SOCIOLOGIE COGNITIVE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Parler de sociologie cognitive semble anodin à une époque où la compréhension des processus cérébraux connaît des développements spectaculaires et où fleurissent des disciplines comme la psychologie cognitive, l’éthologie cognitive ou l’anthropologie cognitive. Pourtant, beaucoup de sociologues ne voient pas d’un très bon œil ce rapprochement entre sciences sociales et sciences de l’esprit, comme s’ils y percevaient une antinomie fondamentale. Avant d’imaginer ce que pourrait être le cahier des charges de la sociologie cognitive, il importe par conséquent de comprendre la résistance des sociologues face au paradigme cognitif.

La sociologie et le rejet de la psychologie

À vrai dire, la sociologie s’est en grande partie constituée « contre » les sciences expérimentales de l’esprit qui se sont développées à la fin du xixe siècle. Émile Durkheim, en particulier, a beaucoup œuvré pour fonder la sociologie en tant que discipline autonome. Mais il connaissait fort bien la psychologie, notamment grâce à un séjour qu’il effectua dans le laboratoire du fondateur de la psychologie expérimentale, Wilhelm Wundt. Selon Durkheim, la sociologie se « détache » de la psychologie parce que les représentations sociales sont irréductibles aux représentations mentales. Dans son article classique « Représentations individuelles et représentations collectives » (1898), il prend l’exemple des croyances et des pratiques religieuses, ou encore des préceptes du droit, qui disposent d’une forme d’extériorité et qui s’imposent aux individus « du dehors ». Le pari de la sociologie est alors de constituer une discipline capable d’étudier les représentations collectives indépendamment de leur enracinement dans la vie psychique des individus et d’expliquer « le social par le social ». Durkheim ne dénie toutefois ni la question de l’émergence des faits sociaux à partir d’une meilleure compréhension des fonctions psychiques et de l’organisation sociale ni la question de l’impact des forces sociales su [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages




Écrit par :


Autres références

«  SOCIOLOGIE COGNITIVE  » est également traité dans :

CICOUREL AARON (1928-    )

  • Écrit par 
  • Yves WINKIN
  •  • 754 mots

l’ethnométhodologie lui permettra de critiquer l’approche de Garfinkel, et de lui opposer sa « sociologie cognitive ». Aux champions inconditionnels de l’analyse des conversations (Harvey Sacks, Emmanuel Schegloff), il reprochera de tomber dans le formalisme et il proposera une approche plus ethnographique, permettant de prendre en considération […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/aaron-cicourel/#i_56378

COGNITIVES SCIENCES

  • Écrit par 
  • Daniel ANDLER
  •  • 19 241 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Phase III (1995 -2005) : la cognition comme phénomène biologique et social »  : […] l'anthropologie, la paléontologie, la préhistoire, la psychologie sociale et la sociologie, voire la médecine, sont beaucoup plus directement impliquées ; et de même que le cerveau est immergé dans le corps, et que le corps a sa marque dans le cerveau, le cerveau est immergé dans un réseau de rapports sociaux, ses rapports devant eux-mêmes être […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sciences-cognitives/#i_56378

Voir aussi

Pour citer l’article

Fabrice CLÉMENT, « SOCIOLOGIE COGNITIVE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 septembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/sociologie-cognitive/