ALGÉRIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

quelques données-clés.
Nom officielRépublique algérienne démocratique et populaire (DZ)
Chef de l'État et du gouvernementAbdelmadjid Tebboune (depuis le 19 décembre 2019). Premier ministre : Aïmen Benabderrahmane (depuis le 30 juin 2021)
CapitaleAlger
Langues officiellesarabe, tamazight
Unité monétairedinar algérien (DZD)
Population45 502 000 (estim. 2022)
Superficie (km2)2 381 741

Histoire

De l'Algérie antique à l'Algérie française

Bien que le territoire algérien actuel soit particulièrement riche en sites et vestiges préhistoriques (Ternifin, Machta al ‘Arbi) et que la protohistoire y enregistre l'existence d'une fruste civilisation berbère, en fait l'histoire du Maghreb central commence à l'arrivée des Phéniciens dont la civilisation s'inscrivit la première dans les villes et laissa des traces écrites.

L'Algérie antique

L'influence phénicienne et carthaginoise

Les Phéniciens fondèrent très tôt – dès les derniers siècles du IIe millénaire avant J.-C. – des établissements commerciaux et des escales qui, après la décadence des cités-mères orientales, furent repris par les Carthaginois. Ceux-ci ne colonisèrent pas l'intérieur du territoire algérien mais multiplièrent les comptoirs portuaires qui conservèrent jusqu'à leur destruction leur nom sémitique : ainsi Rusuccuru (Dellys), Rusicade (Philippeville-Skikda), Rusguniae (Matifou). Les chefs berbères qui dominaient l'intérieur du pays furent le plus souvent les alliés ou les clients des Carthaginois. Ils leur fournissaient des contingents armés, en particulier les fameux cavaliers numides, et des éléphants de guerre. En raison de ces relations et grâce aussi aux marchands des ports et aux soldats, la langue et la civilisation puniques pénétrèrent assez profondément le pays : des cités indigènes apparurent ainsi que des mausolées, qui étaient parfois édifiés par les techniciens carthaginois.

Les Berbères ou Numides furent donc d'abord les disciples des Phéniciens qui leur enseignèrent des procédés agricoles et industriels, pour la fabrication de l'huile et du vin par exemple, l'exploitation et le travail du cuivre. Surtout, ils leur firent adopter leur religion, et les dieux carthaginois continuèrent à être célébrés par les Berbères, au-delà même de la domination romaine. Certains historiens ont pu avancer l'hypothèse que le christianisme, puis l'islam, ne furent si facilement acceptés que parce que les populations y retrouvèrent, avec des symboles communs, une semblable mentalité sémitique. En revanche, il est très improbable que la langue punique ait subsisté au-delà du iiie siècle après J.C. et qu'elle ait pu servir de relais à la langue arabe.

L'influence de la civilisation grecque fut au contraire très limitée. Elle s'exerça essentiellement par l'intermédiaire de Carthage, puis de Rome, et ne se manifesta de manière sûre que dans le domaine de l'art, par exemple dans les grands Medracen de l'Aurès et de Tipasa.

Sur le plan politique, le Maghreb central connut, à côté de tribus indépendantes et de républiques villageoises, de vastes royaumes dotés d'un pouvoir fort qui se superposait aux structures tribales. Les écrivains antiques en font mention à partir du iiie siècle avant J.-C. Les noms de leurs souverains, Syphax, roi des Masaeyles, Massinissa, roi des Massyles, Micipsa et Jugurtha, suffisent à en rappeler l'éclat et la puissance. Massinissa, qui avait élu pour capitale Cirta (Constantine), fut sans doute l'un des plus grands souverains qu'ait connus la Berbérie. Son culte se perpétua à travers les siècles. Son descendant Jugurtha est, aujourd'hui encore, célébré comme « résistant à l'impérialisme romain ».

La domination romaine

Après avoir détruit Carthage, les Romains laissèrent d'abord subsister les royaumes numides comme États vassaux. Mais, après l'insurrection de Jugurtha qui leur tint tête pendant sept ans (112-105 av. J.-C.), ils renforcèrent leur contrôle. Avec Juba II et Ptolémée, souverains de Maurétanie installés à Caesarea (Cherchell), ils purent compter sur des princes étroitement soumis et épris de la civilisation gréco-romaine. Toutefois les insurrections tribales continuaient, et les Romains, renonçant à la fiction du protectorat, annexèrent la Maurétanie en 40 après J.-C. Ils la divisèrent en deux provinces impériales : la Maurétanie tingitane et la Maurétanie césarienne, laquelle correspondait au Tell oranais et algérois et à la partie occidentale du Constantinois actuel. L'Al [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 62 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Médias

