EXCITABILITÉ

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'excitation c'est, littéralement, l'action d'exciter, de faire sortir du repos, de stimuler ou d'animer davantage, mais c'est aussi le résultat de cette action. Cette fâcheuse ambiguïté qui fait désigner par le même terme tantôt la cause, tantôt l'effet, s'aggrave encore par le fait que le mot « excitation » s'applique parfois plus particulièrement au processus de transition qui va de la cause à l'effet, à moins qu'il ne désigne une manifestation spontanée, c'est-à-dire dont les causes sont incontrôlables et inapparentes. Cette situation confuse n'est pas seulement le fait du langage courant, car on la relève aussi bien dans les emplois scientifiques du terme, les seuls dont on parlera ici.

C'est surtout en biologie, et spécialement en neurophysiologie, que ce terme, dans toutes ses acceptions, a fait l'objet de subtiles distinctions et que les phénomènes qu'il désigne ont été profondément analysés. Cependant, comme on le sait, il est souvent employé aussi en psychologie et en psychiatrie. D'un autre côté, il est utilisé en électricité (« excitation » d'une machine électrostatique, d'une dynamo, d'un moteur électrique) et enfin en microphysique et en physico-chimie pour désigner à la fois l'action, la transition et l'état relatifs aux atomes – ou molécules – « excités ». L'excitation d'un atome est l'apport d'énergie extérieure (bombardement électronique, choc de particules, photons) qui provoque le passage d'un électron d'une couche donnée à une couche plus périphérique ; cet électron est alors dit lui-même en état (passager) d'excitation ; et c'est la transition qui constitue à proprement parler le processus d'excitation.

En biologie, les phénomènes d'excitation ont une importance considérable, car ils sont la manifestation d'une propriété fondamentale de la vie, l'excitabilité, définie comme la propriété des systèmes vivants, ou de leurs éléments, de réagir de la seule ou des seules façons qui leur sont propres à toute espèce d'agents externes ou internes capables de les stimuler.

Par leur sensibilité et leur rapidité de ré [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

  • : professeur honoraire à la faculté des sciences de Paris

Classification


Autres références

«  EXCITABILITÉ  » est également traité dans :

DÉPOLARISATION

  • Écrit par 
  • Didier LAVERGNE
  •  • 160 mots

Phénomène créé par l'ouverture, sous l'effet du voltage ou sous l'effet d'un neuromédiateur, des canaux ioniques servant au passage du sodium dans les membranes cellulaires, ce qui décharge la surface extérieure de celles-ci, positivement chargée au repos. Le déclenchement de cette […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/depolarisation/#i_30055

DÉRIVÉES PARTIELLES (ÉQUATIONS AUX)  - Équations non linéaires

  • Écrit par 
  • Claude BARDOS
  •  • 10 861 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les équations de réaction-diffusion »  : […] sur la propagation de l'influx nerveux, Hodgkin et Huxley observèrent les phénomènes suivants : a) il existe un seuil d'excitation : toute excitation inférieure à ce seuil ne produit pas de phénomène visible ; b) au-dessus du seuil d'excitation, on obtient un signal qui a une forme constante et se propage à vitesse constante […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/derivees-partielles-equations-aux-equations-non-lineaires/#i_30055

ÉLECTROPHYSIOLOGIE

  • Écrit par 
  • Max DONDEY, 
  • Jean DUMOULIN, 
  • Alfred FESSARD, 
  • Paul LAGET, 
  • Jean LENÈGRE
  •  • 17 317 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « Historique »  : […] des voltages liminaires par décharge de condensateur (1892), P. Weiss énonce la loi de l'excitation électrique des nerfs et des muscles (1902). L. Lapicque définit la chronaxie (1909) et Bourguignon l'applique chez l'homme. En 1917, Einstein décrit la théorie du laser qui ne sera utilisé que cinquante ans plus tard. Adrian, la même année, démontre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/electrophysiologie/#i_30055

ÉMOTION

  • Écrit par 
  • Paul FRAISSE
  •  • 5 391 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les centres nerveux de l'émotion »  : […] de toute émotion est une perception qui correspond à l'élaboration corticale d'une excitation. La perception va agir par des voies associatives sur les deux étages des réactions émotives qui reçoivent ainsi directement des excitations indifférenciées. On sait que l'on peut déclencher des émotions simplement par les jeux de l'imagination. De toute […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/emotion/#i_30055

INHIBITION

  • Écrit par 
  • Pierre BUSER, 
  • Pierre KAUFMANN, 
  • Daniel WIDLÖCHER
  •  • 8 258 mots

Dans le chapitre « Naissance d'un concept »  : […] e siècle, les physiologistes ne voyaient l'action nerveuse qu'en termes d'excitation. C'est alors qu'un certain nombre d'observations nouvelles vinrent suggérer, puis démontrer, l'existence d'actions en sens opposé. Les plus précises furent initialement réalisées dans le domaine des effets périphériques. Ainsi Volkman ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/inhibition/#i_30055

INSTINCT

  • Écrit par 
  • Georges THINÈS
  •  • 9 401 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Rôle du contexte neurosensoriel »  : […] série de stimuli, agissant de façon convergente par sommation hétérogène, fournissent une excitation spécifique supérieure au seuil. Si ce dernier est inférieur au maximum, une partie de la situation stimulante suffira pour activer le système, quelles que soient les composantes partielles intervenant à ce moment. Baerends a pu l'établir à propos de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/instinct/#i_30055

LAPICQUE LOUIS (1866-1952)

