‘ABBĀSIDES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'empire ‘abbāside

Le pouvoir central ‘abbāside se déplaça de Syrie en Irak et y prit pour capitale Bagdad, ville neuve, fondée en 762.

Les ‘Abbāsides prétendirent appliquer la doctrine de l'islam idéal, interprétée comme préconisant une société sans classes, une fraternité de croyants sous l'autorité d'un chef politico-religieux, issu de la famille du Prophète, faisant régner la justice et l'ordre selon les préceptes du Coran et de la tradition. Les juges (qādī), nommés désormais par le calife, devaient appliquer la šarī‘a (loi religieuse) considérée théoriquement comme la seule norme valable. Cependant, un vizir (wazīr), au titre à résonance religieuse, était bientôt chargé de réorganiser une administration qui avait tendance à proliférer. Celle-ci comprenait des secrétaires (kuttāb) répartis en deux clans : les chrétiens nestoriens liés au sunnisme et défenseurs de l'autorité du calife, et les musulmans shī‘ites tablant au contraire sur la faiblesse du souverain.

L'armée, composée de Khorassaniens fidèles au souverain et d'Arabes, était un autre pilier de l'État. Ceux de ces derniers qui combattaient aux frontières étaient de plus en plus organisés selon un mode autonome et coupés de l'armée régulière proprement dite. Les autres, stationnés à l'intérieur du pays, étaient un élément de désordre et perdirent bientôt leur droit à pensions. C'était la fin du privilège ethnique arabe, résultat le plus sûr de la révolution.

Les luttes extérieures furent limitées, les frontières de l'Islam étaient stabilisées après les grandes conquêtes omeyyades. Face à Byzance et aux Khazars les fronts bougèrent peu.

La période ‘abbāside fut marquée par un immense essor économique. Des échanges commerciaux intenses entre les différentes régions de l'empire et avec l'extérieur permettaient une division du travail poussée et des spécialisations locales ou régionales. Des richesses énormes s'accumulaient [...]

Islam, VIIIe-XIIIe siècle, économie

Islam, VIIIe-XIIIe siècle, économie

Dessin

Le monde musulman dans l'économie mondiale à l'époque abbasside. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages



Médias de l’article

700 à 800. De 'Abd al-Malik à Charlemagne

700 à 800. De 'Abd al-Malik à Charlemagne
Crédits : Encyclopædia Universalis France

vidéo

Islam, VIIIe-XIIIe siècle, économie

Islam, VIIIe-XIIIe siècle, économie
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Harun al-Rashid

Harun al-Rashid
Crédits : Edward Gooch/ Hulton Royals Collection/ Getty Images

photographie

Prise de Bagdad par les Mongols

Prise de Bagdad par les Mongols
Crédits : VISIOARS/ AKG

photographie





Écrit par :

  • : directeur d'études à l'École pratique des hautes études (IVe section)

Classification


Autres références

«  'ABBASIDES ou ABBASSIDES  » est également traité dans :

ABBASSIDES - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Pascal BURESI
  •  • 429 mots

750 Une révolution soutenue par les clients persans de l'empire et par les Alides renverse la dynastie omeyyade de Damas et donne le pouvoir à al-Saffāh, descendant d'al-‘Abbās, oncle de Mahomet : début de la dynastie abbasside.762 Création d'une nouvelle capitale, la ville Ronde de Madīnat al-Sa […] Lire la suite

CALIFAT ABBASSIDE DE BAGDAD

  • Écrit par 
  • Pascal BURESI
  •  • 218 mots
  •  • 1 média

Au milieu du viiie siècle, une révolution s'appuyant sur la province du Khorasān met fin au règne des Omeyyades de Damas, au profit d'un descendant d'al-‘Abbās, oncle du prophète Mahomet. Deuxième souverain de la nouvelle dynastie «  […] Lire la suite

ABŪ MUSLIM (mort en 755)

  • Écrit par 
  • Michèle ÉPINETTE
  •  • 302 mots

Chef du mouvement révolutionnaire ‘abbāside qui éclata dans le Khurāsān en 747, Abū Muslim joue un rôle important dans la chute de la dynastie umayyade. Abū Muslim serait un esclave d'origine persane. Il entre au service des Banū ‘Idjl à Kūfa, où il aura son premier contact avec le shī‘isme. Emprisonné quelque temps, il sera libéré par les membres du mouvement ‘abbāside qui utiliseront ses convict […] Lire la suite

ARABIE

  • Écrit par 
  • Robert MANTRAN, 
  • Maxime RODINSON
  • , Universalis
  •  • 7 600 mots

Dans le chapitre « Les ‘Abbāsides »  : […] Cette situation se prolongea sous les premiers califes ‘abbāsides, qui avaient succédé en 750 aux Omeyyades ; le déplacement de la capitale musulmane de Damas à Bagdad donna une impulsion nouvelle au commerce dans le golfe Persique, ce dont profita partiellement la côte orientale de l'Arabie. Mais des difficultés d'origine religieuse et politique troublèrent la paix du pays : ce furent d'abord de […] Lire la suite