Algérie : carte physique

Algérie : carte physique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Algérie : drapeau

Algérie : drapeau
Crédits : Encyclopædia Universalis France

drapeau

Algérie : relief et climat

Algérie : relief et climat
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Gisement de pétrole, Hassi Messaoud, Algérie

Gisement de pétrole, Hassi Messaoud, Algérie
Crédits : J. Burlot/ Corbis

photographie

Afficher les 22 médias de l'article

Écrit par :

Classification

Autres références

«  ALGÉRIE  » est également traité dans :

ALGÉRIE, chronologie contemporaine

  • Écrit par 
  • Universalis

Tous les événements politiques (élections, conflits, accords, …) et les faits économiques et sociaux qui ont marqué l’histoire contemporaine du pays jusqu’à aujourd’hui. […] Lire la suite

ABBAS FERHAT, ou ‘ABBĀS FARḤĀT (1899-1985)

  • Écrit par 
  • Claude LEFORT
  •  • 452 mots
  •  • 1 média

Fils d'un fonctionnaire de l'administration coloniale, Ferhat Abbas reçoit une éducation française puis devient pharmacien à Sétif. Élu au conseil municipal de cette ville, il l'est ensuite au conseil général de Constantine. Il est alors partisan de l'assimilation de « l'élément indigène dans la société française ». Mais l'opposition des représentants des Européens d'Algérie à toute remise en cau […] Lire la suite

ABD EL-KADER (1808-1883)

  • Écrit par 
  • Charles-Robert AGERON
  •  • 1 381 mots
  •  • 1 média

Abd el-Kader (en arabe : ‘Abd al-Ḳādir b. Muḥyī l-Dīn al-Ḥasanī), né en 1808 à la Guetna de l'oued al-Ḥammām, à l'ouest de Mascara (ou Mouaskar, Algérie), appartenait à une famille d'origine chérifienne qui dirigeait une zāwīya (sorte de couvent) de la confrérie des Ḳādiriyya. L'éducation religieuse qu'il reçut fit de lui un musulman mystique et un théologien. Mais les circonstances le transform […] Lire la suite

AFRICAINS CINÉMAS

  • Écrit par 
  • Jean-Louis COMOLLI
  •  • 1 132 mots

L'histoire des cinémas africains se sépare difficilement de celle de la décolonisation. Il y eut d'abord des films de Blancs tournés en Afrique. Puis, à partir des années soixante, les nouveaux États africains ont été confrontés au problème de savoir quel rôle, quelle orientation, quels moyens donner au cinéma. Problème technique mais avant tout problème politique : celui de la possibilité de pro […] Lire la suite

AFRIQUE (Histoire) - Les décolonisations

  • Écrit par 
  • Marc MICHEL
  •  • 12 323 mots
  •  • 25 médias

Dans le chapitre « L'Algérie »  : […] Ce qui fut dénommé d'abord les « événements » d'Algérie , car on ne voulait pas leur reconnaître le caractère d'une guerre, avait commencé, le 1 er novembre 1954, par une série d'attentats qui n'avaient effectivement pas l'envergure d'un véritable soulèvement populaire. Ils n'étaient pourtant ni négligeables ni imprévisibles. La révolte avait déjà grondé en 1945 à Sétif et à Constantine, et, si e […] Lire la suite

AFRIQUE ROMAINE

  • Écrit par 
  • Noureddine HARRAZI, 
  • Claude NICOLET
  •  • 9 559 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « L'archéologie de l'Afrique romaine : nouvelles orientations »  : […] Heureusement, les progrès méthodologiques et techniques ont mis à notre disposition des instruments qui permettent de conquérir des champs de connaissance nouveaux. Par la photographie aérienne nous pouvons suivre les phases d'exploitation et, littéralement, de prise en main du pays conquis. La prise en main fut affirmée par les opérations d'arpentage, réalisées par les agrimensores , auxquelles f […] Lire la suite

AGERON CHARLES-ROBERT (1923-2008)

  • Écrit par 
  • Benjamin STORA
  •  • 771 mots

Historien de l'Algérie contemporaine, Charles-Robert Ageron est né le 6 novembre 1923 à Lyon. Il était issu d'une famille de petits patrons d'atelier. Son père dirigeait une modeste entreprise de mécanique. Bachelier en 1941, il s'inscrit à la faculté des lettres de Lyon où l'un de ses professeurs est Henri-Irénée Marrou. Il admire en lui l'enseignant et le résistant. En khâgne, il reprend ses ét […] Lire la suite

AÏT AHMED HOCINE (1926-2015)

