Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

GAMMA-AMINOBUTYRIQUE ACIDE (GABA)

  • Article mis en ligne le
  • Modifié le
  • Écrit par

En 1950, J. Awapara et ses collaborateurs, E. Roberts et S. Frankel, ont réussi à isoler du système nerveux central le GABA, un acide aminé

Ils identifièrent aussi l'enzyme de synthèse : l'acide glutamique décarboxylase (AGD), enzyme particulièrement abondante au niveau des terminaisons nerveuses présynaptiques. Peu à peu, on démêlait l'ensemble du métabolisme de cet acide aminé, sans pourtant déterminer d'une façon précise son rôle physiologique : le GABA résulte de la décarboxylation de l'acide glutamique.

La libération du GABA dans le système nerveux est favorisée par les ions calcium. En outre, le mécanisme d'action du GABA s'explique par une stimulation de la perméabilité de la membrane postsynaptique, notamment aux ions chlore, provoquant une hyperpolarisation de ladite membrane, donc une excitabilité diminuée : comme la glycine, le GABA est donc un médiateur inhibiteur de la transmission synaptique dans le système nerveux central.

En 1957, Bazemore, Elliot et Florey extrayaient, à partir de broyats de cerveau, une substance, appelée facteur I de Florey (I pour inhibiteur), capable d'inhiber très activement les récepteurs à l'étirement et les jonctions neuromusculaires de divers crustacés. Le GABA a été retrouvé par la suite dans les tissus végétaux, chez les amphibiens et chez les oiseaux. En outre, toute une série d'expériences prouvait qu'il répondait aux différents critères d'identification d'un médiateur chimique de diverses synapses ou jonctions inhibitrices des crustacés.

Son rôle a été établi par les travaux de K. Krnjevic sur certaines synapses corticales, et par des expériences qui ont prouvé qu'il existe un système de recapture à haute affinité spécifique du GABA.

— Philippe COURRIÈRE

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : docteur ès sciences, docteur en pharmacie, biologiste hospitalier, professeur de biophysique à la faculté des sciences pharmaceutiques de Toulouse, université Paul-Sabatier

Classification

Pour citer cet article

Philippe COURRIÈRE. GAMMA-AMINOBUTYRIQUE ACIDE (GABA) [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Autres références

  • AGRESSIVITÉ, éthologie

    • Écrit par
    • 3 931 mots
    ...ces troubles, on observe une sorte d'« hyperagression » vis-à-vis des proies, des congénères, voire de l'expérimentateur. L'acide γ-amino-butyrique (ou GABA), que l'on considère comme un médiateur inhibiteur au niveau du système nerveux central, serait également impliqué dans les comportements agonistiques....
  • AMINOACIDES ou ACIDES AMINÉS

    • Écrit par et
    • 3 486 mots
    • 6 médias
    acide glutamique-décarboxylase transforme l'acide glutamique en acide γ-amino-butyrique (ou GABA, transmetteur nerveux). De nombreuses autres décarboxylases sont retrouvées dans tous les autres tissus.
  • CHIMIE - La chimie aujourd'hui

    • Écrit par
    • 10 856 mots
    • 3 médias
    ...violence, qu'elles soient dirigées vers autrui ou vers soi-même (suicide). Les neurones sérotinergiques aboutissent à des interneurones, plus petits, dont l'acide gamma-aminobutyrique ou GABA est le neurotransmetteur, au rôle inhibiteur. Il y a donc couplage des fonctions de la sérotonine et du GABA. D'autres...
  • NERVEUX (SYSTÈME) - Neurobiologie

    • Écrit par , , et
    • 13 752 mots
    • 11 médias
    ...kaïnique. Dans la moelle épinière du chat, le médiateur inhibiteur a été identifié avec un acide aminé, le glycocolle. Le rôle de médiateur de l'acide γ-aminobutyrique (GABA) est établi dans l'action des nerfs inhibiteurs des crustacés. Injecté par iontophorèse, il mime les actions...
  • Afficher les 10 références