BAGDAD

  • Écrit par 
  • Brigitte DUMORTIER, 
  • Gaston WIET
  •  • 2 616 mots
  •  • 2 médias

Au viii e  siècle, après avoir destitué les Omeyyades de Damas, les Abbassides transfèrent la capitale du califat en Irak et fondent une ville qui deviendra Bagdad. Métropole d'un vaste empire, Bagdad fut pendant plusieurs siècles un foyer de rayonnement intellectuel et artistique majeur. À partir du xiii e  siècle, envahie par les Mongols, un temps dominée par les Perses, reléguée au rang de ch […] Lire la suite

BARMAKIDES ou BARMÉCIDES LES

  • Écrit par 
  • Philippe OUANNÈS
  •  • 828 mots
  •  • 1 média

Famille de hauts fonctionnaires dont plusieurs membres occupèrent des postes importants sous les premiers califes ‘abbāsides de Baghdād, puis en devinrent les vizirs et les « maires du palais ». Leur nom, al-Barāmika, ne vient pas de celui d'un ancêtre éponyme, Barmak, mais de celui d'un titre héréditaire : grand prêtre du temple de Nawbahār, près de Balkh, en Iran. La gloire de cette famille atte […] Lire la suite

BOUYIDES ou BUYIDES LES (935-1055)

  • Écrit par 
  • Jean CALMARD
  •  • 654 mots

La plus puissante des dynasties qui aient gouverné l'Irān islamisé avant la conquête des Turcs saldjūqides au xi e siècle. Elle tient son nom de Buwayh (ou Būyeh), le père des trois frères fondateurs, ‘Alī, al-Ḥasan et Aḥmad. Ces chefs de guerre, d'origine modeste, sont des montagnards du Daylam (au sud-ouest de la mer Caspienne), qui s'engagent alors massivement dans les armées musulmanes. Ils f […] Lire la suite

CALIFAT ou KHALIFAT

  • Écrit par 
  • Gaston WIET
  •  • 2 031 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le califat abbasside (750-847) »  : […] C'est en Iran, dans la province du Khorassan, que naquit un complot anti-omeyyade, hostile aux Arabes. Un descendant d'un oncle paternel de Mahomet sut profiter de cette conjuration, et ce fut l'avènement de la dynastie abbasside, qui, abandonnant la Syrie, se fixa en Mésopotamie, où elle fonda une capitale, Bagdad (765). Cet établissement sur les rives du Tigre vouait la centralisation de l'empi […] Lire la suite

DJĀḤIẒ ou ĞĀḤIẒ (776-868)

  • Écrit par 
  • Jamel Eddine BENCHEIKH
  •  • 2 772 mots

Dans le chapitre « Théologie et polémique »  : […] La littérature arabe médiévale ne se saisit pas sans la connaissance d'un réseau de facteurs idéologiques et socio-politiques, dont les influences sont difficiles sinon à déterminer du moins à démêler dans leur importance relative. La dynastie ‘abbāside (750-1258) encourage une élaboration dogmatique vigoureuse et voit, de ce fait, se développer des doctrines fermement antagonistes. On ne saurait […] Lire la suite

ÉMIR

  • Écrit par 
  • Georges BOHAS
  •  • 437 mots

Du mot arabe amīr  : celui qui est investi d'un commandement, commandant, chef. Le titre est porté, sous les premiers califes, par les chefs d'armée qui le gardent en devenant gouverneurs des provinces conquises. Sous les Umayyades, l'émir a dans sa province une autorité semblable à celle du calife, directeur de la prière, chef de l'armée, de l'administration, de la justice. Son pouvoir est peu à […] Lire la suite

ÉVOLUTION DE LA VILLE ISLAMIQUE

  • Écrit par 
  • Janine SOURDEL
  •  • 3 967 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Ville omeyyade et abbasside, ville de gouvernement »  : […] Un peu plus tard, on vit naître, par le fait d'une symbiose qui ne mit pas plus d'un demi-siècle à se réaliser, le type de la ville omeyyade, qui, pour une part, allait servir de modèle aux réalisations abbassides. Ses traits d' urbanisme les plus caractéristiques tenaient à ses liens avec les villes antiques qui l'avaient précédée, parfois sur le même site : ainsi à Alep, Damas ou Lattakiye, où […] Lire la suite

GHAZNÉVIDES LES (977-1186)

  • Écrit par 
  • Jean CALMARD
  •  • 821 mots

Répandue depuis le milieu du ix e  siècle surtout à Bagdad, siège du califat, la coutume d'utiliser des régiments d'esclaves turcs ( gholām ) fut adoptée par les Samanides qui espéraient ainsi contrebalancer la puissance militaire de leurs seigneurs ruraux ( dehqān ) iraniens. Ce calcul se révéla faux ; à la mort de l'émir samanide Abd al-Malek en 961, le gholām turc Alp-tegin, commandant des for […] Lire la suite

