers, que les graveurs de pourtraicts de villes soulignent tout particulièrement. Les plus hauts beffrois se dressent en Belgique et dépasse […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/beffrois/#i_12739

GABRIEL ANGE JACQUES (1698-1782)

  • Écrit par 
  • Michel GALLET
  •  • 3 691 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'Opéra de Versailles »  : […] L'ouvrage le plus important de Gabriel à Versailles fut l'Opéra. La construction d'un théâtre dans l'aile du Nord, confiée par Louis XIV à Gaspard Vigarani, était restée en suspens. Il fut question de la reprendre en 1748. Paris manquait aussi d'un grand théâtre, et la tradition française dont Gabriel était l'héritier n'offrait en ce domaine aucun exemple. Seuls quelques machinistes de talent – J […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ange-jacques-gabriel/#i_12739

HÔTEL DE VILLE

  • Écrit par 
  • Pascal LIÉVAUX-SENEZ
  •  • 3 691 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Hôtel de ville et urbanisme »  : […] Depuis le Moyen Âge, la place, sur laquelle se tiennent foires et marchés, est le lieu privilégié du gouvernement communal. Dans les bastides médiévales, villes neuves régulièrement tracées, l'hôtel de ville borde la place centrale (Montauban, Aigues-Mortes). Ailleurs, la densité d'un urbanisme souvent anarchique ne permet pas toujours d'adopter une telle solution. Au cours du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hotel-de-ville/#i_12739

Pour citer l’article

Jean-Jacques DUTHOY, « GABRIEL JACQUES III JULES - (1667-1742) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jacques-iii-jules-gabriel/