ANCIENS ET MODERNES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Pétrarque

Pétrarque
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie

Jacques Bénigne Bossuet, évêque de Meaux, H. Rigaud

Jacques Bénigne Bossuet, évêque de Meaux, H. Rigaud
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie

Charles Baudelaire , Nadar

Charles Baudelaire , Nadar
Crédits : Nadar/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie


Littérature

Le terme « moderne » est calqué sur le latin modernus, ce qui est « à la mode », actuel. Il peut être employé de manière dépréciative, pour qualifier l'éphémère et partant le superficiel, la valeur étant dans ce cas associée à la durée, voire à l'éternité. C'est ainsi que Pétrarque (1304-1374), par exemple, appelait Modernes les doctes de son époque, trop imprégnés du latin de la scolastique et pas assez des belles-lettres de l'Antiquité. Mais avec les Temps dits modernes (soit, dans la terminologie des historiens, la période qui va de la Renaissance à la Révolution française) s'affirme une supériorité du présent sur le passé : celle des mathématiciens, physiciens, chimistes (Descartes, Galilée, Newton, Lavoisier), d'accord avec Pétrarque, paradoxalement, pour rejeter dans les ténèbres du Moyen Âge la science qui les a précédés. Ainsi Pétrarque a-t-il mérité le nom de « premier homme moderne » (Renan), en se plaçant dans un entre-deux du temps et, selon ses propres mots, « aux confins de deux peuples, regardant à la fois en avant et en arrière ». Cette ambivalence se retrouve dans un lieu commun énoncé dès le xiie siècle, et attribué à Bernard de Chartres : « nous sommes des nains juchés sur les épaules de géants ». Faut-il y lire la supériorité des Modernes, qui voient plus loin que les Anciens ? ou au contraire leur nécessaire infériorité, qu'ils ne compensent que grâce à ceux-là même qu'ils ne pourront jamais égaler ?

Pétrarque

Pétrarque

Photographie

Le Canzoniere (1374) du poète italien Pétrarque (1304-1374), ici vêtu de noir, a influencé durablement le lyrisme amoureux des siècles suivants. Détail de l'Enterrement de sainte Lucie (1379-1381) d'Altichiero da Zevio. Oratoire de San Giorgio, Padoue. 

Crédits : Erich Lessing/ AKG

Afficher

Les deux cultures

À la différence des humanistes, les inventeurs de ce que nous appelons aujourd'hui les sciences exactes ne nourrissent aucun complexe à l'égard de l'Antiquité. Conscients des progrès qu'ils réalisent, ils les expriment dans les langues vulgaires et délaissent progressivement le latin, réservé, écrit Descartes dans le Discours de la méthode (1637), « à ceux qui ne croient qu'aux livres anciens ». Ils se séparent [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  ANCIENS ET MODERNES  » est également traité dans :

ART CONTEMPORAIN

  • Écrit par 
  • Yves MICHAUD, 
  • Raymonde MOULIN
  •  • 12 400 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Moderne et ancien »  : […] Il faut remonter aussi loin que l'Antiquité tardive ( v e  siècle après J.-C.) pour voir apparaître le terme de moderne. Il sert d'abord à marquer la frontière de l'actualité par rapport à l' antiquitas des pères ou des Anciens. C'est à partir du moment où on conçoit la culture romano-hellénistique comme « du passé » que l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-contemporain/#i_43612

LES ANTIMODERNES (A. Compagnon) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jean-Didier WAGNEUR
  •  • 1 019 mots

Depuis que l'on a proclamé la fin des avant-gardes, la modernité a été périodiquement l'objet de débats où se mêlent mises en accusation et plaidoyers teintés de nostalgie. Professeur de littérature à la Sorbonne et à Columbia University, Antoine Compagnon a déjà consacré plusieurs essais à cette question, notamment Les Cinq Paradoxes de la modernité (1990), où il s'en prena […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-antimodernes/#i_43612

LITTÉRATURE - Du texte à l'œuvre

  • Écrit par 
  • Alain VIALA
  •  • 6 930 mots

Dans le chapitre « La révolution de l'imprimé et ses effets »  : […] Advint ensuite le bouleversement majeur d'ordre technique que constitue l'apparition de l'imprimé à la fin du xv e  siècle. Cette Révolution du livre (Roger Chartier) a transformé toute l'économie culturelle. Elle a bouleversé le temps de fabrication et la disponibilité des textes : là où il fallait des mois pour réaliser […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/litterature-du-texte-a-l-oeuvre/#i_43612

Voir aussi

Pour citer l’article

Milovan STANIC, François TRÉMOLIÈRES, « ANCIENS ET MODERNES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/anciens-et-modernes/