HĀRŪN AL-RASHĪD (766-809) calife ‘abbāside (786-809)

  • Écrit par 
  • Philippe OUANNÈS
  •  • 825 mots
  •  • 1 média

Le règne du cinquième calife ‘abbāside marque un tournant crucial dans l'histoire du califat : il amorce la longue décadence de l'empire islamique. Troisième fils d'al-Mahdī, Hārūn al-Rashīd restera longtemps sous l'influence de sa mère, al-Khayzurān, une esclave yéménite affranchie. Son enfance se passe dans le luxe et la facilité. Soumis à son tuteur et précepteur Yahyā ben Khālid al-Barāmika, […] Lire la suite

IBN AL-MUQAFFA‘ (714-759)

  • Écrit par 
  • Mostafa Ibrahim MORGAN
  •  • 769 mots

Célèbre prosateur arabe, traducteur d'un recueil de fables indiennes, Kalīla wa-Dimna , traduites par la suite dans presque toutes les langues, Abū ‘Amr, et plus tard Abū Muḥammad, ‘Abd Allāh Ibn Rōzbih Ibn Dāduway dit al-Muqaffa‘, est surtout l'auteur d'essais sur le réformisme politique et administratif de la dynastie abbaside. D'origine persane, il est né à Djūr, l'actuelle Fīrūzābād. Il passe […] Lire la suite

IBN KHURRADĀDHBEH (IXe s.)

  • Écrit par 
  • André MIQUEL
  •  • 490 mots

Polygraphe arabe, Ibn Khurradādhbeh fut le véritable initiateur de la géographie en cette langue. Sa vie est mal connue, mais sa personnalité, grâce à quelques renseignements biographiques et surtout à ses œuvres, se laisse assez facilement cerner. Un penchant très net pour l'histoire et la géographie y côtoie les multiples aspects de la culture générale ou, pour mieux dire, du savoir de l'honnête […] Lire la suite

IBN ṬŪLŪN AḤMAD (835-884)

  • Écrit par 
  • Georges BOHAS
  •  • 361 mots

Fils d'un esclave turc, Ibn Ṭūlūn parvient, alors qu'il est général dans la garde califale, à s'attribuer le pouvoir en Égypte et en Syrie. Un rapide examen de la situation du califat ‘abbāside à cette époque permet d'expliquer ce succès. L'assassinat d'al-Mutawakkil en 861 amorce la dislocation politique du califat. Si l'anarchie et les troubles qui s'ensuivent expliquent en partie la décadence d […] Lire la suite

ISLAM (La religion musulmane) - Les sciences religieuses traditionnelles

  • Écrit par 
  • Chafik CHEHATA, 
  • Roger DELADRIÈRE, 
  • Daniel GIMARET, 
  • Guy MONNOT, 
  • Gérard TROUPEAU
  •  • 12 202 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Aperçu historique »  : […] L'ensemble du message de Mahomet constitue le livre sacré de l'islam appelé Coran (Qur'ān). Mais le Coran ne contient qu'un nombre dérisoire de textes ayant un caractère proprement juridique. En l'an 660, la dynastie des Omeyyades créa un royaume arabe ayant pour capitale Damas, mais le centre de gravité de l'État musulman passa ensuite à Bagdad où les Abbassides fondèrent l'empire qui devait do […] Lire la suite

ISLAM (Histoire) - De Mahomet à la fin de l'Empire ottoman

  • Écrit par 
  • Robert MANTRAN
  •  • 10 444 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Les Abbassides et le monde musulman »  : […] Le renversement des Omeyyades par les Abbassides, en 750, a des causes multiples ; on l'a autrefois expliqué trop simplement par la victoire des éléments iraqo-iraniens sur les Syro-Égyptiens. Il faut, en fait, y discerner une opposition religieuse, des haines familiales, le mécontentement social, particulièrement vif chez les mawālī , l'incapacité des Omeyyades à adopter de nouvelles mesures pour […] Lire la suite

ISLAM (La civilisation islamique) - Islam et politique

  • Écrit par 
  • Louis GARDET, 
  • Olivier ROY
  •  • 11 478 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les exemples de l'État de Médine et des empires »  : […] Deux exemples illustrent, aux yeux des juristes, philosophes et théologiens, les moments privilégiés de la cité musulmane : celui de l'État de Médine et celui des empires. Institué par le Prophète tout au début de l'ère hégirienne, l'État de Médine devait durer jusqu'en l'an 37, date de la bataille de Ṣiffīn, où se consommèrent les schismes. Après la mort de Muḥammad, il fut gouverné par les quat […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Maxime RODINSON, « ‘ABBĀSIDES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 mars 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/abbasides-abbassides/