Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ARAMÉEN, langue

Articles

  • ALPHABET

    • Écrit par Universalis, Gilbert LAFFORGUE
    • 3 437 mots
    • 3 médias
    L'alphabet araméen a été tiré du système phénicien par les scribes du royaume de Damas au ixe siècle avant J.-C. Sa forme cursive, plus pratique que celle du phénicien et répandue par les déportés araméens, connaîtra une singulière diffusion en Asie. Adopté par les rois d'Assyrie (...
  • ARAMÉENS

    • Écrit par R.D. BARNETT
    • 1 910 mots
    • 1 média
    L'araméen est un langage sémitique, proche parent de l'hébreu et du phénicien. Mais qui comporte quelques traits communs avec l'arabe. Il utilise l'alphabet phénicien. Le premier spécimen d'écriture araméenne connu remonte au xe ou au ixe siècle avant J.-C. et a été recueilli...
  • ASSYRO-BABYLONIENNE LITTÉRATURE

    • Écrit par René LABAT
    • 4 630 mots
    ...troublés par des invasions qui entraînent un appauvrissement passager de la culture et précipitent l'évolution de la langue, du moins sous sa forme écrite. Au cours de la période récente, qui va du début du premier millénaire à la disparition de l'Assyrie en 612, se produit le phénomène de l'araméisation progressive...
  • BIBLE - L'étude de la Bible

    • Écrit par André PAUL
    • 6 436 mots
    – Il y a d'abord tout ce qui touche aux traductions araméennes de la Bible, ou targoums. L'intérêt des savants catholiques est très grand, ce qui est nouveau. L'Institut biblique pontifical, avec R. Le Déaut, à qui l'on doit l'impressionnante édition en traduction française du ...
  • BIBLE - Les traductions

    • Écrit par André PAUL
    • 3 135 mots
    On appelle targums les traductions araméennes que les Juifs, palestiniens et babyloniens, ont faites, des siècles durant, des textes bibliques. Ainsi, un targum du Pentateuque existait probablement, peut-être même avec plusieurs variantes, dès la fin de l'ère préchrétienne. Derniers venus, les targums...
  • BURMARINA

    • Écrit par Luc BACHELOT
    • 3 119 mots
    • 2 médias
    ...uniquement en caractères araméens, d'autres encore utilisant les deux systèmes, trois tablettes en araméen portent la séquence des cinq lettres BRMRN. L'araméen, langue sémitique occidentale, se transcrit en caractères alphabétiques (proches de ceux de l'écriture phénicienne) mais n'utilise que les consonnes....
  • DUPONT-SOMMER ANDRÉ (1900-1983)

    • Écrit par Marc PHILONENKO
    • 764 mots

    Né à Marnes-la-Coquette, André Dupont-Sommer entre en 1919 au séminaire Saint-Sulpice, à Issy-les-Moulineaux. Sa formation sera très complète. Il passe une licence ès lettres (1923-1924) et une licence en théologie (1927). Il devient membre de l'École biblique et archéologique française de Jérusalem...

  • ÉCRITURE (notions de base)

    • Écrit par Universalis
    • 2 596 mots
    • 7 médias
    Dérivé de l’écriture phénicienne, l’alphabet araméen (xie s. av. J.-C.) est la source de l’alphabet hébraïque ancien (ixe s. av. J.-C.) ou « hébreu carré ». Au cours de la diaspora, l’alphabet hébreu notera une langue à dominante germanique : le yiddish, apparu vers le xie...
  • HÉBRAÏQUES LANGUE & LITTÉRATURE

    • Écrit par Valentin NIKIPROWETZKY, René Samuel SIRAT
    • 8 474 mots
    • 1 média
    ...Captivité (586 av. notre ère), la langue hébraïque n'admet que peu de vocables étrangers. Après la Captivité, elle devient plus perméable à l'influence de l'araméen qui prévalait en Galilée, postérieurement à la chute de Samarie (721 av. notre ère), et n'avait cessé de gagner du terrain. Il admet aussi plus...
  • HATRA SITE ARCHÉOLOGIQUE DE

