MANTEGNA ANDREA (1431-1506)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Portrait d’un homme, A. Mantegna

Portrait d’un homme, A. Mantegna
Crédits : Courtesy National Gallery of Art, Washington

photographie

La Chambre des époux, A. Mantegna

La Chambre des époux, A. Mantegna
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Ludovico Gonzague, A. Mantegna, détail  la comtesse Barbara de Brandebourg

Ludovico Gonzague, A. Mantegna, détail  la comtesse Barbara de Brandebourg
Crédits : Electa/ AKG

photographie

La Chambre des époux, A. Mantegna

La Chambre des époux, A. Mantegna
Crédits : A. Dagli Orti/ De Agostini

photographie

Tous les médias


Le «  Retable de saint Zénon »

Entre la fin de l'année 1456 et l'année 1459, Mantegna entreprend notamment une œuvre destinée, elle aussi, à avoir une grande influence : le Retable de saint Zénon à Vérone. Renonçant à la composition traditionnelle des polyptyques, il y crée une unité idéale des figures prises dans le réseau des lignes perspectives. Il conçoit une architecture feinte qui englobe la totalité de la surface peinte et qui se termine sur les bords extérieurs de l'œuvre par d'authentiques demi-colonnes en bois, celles de la corniche du retable. Il en résulte un espace illusionniste, un milieu idéal où trouve place la Madone, assise sur son trône et entourée par des saints. Tous ces personnages sont unis les uns aux autres, dans une ambiance sentimentale dont la tension interne est elle-même définie par l'unité spatiale. Dans le Retable de saint Zénon, les figures vivent d'une même vie stylistique et morale qui détermine une tension dynamique d'une exceptionnelle efficacité. Cette tension est due aux raccourcis de la perspective, à la violence chromatique, à la raideur dédaigneuse des personnages enfermés dans leur monde pétrifié. Dans les scènes de la prédelle du polyptyque (La Prière au jardin des Oliviers et La Résurrection qui se trouvent à Tours ; La Crucifixion qui est au musée du Louvre), la créativité et le dynamisme de l'art de Mantegna s'affirment aussi bien dans la composition que dans le chromatisme. Le rendu des figures minces et allongées semble faire écho aux premières œuvres de Giovanni Bellini dont Mantegna avait épousé la sœur en 1454. La nature des rapports et des échanges entre les deux beaux-frères est encore matière à controverse. Il est probablement impossible de les définir exactement. On est d'accord toutefois pour penser que ces rapports ont été stimulants pour l'un et l'autre. On admet que le milieu padouan des années 1450, milieu plein de vie et de passion, fut déterminant pour l'avenir de la peinture vénitienn [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  MANTEGNA ANDREA (1431-1506)  » est également traité dans :

MANTEGNA (exposition)

  • Écrit par 
  • Éléonore FOURNIÉ
  •  • 1 023 mots

La première rétrospective consacrée à Andrea Mantegna au musée du Louvre, à Paris, du 26 septembre 2008 au 5 janvier 2009, amène le visiteur au cœur du Quattrocento italien. Là, une confrontation perspicace des œuvres du maître avec celles de ses contemporains permet, en l'espace de près de 190 œuvres, de révéler les moments clés de la vie de l'artis […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mantegna/#i_4819

BELLINI LES

  • Écrit par 
  • Henri PERETZ
  •  • 2 337 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Disciple de Mantegna »  : […] On ne peut embrasser d'un regard ou définir d'un mot l'œuvre d'un peintre qui a produit durant soixante ans. Parti de bases bien déterminées, Giovanni Bellini a peu à peu élaboré une manière dont ses élèves profiteront. Très lié aux préoccupations humanistes et archéologiques de Mantegna, il s'en est peu à peu délivré non pour les oublier, mais pour leur donner vie dans un milieu de lumière et de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-bellini/#i_4819

GRAVURE

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT, 
  • Michel MELOT
  •  • 8 560 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La gravure, mode de reproduction ou mode d'expression »  : […] La gravure n'est pas née de volontés esthétiques mais de la nécessité pratique de multiplier les images, dans ce même mouvement qui assurait la diffusion des textes par l'imprimerie. Sur ces origines très obscures on ne peut faire que des hypothèses. À la fin du xiv e  siècle, les gravures sur bois, ou xylographies, faisaient l'objet d'un commerc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gravure/#i_4819

LOMBARDIE

  • Écrit par 
  • Franco MAZZINI
  •  • 3 758 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « La Renaissance »  : […] Dans cette même ville de Mantoue, les Gonzague se séparent du miniaturiste « gothique » Belbello et le remplacent par Gerolamo de Crémone (1462), élève de Mantegna. Cependant, Brescia, avec l'œuvre du jeune Vincenzo Foppa , et Crémone, avec Benedetto Bembo, s'ouvrent elles aussi à la culture de la Renaissance. Mais en Lombardie, que ce soit en raison des échanges commerciaux ou en raison d'un goût […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lombardie/#i_4819

PEINTURE - Les catégories

  • Écrit par 
  • Antoine SCHNAPPER
  •  • 4 716 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Définition »  : […] Si le critère essentiel de la peinture monumentale est de faire partie du mur qu'elle décore, il n'en faut pas moins nuancer une telle affirmation : un grand tableau encastré dans une boiserie, un dessus de cheminée ne sont pas fondamentalement différents d'une peinture marouflée qui sera toujours tenue pour une peinture monumentale ; certaines peintures murales pompéiennes, de petite ou moyenne […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/peinture-les-categories/#i_4819

PERSPECTIVE

  • Écrit par 
  • Marisa DALAI EMILIANI
  •  • 8 113 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « Théorie et pratique de la perspective pendant la Renaissance en Europe »  : […] On reconnaît communément à la Renaissance italienne le mérite de la découverte des lois de la perspective : découverte révolutionnaire, qui non seulement transforme le cours des arts figuratifs, qu'elle soustrait aux méthodes artisanales et à la spatialité contradictoire du Moyen Âge – bidimensionnalité et perspective inversée byzantine, multiples variantes des schémas à axe […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/perspective/#i_4819

RENAISSANCE

  • Écrit par 
  • Eugenio BATTISTI, 
  • Jacques CHOMARAT, 
  • Jean-Claude MARGOLIN, 
  • Jean MEYER
  •  • 31 106 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « Le mécénat public »  : […] Aux xv e  et xvi e  siècles, l'activité artistique d'un centre urbain n'est pas nécessairement liée à la prospérité économique ; qui plus est, certaines villes prospères (par exemple Gênes) ne connaissent pas de courants novateurs ; c'est qu'il n'y a dans ces villes ni de cour ni de mouvement cult […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/renaissance/#i_4819

Voir aussi

Pour citer l’article

Pietro ZAMPETTI, « MANTEGNA ANDREA - (1431-1506) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/andrea-mantegna/