VIZIR ou WAZĪR

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L’étymologie du terme wazīr (vizir) est fort controversée. Si l’accent a longtemps été mis sur son origine pahlavi, c’est le caractère arabe du terme — wazīr, de la racine trilitère wzr — qui a ensuite retenu l’attention, le mot servant à désigner, de manière large et vague, « celui qui aide à porter un fardeau ». Quant à la fonction elle-même, elle se caractérise par son aspect fluctuant et imprécis, recouvrant tantôt une responsabilité purement administrative, tantôt une véritable suppléance du calife pour inclure alors le commandement militaire suprême et la direction politique de l’État.

Avec la décadence des ‘Abbāsides, le wazīr est remplacé par un grand émir (‘amīr al-‘umarā) qui assume les fonctions de chef de l'État. En revanche, dans les diverses dynasties issues du morcellement du califat, on retrouve un wazīr dont les fonctions et attributions sont tout aussi « évolutives » que celles du wazīr ‘abbāside. Ainsi, le dīwān qui assiste le sultan saldjūqide est dirigé par un wazīr (sahib-i-dīwān) chargé de l’application des lois et règlements. Enfin, sous les Ottomans, la fonction est maintenue, mais le titre de wazīr est porté par un bon nombre de hauts fonctionnaires.

Dans l'Égypte antique, le personnage principal du gouvernement, après le pharaon, s'appelait le ṯjaty ; mais il a été appelé wāzir par les historiens, étant donné la ressemblance de ses fonctions avec celles du wāzir de la civilisation musulmane.

—  Georges BOHAS

Écrit par :

  • : docteur ès lettres, directeur de l'Institut français d'études arabes de Damas

Classification


Autres références

«  VIZIR ou WAZIR  » est également traité dans :

‘ABBĀSIDES

  • Écrit par 
  • Maxime RODINSON
  •  • 2 078 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « L'empire ‘abbāside »  : […] Le pouvoir central ‘abbāside se déplaça de Syrie en Irak et y prit pour capitale Bagdad, ville neuve, fondée en 762. Les ‘Abbāsides prétendirent appliquer la doctrine de l'islam idéal, interprétée comme préconisant une société sans classes, une fraternité de croyants sous l'autorité d'un chef politico-religieux, issu de la famille du Prophète, faisant régner la justice et l'ordre selon les précept […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/abbasides-abbassides/#i_9761

MOGHOLS

  • Écrit par 
  • Andrée BUSSON, 
  • André GUIMBRETIÈRE, 
  • Mark ZEBROWSKI
  •  • 7 121 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Organisation administrative et sociale »  : […] L'établissement de l'administration moghole se fit sur des principes quelque peu différents de ceux du sultanat de Delhi (1206-1526), et cela grâce principalement à Akbar, car ses deux prédécesseurs ne furent pas des administrateurs. En théorie, le représentant du souverain était le vakīl , mais son autorité dépendait de la situation du monarque : si ce dernier était mineur – […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/moghols/#i_9761

SÉSOSTRIS III, pharaon de la XIIe dynastie (1878-1843 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 600 mots

Durant les règnes de ses prédécesseurs, les nobles des provinces de Moyenne-Égypte ont accru leur pouvoir par le biais de faveurs royales et de mariages avec les familles de souverains voisins. Vers le milieu du règne de Sésostris III, les riches tombes provinciales, reflet de la puissance des nobles, cessent brusquement d’être édifiées. Dans le même temps, les monuments funéraires abritant les d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sesostris-iii/#i_9761

TJATY

  • Écrit par 
  • Yvan KOENIG
  •  • 996 mots
  •  • 1 média

Désignant le vizir de l'Égypte ancienne, le nom de tjaty semble dériver de la racine tjet , signifiant l'« enfant », le « rejeton ». En effet, durant les premiers temps de l'histoire égyptienne, les hauts fonctionnaires du pharaon étaient également des membres de sa famille. Le pharaon était détenteur d'une force magique, et tous les êtres ou les choses qui l'approchaient en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tjaty/#i_9761

Pour citer l’article

Georges BOHAS, « VIZIR ou WAZĪR », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/vizir-wazir/