  • Écrit par 
  • Jacqueline BROSSOLLET
  •  • 653 mots

Physiologiste français qui, par ses travaux sur le système nerveux, a largement contribué au développement de la neurologie. Fils d'un vétérinaire d'Épinal, il étudie au collège de cette ville, puis à Paris. Docteur en médecine (1895), docteur ès science (1897), il devient préparateur puis chef de clinique à la faculté de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/louis-lapicque/#i_30055

MUSCLES

  • Écrit par 
  • Jean RAIMBAULT, 
  • Bernard SWYNGHEDAUW
  •  • 12 922 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Excitabilité »  : […] L'excitabilité est la faculté d'une cellule ou d'un tissu vivants de répondre par une modification spécifique à une modification brusque du milieu extérieur capable de réaliser une excitation. Pour le tissu musculaire, cette réponse est la contraction […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/muscles/#i_30055

MYOCARDE ou MUSCLE CARDIAQUE

  • Écrit par 
  • Édouard CORABOEUF, 
  • Didier GARNIER, 
  • Bernard SWYNGHEDAUW
  •  • 6 196 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « Activité électrique cellulaire »  : […] brutale que constitue le potentiel d'action : c'est par ce dernier mécanisme d'excitation de proche en proche que se réalise le phénomène physiologique de conduction. Dans un tissu structuralement aussi complexe que le cœur, l'aptitude à la conduction n'est pas la même en tous les points : lorsqu'une fibre peu ramifiée donne, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/myocarde/#i_30055

NERVEUX (SYSTÈME) - Neurogenèse et évolution

  • Écrit par 
  • Paul LAGET
  •  • 10 353 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Origine de la spécificité neuronale »  : […] répondre de quelque façon à un changement du milieu extérieur, autrement dit étant excitable, cela signifie bien sûr que cette propriété peut se retrouver dans des cellules non nerveuses, fait bien mis en évidence dans certains organismes rudimentaires par les propriétés des nématocystes ou des cellules myoépithéliales des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nerveux-systeme-neurogenese-et-evolution/#i_30055

NERVEUX (SYSTÈME) - L'influx nerveux

  • Écrit par 
  • Alfred FESSARD
  •  • 4 993 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre «  Physico-chimie de l'excitation nerveuse »  : […] La propriété essentielle du neurone est d'être excitable. Les notions générales d'excitabilité et d'excitation ont déjà été exposées (cf. excitabilité), ainsi que les processus électrogénétiques qui sont les réponses spécifiques aux stimulations (cf. électrophysiologie, chap. 1 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nerveux-systeme-l-influx-nerveux/#i_30055

NERVEUX (SYSTÈME) - Neurobiologie

  • Écrit par 
  • Jean-Marc GOAILLARD, 
  • Michel HAMON, 
  • André NIEOULLON, 
  • Henri SCHMITT
  •  • 13 739 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Excitabilité corticale, sous-corticale et noyaux gris centraux »  : […] Les substances pharmacologiques, phénobarbital, phénytoïne par exemple, diminuent l'excitabilité du cortex, ce qui justifie leur emploi dans le traitement de l'épilepsie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nerveux-systeme-neurobiologie/#i_30055

PAVLOV IVAN PETROVITCH (1849-1936)

  • Écrit par 
  • Jean-François RICHARD
  •  • 2 150 mots

Dans le chapitre « Réflexe conditionnel et activité nerveuse supérieure »  : […] réflexe conditionnel, une description de l'activité nerveuse supérieure, description qui est formulée en termes d'excitation et d'inhibition. Un excitant peut provoquer un processus d'excitation ou d'inhibition au niveau cortical et l'un et l'autre peuvent s'irradier dans des zones voisines. Lorsqu'en deux points se développent des processus d' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ivan-petrovitch-pavlov/#i_30055

SEUIL, physiologie

  • Écrit par 
  • Didier LAVERGNE
  •  • 57 mots

C'est la valeur de l'intensité d'un excitant en dessous de laquelle il cesse d'être efficace. Un stimulus d'intensité inférieure au seuil est dit infraliminaire. Lorsque le stimulus a une intensité supérieure à celle du seuil, il est dit supraliminaire. Un stimulus est liminaire lorsqu'il a la valeur seuil […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/seuil-physiologie/#i_30055

SPASMOPHILIE

  • Écrit par 
  • Roland SIMONIN
  •  • 934 mots

La spasmophilie, décrite essentiellement par les auteurs français (Klotz), est un syndrome clinique fait de crises soit majeures (attaques de tétanie) soit mineures (palpitations, malaises, pertes de connaissance plus ou moins complètes, douleurs épigastriques, crampes musculaires à l'effort), le tout atteignant trois femmes pour un homme et se […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/spasmophilie/#i_30055

TOUT OU RIEN LOI DU

  • Écrit par 
  • Didier LAVERGNE
  •  • 162 mots

Ce phénomène propre aux fibres nerveuses et aux fibres musculaires striées prises isolément est lié aux caractéristiques des membranes excitables dont ces cellules sont entourées. Lorsqu'un stimulus dépasse une valeur minimale appelée seuil d'excitation, la membrane subit une dépolarisation […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/loi-du-tout-ou-rien/#i_30055

VISION - Neurophysiologie visuelle

  • Écrit par 
  • Jean BULLIER
  •  • 9 816 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Réponses on et off et interactions entre centre et pourtour »  : […] à une cellule ganglionnaire de type bêta dans la partie fovéale de la rétine (fig. 5). Le cône possède deux types de synapses avec deux types de cellules bipolaires : les synapses excitatrices (ou plus exactement des synapses qui maintiennent le signe de la modification du potentiel de membrane ; signe + sur la figure 5) font intervenir des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vision-neurophysiologie-visuelle/#i_30055

Voir aussi

Pour citer l’article

Alfred FESSARD, « EXCITABILITÉ », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/excitabilite/