ABBAS FERHAT, ou ‘ABBĀS FARḤĀT (1899-1985)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Fils d'un fonctionnaire de l'administration coloniale, Ferhat Abbas reçoit une éducation française puis devient pharmacien à Sétif. Élu au conseil municipal de cette ville, il l'est ensuite au conseil général de Constantine. Il est alors partisan de l'assimilation de « l'élément indigène dans la société française ». Mais l'opposition des représentants des Européens d'Algérie à toute remise en cause du statu quo, et l'immobilisme des gouvernements de la IIIe République lui font abandonner cette voie. Après avoir créé, en 1938, l'Union populaire algérienne, qui préconisait encore l'égalité des droits des Algériens et des Français dans le cadre constitutionnel français, il publie le 10 février 1943 le Manifeste du peuple algérien, dans lequel il demande l'application du principe d'autodétermination et réclame la constitution d'un État algérien autonome. En mai, Abbas précise cette option dans un Addendum au Manifeste où il émet l'idée de la souveraineté de la nation algérienne. L'administration ayant répondu par l'adoption d'une politique assimilationniste, les nationalistes forment, à l'initiative d'Abbas, les Amis du Manifeste et de la liberté (A.M.L.).

Mais après les émeutes de Sétif et de Constantine, l'A.M.L. est dissoute et Abbas condamné à un an d'emprisonnement. L'année suivante, il regroupe, au sein de l'Union démocratique du Manifeste algérien (U.D.M.A.), les notables nationalistes modérés, qui maintiennent le principe d'une collaboration avec la France, en vue d'aboutir à la création d'un État algérien. Mais le déclenchement de l'insurrection en novembre 1954 modifie profondément la situation. Après avoir hésité, il décide, en avril 1956, de rejoindre le Front de libération nationale (F.L.N.).

Le ralliement d'Abbas, représentant des élites bourgeoises traditionnellement liées à la France, est un succès politique important pour le F.L.N.

En septembre 1958, ce dernier le nomme à la présidence du gouvernement provisoire de la République algérienne. Il démissionne en 1961, mais est élu au lendemain de l'Indépendance président de l'Assemblée constituante algérienne. Malgré son alliance avec Ben Bella et le groupe de Tlemcen, il reste un partisan des institutions parlementaires. Ainsi, pour protester contre le fait que la Constitution algérienne a été élaborée par le F.L.N. en dehors de l'Assemblée constituante, il abandonne la présidence de cet organisme en août 1963. Exclu du F.L.N., il est mis en résidence surveillée en 1964, puis libéré l'année suivante.

Ferhat Abbas, 1961

Ferhat Abbas, 1961

photographie

Le leader nationaliste algérien Ferhat Abbas (1899-1985) prononce un discours en 1961, à Casablanca (Maroc), en présence de Hassan II (1929-1999), roi du Maroc. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

—  Claude LEFORT

Écrit par :

  • : directeur d'études à l'École des hautes études en sciences sociales

Classification


Autres références

«  ABBAS FERHAT, ou 'ABBAS FARHAT (1899-1985)  » est également traité dans :

ALGÉRIE

  • Écrit par 
  • Charles-Robert AGERON, 
  • Jean LECA, 
  • Sid-Ahmed SOUIAH, 
  • Benjamin STORA
  • , Universalis
  •  • 42 026 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « L'expérience autogestionnaire (1963-1965) »  : […] Le 20 mars 1963, Ahmed Ben Bella présente à la radiotélévision le décret portant organisation et gestion des entreprises industrielles ainsi que des exploitations agricoles jugées vacantes du fait du départ des Européens. Le 1 er  octobre de la même année, il annonce la nationalisation des dernières propriétés appartenant à des colons français. L'objectif du nouveau pouvoi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/algerie/#i_32203

DÉCOLONISATION

  • Écrit par 
  • Charles-Robert AGERON
  •  • 7 273 mots
  •  • 33 médias

Dans le chapitre « La décolonisation française »  : […] La décolonisation française commença pendant la Seconde Guerre mondiale, avec la fin des mandats de la S.D.N. sur les États du Levant ( Liban et Syrie). Les nationalistes arabes avaient cru obtenir satisfaction à la fin de 1936 par des accords conclus avec le gouvernement français, mais ceux-ci ne furent pas ratifiés par le Parlement. En mai 1941, lorsque Vichy admit le passage d'avions allemands […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/decolonisation/#i_32203

GUERRE D'ALGÉRIE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Sylvain VENAYRE
  •  • 216 mots

1 er novembre 1954 Déclenchement de l'insurrection armée par le F.L.N. nouvellement créé. 12 mars 1956 L'Assemblée nationale vote la loi sur les « pouvoirs spéciaux » pour l'Algérie. 20 août 1956 Congrès de la Soummam où le F.L.N. définit sa stratégie. 7 janvier 1957 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/algerie-reperes-chronologiques/#i_32203

Pour citer l’article

Claude LEFORT, « ABBAS FERHAT, ou ‘ABBĀS FARḤĀT - (1899-1985) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/abbas-abbas/