GABRIEL ANGE JACQUES (1698-1782)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

L'École militaire, Paris

L'École militaire, Paris
Crédits : Bridgeman Images

photographie

École militaire : plan selon le projet d'Ange Jacques Gabriel en 1751

École militaire : plan selon le projet d'Ange Jacques Gabriel en 1751
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin


Les résidences royales

Seule une énumération rapide permet d'évoquer ici les nombreux travaux de Gabriel dans les demeures de la royauté. À Compiègne, où il reprit les plans de son père, il triompha d'une double difficulté : la dénivellation créée par la présence de l'ancien rempart entre la cour et le parc, l'angle aigu formé par les deux façades principales, qu'il a masqué intérieurement par un artifice de plan. Saint-Hubert, château des chasses de Louis XV en forêt des Yvelines, n'a laissé qu'un souvenir. De Choisy, commencé par le grand-père de l'artiste, on conserve deux pavillons. À Fontainebleau, entre le jardin de Diane et la cour des Fontaines, Gabriel décora brillamment les appartements de Louis XV et de Marie Leckzinska. Ici, le Gros Pavillon est l'amorce d'une transformation générale, comme à Versailles le pavillon de la Chapelle. Le souci de l'apparat faisait place à celui du confort et de la tranquillité personnelle.

À Versailles, la Petite Galerie de Louis XIV et l'escalier des Ambassadeurs disparurent, sacrifiés aux commodités de la vie quotidienne. Au rez-de-chaussée du palais, l'une des plus belles pièces décorées par Gabriel est la bibliothèque du Dauphin. Au premier étage, il a laissé sa marque au salon de musique de Madame Adélaïde et aux pièces de l'appartement intérieur du roi : la bibliothèque, le cabinet d'angle et le cabinet des Pendules. Plus haut se développe, autour de la cour des Cerfs, le circuit mystérieux des petits cabinets où seuls quelques contemporains ont pénétré. Sur les dessins de Gabriel, Verberckt a répandu à profusion les ornements du style rocaille, mais toujours avec symétrie. Caractéristique est la rosace qui occupe souvent le centre des panneaux et justifie l'appellation de « rocaille rayonnant » donnée par Yves Bottineau au style de Gabriel. Louis XV, tout en approuvant le classicisme en architecture, est toujours resté fidèle au style décoratif qui porte son nom.

Un intéressant témoignage sur l'intime collaboration du roi et de son architecte a été laissé par le duc de Croý, [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages


Écrit par :

  • : conservateur du Patrimoine en chef de la Ville de Paris, membre associé de l'Académie d'architecture

Classification


Autres références

«  GABRIEL ANGE JACQUES (1698-1782)  » est également traité dans :

ARCHITECTURE (Thèmes généraux) - L'architecte

  • Écrit par 
  • Florent CHAMPY, 
  • Carol HEITZ, 
  • Roland MARTIN, 
  • Raymonde MOULIN, 
  • Daniel RABREAU
  •  • 16 573 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « L'évolution du statut de l'architecte en France »  : […] Le mot architecte figure dans le Dictionnaire français-latin de Robert Estienne (1549). À l'époque où certains souverains, comme Catherine de Médicis, se piquent de connaissances en architecture et où de savants gentilshommes, issus comme Pierre Lescot d'une famille de hauts fonctionnaires, font une brillante carrière d'architecte, les termes courants, « maître-niveleur », « […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/architecture-themes-generaux-l-architecte/#i_12742

GABRIEL JACQUES III JULES (1667-1742)

  • Écrit par 
  • Jean-Jacques DUTHOY
  •  • 329 mots

Élève et parent de Jules Hardouin-Mansart, père de l'illustre Ange Jacques, l'architecte Jacques Gabriel est communément désigné sous le nom de Jacques III et par certains historiens sous celui de Jacques V. Il accomplit une carrière rapide et brillante : contrôleur des Bâtiments du roi en 1687, membre de l'Académie d'architecture en 1699, premier ingénieur des Ponts et Chaussées en 1716, premier […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jacques-iii-jules-gabriel/#i_12742

Voir aussi

Pour citer l’article

Michel GALLET, « GABRIEL ANGE JACQUES - (1698-1782) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ange-jacques-gabriel/