  • Écrit par 
  • Benjamin STORA
  •  • 1 006 mots

Chef « historique » du Front de libération nationale (F.L.N.), qui décide d’une insurrection contre la France en novembre 1954, Hocine Aït Ahmed incarnera, après l’indépendance de l’Algérie, la figure de l’opposant irréductible aux différents pouvoirs en place. Né le 20 août 1926 à Aïn el-Hammam (ex-Michelet) en Grande Kabylie, Hocine Aït Ahmed appartient à une grande famille de marabouts (saints […] Lire la suite

ALGER

  • Écrit par 
  • Benjamin STORA
  •  • 1 900 mots
  •  • 1 média

Alger, capitale de l'Algérie, compte en 2010 près de quatre millions d'habitants avec son agglomération. La ville, baptisée en arabe Al-Djaza'ir au x e  siècle, a connu les diverses présences et dominations qui se sont succédé en Afrique du Nord au fil des siècles. L'histoire permet de lire la ville, ou plutôt les villes, l'Alger arabe et l'Alger turque, l'Alger française et la capitale d'aujourd […] Lire la suite

ALLEG HENRI (1921-2013)

  • Écrit par 
  • Charles-Louis FOULON
  •  • 836 mots

Journaliste communiste et militant anticolonialiste, Henri Alleg donna, par son ouvrage La Question , une résonance mondiale aux pratiques de torture des armées françaises en Algérie. Sartre écrivit qu’il fit « triompher l’humanisme des victimes et des colonisés contre les violences déréglées de certains militaires », car son récit avait réuni, selon la formule d’Edgar Morin, « l’expérience du su […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

25-27 août 2022 Algérie – France. Visite du président français Emmanuel Macron en Algérie.

Concernant le dossier de l’octroi de visas par la France et de la réadmission par l’Algérie de ses ressortissants en instance d’expulsion, Emmanuel Macron appelle à « simplifier et clarifier notre cadre de mobilité l’un et l’autre ». En septembre 2021, Paris avait réduit de moitié le nombre de visas accordés aux Algériens afin de forcer le pays à réadmettre ses ressortissants expulsés. […] Lire la suite

26 août 2022 Maroc – Tunisie. Crise diplomatique entre Rabat et Tunis.

Le Front Polisario, soutenu par l’Algérie, réclame l’indépendance du Sahara occidental, ancienne colonie espagnole contrôlée majoritairement par le Maroc. Tunis, qui ne reconnaît pas l’autoproclamée République arabe sahraouie démocratique (RASD) présidée par Brahim Ghali, exprime sa « totale neutralité sur la question du Sahara occidental ». Cet épisode illustre l’influence croissante de l’Algérie, qui soutient le Front Polisario, sur le pouvoir tunisien. […] Lire la suite

23 août 2022 Algérie. Arrestation de l'ancien Premier ministre Noureddine Bedoui.

L’ancien chef du gouvernement Noureddine Bedoui est arrêté et placé en détention dans l’attente de son procès. Il est accusé de corruption. Deux autres Premiers ministres de l’ancien président Abdelaziz Bouteflika, Ahmed Ouyahia et Abdelmalek Sellal, ont été arrêtés en 2019 et condamnés à de lourdes peines de prison. […] Lire la suite

5 juillet 2022 Algérie – France. Célébration du soixantième anniversaire de l'indépendance de l'Algérie.

Le soixantième anniversaire de l’indépendance de l’Algérie, qui est appelé à célébrer « une histoire glorieuse et une ère nouvelle », est marqué par le plus grand défilé militaire depuis 1962, alors que les relations avec le Maroc sont particulièrement tendues, notamment depuis le rapprochement de Rabat avec Israël. Par ailleurs, le président Abdelmadjid Tebboune gracie près de quinze mille prisonniers de droit commun et, appelant à la « consolidation du front intérieur » et au « rassemblement », il « recommande » des mesures d’apaisement en faveur des jeunes militants du Hirak poursuivis pour des faits « d’attroupements ». […] Lire la suite

8-10 juin 2022 Algérie – Espagne. Suspension de l'accord d'amitié entre l'Algérie et l'Espagne.

Le 10, le vice-président de la Commission européenne et commissaire européen au Commerce Valdis Dombrovskis dénonce l’arrêt annoncé par Alger des transactions commerciales avec Madrid qu’il considère comme une violation de l’accord d’association liant l’Union européenne (UE) à l’Algérie. Celle-ci répond que les livraisons de gaz à l’Espagne seront honorées. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Charles-Robert AGERON, Sid-Ahmed SOUIAH, Benjamin STORA, Pierre VERMEREN, « ALGÉRIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 novembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/algerie/