Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ALGÉRIE

Nom officiel

République algérienne démocratique et populaire (DZ)

    Chef de l'État et du gouvernement

    Abdelmadjid Tebboune (depuis le 19 décembre 2019). Premier ministre : Nadir Larbaoui (depuis le 11 novembre 2023)

      Chef de l'État et du gouvernement

      Abdelmadjid Tebboune (depuis le 19 décembre 2019). Premier ministre : Nadir Larbaoui (depuis le 11 novembre 2023)

        Capitale

        Alger

          Langues officielles

          Arabe, tamazight

            Unité monétaire

            Dinar algérien (DZD)

              Population (estim.) 46 116 000 (2023)
                Superficie 2 381 741 km²

                  Histoire

                  De l'Algérie antique à l'Algérie française

                  Bien que le territoire algérien actuel soit particulièrement riche en sites et vestiges préhistoriques (Ternifin, Machta al ‘Arbi) et que la protohistoire y enregistre l'existence d'une fruste civilisation berbère, en fait l'histoire du Maghreb central commence à l'arrivée des Phéniciens dont la civilisation s'inscrivit la première dans les villes et laissa des traces écrites.

                  L'Algérie antique

                  L'influence phénicienne et carthaginoise

                  Les Phéniciens fondèrent très tôt – dès les derniers siècles du IIe millénaire avant J.-C. – des établissements commerciaux et des escales qui, après la décadence des cités-mères orientales, furent repris par les Carthaginois. Ceux-ci ne colonisèrent pas l'intérieur du territoire algérien mais multiplièrent les comptoirs portuaires qui conservèrent jusqu'à leur destruction leur nom sémitique : ainsi Rusuccuru (Dellys), Rusicade (Philippeville-Skikda), Rusguniae (Matifou). Les chefs berbères qui dominaient l'intérieur du pays furent le plus souvent les alliés ou les clients des Carthaginois. Ils leur fournissaient des contingents armés, en particulier les fameux cavaliers numides, et des éléphants de guerre. En raison de ces relations et grâce aussi aux marchands des ports et aux soldats, la langue et la civilisation puniques pénétrèrent assez profondément le pays : des cités indigènes apparurent ainsi que des mausolées, qui étaient parfois édifiés par les techniciens carthaginois.

                  Les Berbères ou Numides furent donc d'abord les disciples des Phéniciens qui leur enseignèrent des procédés agricoles et industriels, pour la fabrication de l'huile et du vin par exemple, l'exploitation et le travail du cuivre. Surtout, ils leur firent adopter leur religion, et les dieux carthaginois continuèrent à être célébrés par les Berbères, au-delà même de la domination romaine. Certains historiens ont pu avancer l'hypothèse que le christianisme, puis l'islam, ne furent si facilement acceptés que parce que les populations y retrouvèrent, avec des symboles communs, une semblable mentalité sémitique. En revanche, il est très improbable que la langue punique ait subsisté au-delà du iiie siècle après J.C. et qu'elle ait pu servir de relais à la langue arabe.

                  L'influence de la civilisation grecque fut au contraire très limitée. Elle s'exerça essentiellement par l'intermédiaire de Carthage, puis de Rome, et ne se manifesta de manière sûre que dans le domaine de l'art, par exemple dans les grands Medracen de l'Aurès et de Tipasa.

                  Sur le plan politique, le Maghreb central connut, à côté de tribus indépendantes et de républiques villageoises, de vastes royaumes dotés d'un pouvoir fort qui se superposait aux structures tribales. Les écrivains antiques en font mention à partir du iiie siècle avant J.-C. Les noms de leurs souverains, Syphax, roi des Masaeyles, Massinissa, roi des Massyles, Micipsa et Jugurtha, suffisent à en rappeler l'éclat et la puissance. Massinissa, qui avait élu pour capitale Cirta (Constantine), fut sans doute l'un des plus grands souverains qu'ait connus la Berbérie. Son culte se perpétua à travers les siècles. Son descendant Jugurtha est, aujourd'hui encore, célébré comme « résistant à l'impérialisme romain ».

                  La domination romaine

                  Après avoir détruit Carthage, les Romains laissèrent d'abord subsister les royaumes numides comme États vassaux. Mais, après l'insurrection de Jugurtha qui leur tint tête pendant sept ans (112-105 av. J.-C.), ils renforcèrent leur contrôle. Avec Juba II et Ptolémée, souverains de Maurétanie installés à Caesarea (Cherchell), ils purent compter sur des princes étroitement soumis et épris de la civilisation gréco-romaine. Toutefois les insurrections tribales continuaient,[...]

                  La suite de cet article est accessible aux abonnés

                  • Des contenus variés, complets et fiables
                  • Accessible sur tous les écrans
                  • Pas de publicité

                  Découvrez nos offres

                  Déjà abonné ? Se connecter

                  Écrit par

                  • : professeur émérite à l'université de Paris-XII-Val-de-Marne
                  • : directeur de recherche en géographie, professeur à l'Université de Cergy-Pontoise
                  • : professeur émérite des Universités
                  • : professeur des Universités, université Paris-I- Panthéon-Sorbonne
                  • Universalis : services rédactionnels de l'Encyclopædia Universalis

                  . In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

                  Médias

                  Algérie : carte physique

                  Algérie : carte physique

                  Algérie : drapeau

                  Algérie : drapeau

                  Algérie : relief et climat

                  Algérie : relief et climat

                  Autres références

                  • ALGÉRIE, chronologie contemporaine

                    • Écrit par Universalis
                  • AÏT AHMED HOCINE (1926-2015)

                    • Écrit par Benjamin STORA
                    • 1 020 mots

                    Chef « historique » du Front de libération nationale (F.L.N.), qui décide d’une insurrection contre la France en novembre 1954, Hocine Aït Ahmed incarnera, après l’indépendance de l’Algérie, la figure de l’opposant irréductible aux différents pouvoirs en place.

                    Né le 20 août 1926...

                  • ABBAS FERHAT, ou ‘ABBĀS FARḤĀT (1899-1985)

                    • Écrit par Claude LEFORT
                    • 456 mots
                    • 1 média

                    Fils d'un fonctionnaire de l'administration coloniale, Ferhat Abbas reçoit une éducation française puis devient pharmacien à Sétif. Élu au conseil municipal de cette ville, il l'est ensuite au conseil général de Constantine. Il est alors partisan de l'assimilation de « l'élément...

                  • ABD EL-KADER (1808-1883)

                    • Écrit par Charles-Robert AGERON
                    • 1 384 mots
                    • 1 média

                    Proclamé « sultan des Arabes » par quelques tribus de l'Oranie le 22 novembre 1832, Abd el-Kader s'imposa par une victoire sur les milices de l'ancien bey turc et mena avec bravoure, pendant quinze ans, la guerre sainte contre les Français. Jusqu'en 1838, toutefois, ceux-ci l'aidèrent à asseoir sa souveraineté...

                  • AFRICAINS CINÉMAS

                    • Écrit par Jean-Louis COMOLLI
                    • 1 131 mots

                    L'histoire des cinémas africains se sépare difficilement de celle de la décolonisation. Il y eut d'abord des films de Blancs tournés en Afrique. Puis, à partir des années soixante, les nouveaux États africains ont été confrontés au problème de savoir quel rôle, quelle orientation, quels...

                  • Afficher les 96 références

                  Voir aussi