ACTINOMYCÈTES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Classification de Hütter

Classification de Hütter
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Actinomycètes anaérobies

Actinomycètes anaérobies
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Actinomycètes anaérobies contenant DAP

Actinomycètes anaérobies contenant DAP
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau


Importance économique des Actinomycètes

Les Actinomycètes sont les plus prolifiques de tous les micro-organismes en tant que producteurs d'antibiotiques. On estime que les deux tiers des quelque six mille antibiotiques isolés jusqu'ici sont produits par les Actinomycètes, et c'est Selman A. Waksman qui, le premier, a démontré la richesse des Actinomycètes dans ce domaine. Ce fut dans ses laboratoires que furent isolés quatre des premiers antibiotiques utiles : l'actinomycine (1940), antitumorale ; la streptomycine (1944), antibactérienne, y compris antituberculeuse ; la néomycine (1949), antibactérienne ; et la candicidine (1953), antifongique, ayant aussi des propriétés pharmacologiques intéressantes en tant que ligand des stérols.

Parmi les espèces appartenant aux différents genres d'Actinomycètes, les Streptomyces sont les plus importants producteurs d'antibiotiques et autres métabolites secondaires. On peut estimer que 75 p. 100 des antibiotiques isolés des Actinomycètes sont produits par des Streptomycètes. Les antibiotiques des Actinomycètes peuvent être classés en groupes chimiques dont voici quelques exemples :

– les aminoglycosides (streptomycine, néomycine, kanamycine, gentamicine) ;

– les macrolides (érythromycine) ;

– les ansamycines (rifamycine) ;

– les bêta-lactames (thiénamycine) ;

– les peptides (viomycine, thiostrepton, actinomycine, pristinamycine) ;

– les anthracyclines (adriamycine) ;

– les tétracyclines (chlortétracycline, oxytétracycline) ;

– les nucléosides (puromycine) ;

– les polyènes (nystatine, candicidine, amphotéricine B) ;

– les polyéthers (monensine).

Les enzymes sont, après les antibiotiques, les plus importants produits des Actinomycètes. Certaines sont utilisées à cet effet dans l'industrie alimentaire (isomérase du glucose) et dans celle des détergents (protéases).

Les glycosidases des Actinomycètes jouent un rôle important dans la dégradation des biomasses végétales (amylases, xylanases) et animales (chitinases).

Cer [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  ACTINOMYCÈTES  » est également traité dans :

SOLS - Microbiologie

  • Écrit par 
  • Yvon DOMMERGUES
  •  • 7 159 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Symbioses plantes - micro-organismes »  : […] Certains micro-organismes fixateurs d'azote peuvent s'associer symbiotiquement aux plantes vertes ; on en connaît trois groupes : les Rhizobium , bactéries associées aux légumineuses (et aussi au genre tropical Parasponia ) ; les Frankia , actinomycètes associés aux plantes actinorhiziennes (par exemple Alnus , […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sols-microbiologie/#i_6877

Voir aussi

ACTINOMYCINES    ACTINOPHAGES    CANDICIDINE    NÉOMYCINE    STREPTOMYCES    STREPTOMYCINE

Pour citer l’article

Hubert A. LECHEVALIER, « ACTINOMYCÈTES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/actinomycetes/