Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

MÉSOPOTAMIE L'écriture cunéiforme

Écriture sumérienne archaïque - crédits :  Bridgeman Images

Écriture sumérienne archaïque

L'écriture cunéiforme (appelée ainsi d'après son signe de base, en forme de « coin », en latin cuneus) a constitué le système graphique principal, et longtemps unique, du Proche-Orient asiatique, entre la fin du IVe millénaire et le début de notre ère. Elle fut l'outil essentiel des cultures de ce vaste espace géographique. Nous croyons savoir, d'après les données dont nous disposons, que l'écriture mésopotamienne fut inventée à Uruk (Warka, Iraq), vers − 3200, par un administrateur, ou un groupe d'administrateurs, au service du sanctuaire principal de la ville. La civilisation de Sumer (dont Uruk était une des plus puissantes métropoles) connaissait alors une éclatante prospérité ; les grands organismes économiques, et d'abord les temples, grands propriétaires fonciers, se durent d'améliorer leurs méthodes de gestion : l'écriture fut donc ainsi uniquement conçue pour être un outil de management.

La création du système

Écriture cunéiforme : naissance et évolution du signe «vase» - crédits : Encyclopædia Universalis France

Écriture cunéiforme : naissance et évolution du signe «vase»

Les signes de l'écriture cunéiforme sont environ d'un peu moins d'un millier : ce sont des dessins abstraits, c'est-à-dire que leur sens ne peut être deviné mais doit être appris (ainsi pour « fils ») ; un dixième seulement sont des silhouettes, complètes ou partielles, de réalités concrètes (ainsi : « vase »). Cependant, même dans ce cas, l'identification précise ne va pas de soi, car à la signification première s'ajoutaient déjà des significations secondes : par exemple, « main » note aussi « responsabilité ». D'ailleurs, ces derniers signes sont souvent surchargés de motifs géométriques qui en modifiaient le sens de base. Indiscutablement, le système urukéen primitif est déjà idéogrammatique. Son fonctionnement se fondait sur une économie maximale, d'où son opacité pour nous. N'étaient notés que les éléments nécessaires, tels que noms, adjectifs, verbes ; le reste (prépositions, préfixes, suffixes, etc.) devait être restitué par le lecteur ; c'était ce qui correspondait à la destination pratique des documents : enregistrer puis combiner. Comme telle, l'écriture d'Uruk, que tout Sumer adopta immédiatement, est un système abouti qui se suffit à lui-même. Les siècles suivants l'améliorèrent mais en respectèrent les principes.

Une telle perfection aurait-elle pu être atteinte d'un seul élan ? Les créations graphiques se sont, indiscutablement, inspirées de « marques » déjà employées isolément. On a l'exemple de « mouton », une croix inscrite dans un cercle : c'était le signe qui désignait les bêtes pour la tonte ou la boucherie. On a invoqué aussi la ressemblance de quelques silhouettes primitives avec des « jetons » d'argile, répandus dans tout le Proche-Orient, du IXe au IVe millénaire avant J.-C. Toutefois, ces petits objets (à l'usage ou aux usages inconnus) ne paraissent avoir été combinés nulle part en un système. Certains signes ont pu aussi bien avoir pour prototypes un langage gestuel.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : directeur d'études à l'École pratique des hautes études (section des sciences religieuses) Paris

Classification

Pour citer cet article

Daniel ARNAUD. MÉSOPOTAMIE - L'écriture cunéiforme [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 05/07/2016

Médias

Écriture sumérienne archaïque - crédits :  Bridgeman Images

Écriture sumérienne archaïque

Écriture cunéiforme : naissance et évolution du signe «vase» - crédits : Encyclopædia Universalis France

Écriture cunéiforme : naissance et évolution du signe «vase»

Tablette cunéiforme, royaume d'Ougarit - crédits : De Agostini

Tablette cunéiforme, royaume d'Ougarit

Autres références

  • AKKAD

    • Écrit par
    • 2 890 mots
    • 3 médias

    Akkad (du sémitique Akkadû, forme à laquelle le scribe préférait Agadé) désigne à la fois une « ville de royauté » du IIIe millénaire avant J.-C. et la partie nord de la Babylonie. Du nom de la cité dérive le terme akkadien, qui sert à qualifier la dynastie royale d'Akkad, la population...

  • ALEXANDRE LE GRAND (356-323 av. J.-C.)

    • Écrit par
    • 6 470 mots
    • 5 médias
    ...était nombreuse et de valeur, manquaient désormais les mercenaires grecs, décimés au cours des précédentes batailles ou perdus dans de vaines aventures. Les deux armées se rencontrèrent en Haute-Mésopotamie, près du village de Gaugamèles, non loin de la ville assyrienne d'Arbèles (Erbil). C'était une vaste...
  • AMORRITES ou AMORRHÉENS

    • Écrit par
    • 728 mots

    Amorrites, ou Amorrhéen, est un nom de peuple que les orientalistes ont tiré du mot akkadien Amourrou, par lequel les Mésopotamiens désignaient la région située à l'ouest de leur pays et aussi ses habitants.

    Comme les Amorrites n'ont pas écrit leur langue, nous ne les connaissons que par...

  • ANTHROPOLOGIE ANARCHISTE

    • Écrit par
    • 4 849 mots
    • 3 médias
    ...processus d’apparition de l’agriculture sédentaire à partir du IXe millénaire avant notre ère, du moins dans l’exemple qu’il a choisi, celui de la Mésopotamie. Lui-même éleveur en sus de ses fonctions universitaires, il décrit le processus de formation d’une nouvelle socialisation, la domus...
  • Afficher les 73 références