MANTEGNA ANDREA (1431-1506)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La personnalité de Mantegna et son œuvre ont pris un relief et une importance exceptionnels : c'est Mantegna en effet qui, dans les villes de la vallée du Pô, a rompu définitivement avec le style gothique, toujours vivace en plein milieu du xve siècle. Dès le début de sa précoce activité, l'artiste a pris position en faveur du renouveau et du progrès de la peinture. Jamais, au cours de sa longue activité, il ne s'est départi de cette attitude.

L'ascendant de Mantegna fut grand. Les peintres vénétiens et lombards, des Bellini à Cosmè Tura et à Vicenzo Foppa, lui doivent beaucoup, ainsi que les petits maîtres de l'école de Camerino dans les Marches, et les peintres ligures de la fin du xve siècle.

Padoue et la Renaissance

Andrea Mantegna est né à Isola di Cartura, petite localité de la Vénétie située entre Vicence et Padoue. Très jeune, il se rendit dans cette dernière ville où il entra dans l'atelier de Francesco Squarcione (1397-1468). Celui-ci était alors un personnage très connu, bien qu'à cette époque tous les aspects de sa véritable nature ne se fussent pas encore manifestés. Squarcione fut collectionneur de dessins et de sculptures antiques, entrepreneur, tailleur, et finalement peintre et professeur de peinture. On connaît les différends et les litiges qui l'opposèrent à ses nombreux élèves. Mantegna y prit part lui aussi dans sa jeunesse. Il est certain que la jeune génération des « Padouans réformés » a forgé son esprit critique au sein de cet atelier où l'existence était mouvementée.

À Padoue, les temps étaient venus pour que s'expriment les nouvelles tendances artistiques. Un grand humaniste, Palla Strozzi, qui s'était exilé à Florence, avait apporté à Padoue non seulement son savoir, mais aussi une façon de vivre, c'est-à-dire une culture nouvelle, celle qui s'était développée en Toscane. De Toscane encore étaient venus un certain nombre de protagonistes de l'art nouveau, et ils avaient laissé plusieurs œuvres sur place : [...]


Médias de l’article

Portrait d’un homme, A. Mantegna

Portrait d’un homme, A. Mantegna
Crédits : Courtesy National Gallery of Art, Washington

photographie

La Chambre des époux, A. Mantegna

La Chambre des époux, A. Mantegna
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Ludovico Gonzague, A. Mantegna, détail  la comtesse Barbara de Brandebourg

Ludovico Gonzague, A. Mantegna, détail  la comtesse Barbara de Brandebourg
Crédits : Electa/ AKG

photographie

La Chambre des époux, A. Mantegna

La Chambre des époux, A. Mantegna
Crédits : A. Dagli Orti/ De Agostini

photographie

Tous les médias



1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  MANTEGNA ANDREA (1431-1506)  » est également traité dans :

MANTEGNA (exposition)

  • Écrit par 
  • Éléonore FOURNIÉ
  •  • 1 023 mots

La première rétrospective consacrée à Andrea Mantegna au musée du Louvre, à Paris, du 26 septembre 2008 au 5 janvier 2009, amène le visiteur au cœur du Quattrocento italien. Là, une confrontation perspicace des œuvres du maître avec celles de ses contemporains permet, en l'espace de près de 190 œuvres, de révéler les moments clés de la vie de l'artis […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mantegna/#i_4819

BELLINI LES

  • Écrit par 
  • Henri PERETZ
  •  • 2 337 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Disciple de Mantegna »  : […] On ne peut embrasser d'un regard ou définir d'un mot l'œuvre d'un peintre qui a produit durant soixante ans. Parti de bases bien déterminées, Giovanni Bellini a peu à peu élaboré une manière dont ses élèves profiteront. Très lié aux préoccupations humanistes et archéologiques de Mantegna, il s'en est peu à peu délivré non pour les oublier, mais pour leur donner vie dans un milieu de lumière et de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-bellini/#i_4819

GRAVURE

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT, 
  • Michel MELOT
  •  • 8 560 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La gravure, mode de reproduction ou mode d'expression »  : […] La gravure n'est pas née de volontés esthétiques mais de la nécessité pratique de multiplier les images, dans ce même mouvement qui assurait la diffusion des textes par l'imprimerie. Sur ces origines très obscures on ne peut faire que des hypothèses. À la fin du xiv e  siècle, les gravures sur bois, ou xylographies, faisaient l'objet d'un commerce de colportage, en particulier dans les lieux de p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gravure/#i_4819

RENAISSANCE

  • Écrit par 
  • Eugenio BATTISTI, 
  • Jacques CHOMARAT, 
  • Jean-Claude MARGOLIN, 
  • Jean MEYER
  •  • 31 106 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « Le mécénat public »  : […] Aux xv e  et xvi e  siècles, l'activité artistique d'un centre urbain n'est pas nécessairement liée à la prospérité économique ; qui plus est, certaines villes prospères (par exemple Gênes) ne connaissent pas de courants novateurs ; c'est qu'il n'y a dans ces villes ni de cour ni de mouvement culturel puissant. Comme l'attention se tourne vers Florence, on a, à travers les chroniques locales, une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/renaissance/#i_4819

LOMBARDIE

  • Écrit par 
  • Franco MAZZINI
  •  • 3 758 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « La Renaissance »  : […] Dans cette même ville de Mantoue, les Gonzague se séparent du miniaturiste « gothique » Belbello et le remplacent par Gerolamo de Crémone (1462), élève de Mantegna. Cependant, Brescia, avec l'œuvre du jeune Vincenzo Foppa , et Crémone, avec Benedetto Bembo, s'ouvrent elles aussi à la culture de la Renaissance. Mais en Lombardie, que ce soit en raison des échanges commerciaux ou en raison d'un goût […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lombardie/#i_4819

PEINTURE - Les catégories

  • Écrit par 
  • Antoine SCHNAPPER
  •  • 4 716 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Définition »  : […] Si le critère essentiel de la peinture monumentale est de faire partie du mur qu'elle décore, il n'en faut pas moins nuancer une telle affirmation : un grand tableau encastré dans une boiserie, un dessus de cheminée ne sont pas fondamentalement différents d'une peinture marouflée qui sera toujours tenue pour une peinture monumentale ; certaines peintures murales pompéiennes, de petite ou moyenne […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/peinture-les-categories/#i_4819

PERSPECTIVE

  • Écrit par 
  • Marisa DALAI EMILIANI
  •  • 8 113 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « Théorie et pratique de la perspective pendant la Renaissance en Europe »  : […] On reconnaît communément à la Renaissance italienne le mérite de la découverte des lois de la perspective : découverte révolutionnaire, qui non seulement transforme le cours des arts figuratifs, qu'elle soustrait aux méthodes artisanales et à la spatialité contradictoire du Moyen Âge – bidimensionnalité et perspective inversée byzantine, multiples variantes des schémas à axe de fuite, présentatio […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/perspective/#i_4819

Voir aussi

Pour citer l’article

Pietro ZAMPETTI, « MANTEGNA ANDREA - (1431-1506) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/andrea-mantegna/