    • Écrit par Michel GAWLIKOWSKI
    • 2 076 mots
    • 3 médias
    Les fouilles ont révélé quelque cinq cents inscriptions en langue araméenne. Elles sont toutes publiées et ont été étudiées par plusieurs savants, notamment Fuad Safar, André Caquot, Joseph T. Milik, Basile Aggoula, Francesco Vattioni et Roberto Bertolino. Malgré les difficultés de lecture et les incertitudes...
  • MÉSOPOTAMIE - L'écriture cunéiforme

    • Écrit par Daniel ARNAUD
    • 3 079 mots
    • 5 médias
    ...Proche-Orient, prirent acte de la situation et choisirent comme moyen de communication pour leur empire celui qui l'était déjà dans la pratique : l'alphabet araméen. La Babylonie voyait son écriture perdre, de fait, son statut d'écriture d'État. La région elle-même entrait, en même temps, dans une irrémédiable...
  • MANDÉISME

    • Écrit par Jean HADOT
    • 1 838 mots
    Toute cette littérature est rédigée dans un araméen proche de la langue du Talmud de Babylone, mais manifestant beaucoup d'attaches avec l'araméen occidental, ce qui pose le problème des origines de la secte.
  • NABATÉENS

    • Écrit par Laïla NEHMÉ
    • 6 774 mots
    • 5 médias
    ...nabatéen, comme le palmyrénien utilisé dans l’oasis syrienne de Palmyre ou le hatréen utilisé dans l’oasis de Hatra, au nord de l’Irak, est une variante dialectale de l’araméen. Ce dernier était devenu, à l’époque perse achéménide (550-330 av. J.-C.), une langue de communication entre des populations qui...
  • PÉTRA

    • Écrit par Laïla NEHMÉ
    • 8 208 mots
    • 5 médias
    À l'époque nabatéenne, les habitants de Pétra utilisaient dans leurs inscriptions une langue et une écriture dérivées de l'araméen d'empire, c'est-à-dire de l'araméen utilisé par la chancellerie de l'empire perse achéménide. Leur langue parlée était araméenne...
  • PALESTINE

    • Écrit par Universalis, Ernest-Marie LAPERROUSAZ, Robert MANTRAN
    • 31 602 mots
    • 7 médias
    Notons que la langue officielle adoptée par les souverains achéménides, à la suite de l'administration babylonienne, était l'araméen ; celui-ci fut donc utilisé dans tout l'Empire perse, et, en Judée, il prit une importance de plus en plus grande au détriment de l'hébreu.
  • QUMRĀN

    • Écrit par André PAUL
    • 3 557 mots
    Dans leur grande majorité, les rouleaux étaient de parchemin, une centaine seulement de papyrus. De 13 à 15 p. 100 des textes sont en araméen, la langue courante du pays depuis la conquête perse, fin vie siècle avant J.-C. Le reste est en hébreu, la langue littéraire et cultuelle, déclarée sainte....
  • SÉMITES

    • Écrit par André CAQUOT
    • 4 797 mots
    ...Babylone, et toute l'Asie antérieure tombe au pouvoir des Achéménides. Mais l'Empire perse consacre une victoire culturelle des Sémites : l' araméen est choisi par les Achéménides comme langue de chancellerie, ce qui révèle l'extension prise alors par cet idiome qui s'impose comme ...
  • YIDDISH

    • Écrit par Rachel ERTEL, Yitzhok NIBORSKI
    • 13 906 mots
    • 1 média
    ...chrétienne, d'autres langues juives, nées de sa fusion partielle avec celles de populations avoisinantes, l'ont remplacé dans cette fonction. La première fut le judéo-araméen, qui rejoignit plus tard l'hébreu comme langue réservée aux études, à la liturgie et à l'écrit en général. Par la suite, l'origine de toute...