Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ESPRIT THÉORIE DE L'

Articles

  • NEUROSCIENCES COGNITIVES ET THÉORIE DE L'ESPRIT

    • Écrit par Dana SAMSON
    • 1 325 mots
    • 1 média

    Le concept de théorie de l’esprit renvoie à nos connaissances sur la manière dont l’esprit humain fonctionne. Ces connaissances sont utilisées de manière plus ou moins explicite pour attribuer des états mentaux (émotions, désirs, intentions, croyances et connaissances) à soi-même et à autrui afin d’adapter...

  • ACQUISITION DU RÉCIT

    • Écrit par Michel FAYOL
    • 1 108 mots

    Le récit est une forme de discours relatif à une séquence d’au moins deux événements ou actions réels ou fictifs qui sont généralement situés dans un cadre spatial et temporel. Il serait une forme universellement disponible ne nécessitant pas d’enseignement spécifique, au moins sous sa modalité...

  • AUTISME

    • Écrit par Jacques HOCHMANN
    • 3 367 mots
    • 1 média
    Les recherches de U. Frith et de S. Baron-Cohen ont ainsi permis de mettre en évidence chez les enfants autistes un défaut de « théorie de l'esprit », c'est-à-dire de la capacité à prêter à autrui des croyances, des représentations et des affects. Ce défaut, à l'origine d'une « cécité mentale », apparaît...
  • COGNITIVES SCIENCES

    • Écrit par Daniel ANDLER
    • 19 262 mots
    • 4 médias
    ...naïve » chargée des interactions avec les objets et processus matériels usuels, une « arithmétique naïve », une « biologie ou systématique naïve », une « psychologie naïve » (également appelée « théorie de l'esprit ») permettant d'interpréter et de prévoir le comportement d'autrui (et peut-être le sien)...
  • DÉVELOPPEMENT DES FONCTIONS EXÉCUTIVES (psychologie)

    • Écrit par Olivier HOUDÉ
    • 1 278 mots

    Les fonctions exécutives (F.E.) sont des capacités du cortex préfrontal, à l’avant du cerveau, et plus exactement d’un circuit pariéto-frontal, qui contrôlent l’exécution des conduites, le choix des stratégies, la prise de décision. Les trois principales F.E. sont la mémoire de travail,...

  • EMPATHIE

    • Écrit par Jean DECETY
    • 1 398 mots
    ...des réseaux neuronaux sous-corticaux (tronc cérébral, striatum) et corticaux (insula et cortex cingulaire). Ce composant affectif est indépendant de la théorie de l’esprit (encore appelée mentalisation) qui permet de comprendre ses propres états mentaux (désirs, croyances, intentions) et ceux des autres....
  • LE CERVEAU INTIME (M. Jeannerod) - Fiche de lecture

    • Écrit par Pierre-Marie LLEDO
    • 1 021 mots

    Siège de nos sens, de notre mémoire et de notre pensée, à ce titre, enjeu d'une longue convoitise théologique, philosophique et scientifique, le cerveau n'a encore livré qu'une infime partie de ses secrets. Marc Jeannerod (1935-2011) s’est s'attaché pendant plus de trente ans à en décrypter le fonctionnement....

  • MÉMOIRE CHEZ L'ENFANT

    • Écrit par Francis EUSTACHE
    • 2 454 mots
    ...il ne peut se décrire physiquement véritablement que vers quatre ans environ et un peu plus tard pour les traits de caractère. Il en va de même pour la théorie de l’esprit définie comme la capacité d’inférer les états mentaux. Le développement de la théorie de l’esprit entre quatre et six ans est nécessaire...
  • MÉTACOGNITION

    • Écrit par Joëlle PROUST
    • 1 932 mots
    ...fait hier ». Mais, dans l'état actuel des connaissances, cette capacité paraît être l'apanage des humains, et suppose la maîtrise de ce qu'on appelle une « théorie de l'esprit ». On soutient parfois que les chimpanzés sont capables de métareprésenter leurs propres états perceptifs et ceux de leurs congénères,...
  • PRIMATES

    • Écrit par Bertrand L. DEPUTTE
    • 22 942 mots
    • 12 médias
    ...amicale et favorisant la cohésion ; l'autre agonistique, induisant une distanciation des partenaires. De nombreuses approches abordent le problème de la « théorie de l'esprit » (Theory of Mind, Premack et Woodruff, 1978) dans une perspective comparative. Les primates non humains, et particulièrement...
  • PSYCHOLOGIE ANIMALE ou ZOOPSYCHOLOGIE

    • Écrit par Jacques VAUCLAIR
    • 4 757 mots
    • 3 médias
    ...primates. Dans cette perspective, ils tentent de déterminer si les chimpanzés pensent que leurs congénères ont des intentions. Cette question est abordée dans le cadre de lathéorie de l'esprit (theory of mind) qui donne lieu à de nombreuses études en psychologie du développement chez l'homme.
  • PSYCHOLOGIE COGNITIVE ET CONSCIENCE

    • Écrit par Axel CLEEREMANS
    • 1 623 mots

    La conscience, en tant qu’objet d’étude, représente un des plus grands défis scientifiques du xxie siècle. Le concept de conscience est multiple. Dans son sens premier, le mot « conscience », qui tire son origine du latin conscientia, « avec connaissance », fait référence au savoir : nous...

  • PSYCHOLOGIE DE LA RELIGION

    • Écrit par Vassilis SAROGLOU
    • 4 087 mots
    ...théories du développement cognitif ou encore la théorie du développement moral de Kohlberg, ont eu un impact important sur ces travaux. Plus récemment, la théorie de l’esprit, relative aux capacités qu’a l’enfant d’attribuer des états mentaux aux autres, a été utilisée afin de comprendre comment l’enfant...
  • PSYCHOPATHOLOGIE COGNITIVE

    • Écrit par Martial VAN DER LINDEN
    • 2 375 mots
    ...cognition sociale, à savoir l’ensemble des processus psychologiques permettant d’entretenir des relations sociales harmonieuses, telles que les capacités à percevoir les indices sociaux (l’orientation du regard, les mouvements du corps, etc.), à reconnaître les émotions exprimées par autrui à partir...
  • RÉHABILITATION PSYCHOSOCIALE

    • Écrit par Denis MAQUET
    • 6 484 mots
    La théorie de l’esprit, encore appelée lecture d’états mentaux ou compréhension sociale, consiste pour le psychiatre Nicolas Franck, en « la capacité d’une personne à appréhender les pensées d’une autre personne ». Certains chercheurs précisent qu’il s’agit de l’aptitude cognitive d’un individu qui est...
  • SOCIOLOGIE COGNITIVE

    • Écrit par Fabrice CLÉMENT
    • 2 964 mots
    • 1 média
    ...controversée. Pour de nombreux chercheurs, la « cognition sociale » relèverait en fait d’une « psychologie naïve ». Les humains disposent en effet d’une « théorie de l’esprit » qui leur permet de se représenter les désirs, les croyances et les intentions d’autrui. Dans ce cadre d’analyse, prédire le comportement...