BURMARINA

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Emplacement de la zone de sauvetage du barrage du Tishrin

Emplacement de la zone de sauvetage du barrage du Tishrin
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Zone de sauvetage du Tishrin, Syrie du Nord

Zone de sauvetage du Tishrin, Syrie du Nord
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte


Le site de Tell Shioukh Faouqāni (Burmarina) en Syrie se situe sur la rive gauche de l'Euphrate, en bordure du fleuve, à 5 kilomètres de la frontière syro-turque. De taille moyenne (12 ha), il comprend une ville basse et une butte principale (350 m × 250 m), le tell proprement dit s'élevant à 25 mètres au-dessus de la plaine environnante, composée d'un ensemble de niveaux d'occupation dont les plus anciens datent de la fin du IVe et du début du IIIe millénaire avant J.-C., et les plus récents de l'époque médiévale (xe s. de notre ère). Depuis 1994, une équipe franco-italienne, puis française seulement (à partir de 1998), a fait des découvertes importantes sur les cinq chantiers qu'elle a ouverts dans différents secteurs du site. Elles concernent trois périodes clés de l'histoire du Proche-Orient ancien : la fin du Chalcolithique et les débuts de l'Âge du bronze ancien (IVe-IIIe millénaire av. J.-C.), l'Âge du bronze récent (xve-xiiie s. av. J.-C.) et l'Âge du fer (viiie-vie s. av. J.-C.). Ces périodes seront évoquées ici dans l'ordre de leur découverte, de la plus récente aux plus anciennes.

Emplacement de la zone de sauvetage du barrage du Tishrin

Emplacement de la zone de sauvetage du barrage du Tishrin

Dessin

Carte de la Syrie montrant l'emplacement de la zone de sauvetage du barrage du Tishrin (d'après Martin Sauvage). 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Zone de sauvetage du Tishrin, Syrie du Nord

Zone de sauvetage du Tishrin, Syrie du Nord

Dessin

Zone de sauvetage du Tishrin. Vallée de l'Euphrate, Syrie du Nord. Les triangles indiquent les sites archéologiques disparus dans le lac artificiel constitué en 1999. Les triangles rouges indiquent les sites faisant l'objet d'articles particuliers (d'après Martin Sauvage). 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Les niveaux de l'Âge du fer (VIIe siècle av. J.-C.)

La ville de Burmarina identifiée

« ... Quittant la ville de Til-Barsip, je m'avançai vers celle de Burmarina qui appartenait à Akhuni de la tribu du Adini. J'assiégeai la ville, la pris et passai trois cents soldats par le fil de l'épée. Devant la ville, j'érigeai une pyramide de têtes coupées. Quittant la ville de Burmarina, je traversai l'Euphrate au moyen de radeaux faits de peaux de chèvre... »

C'est en ces termes que s'exprimait, dans ses annales (compte rendu annuel de campagnes militaires), le grand roi assyrien Salmanazar III (858-824 av. J.-C.), à propos de ses conquêtes au bord de l'Euphrate. La ville de Burmarina qu'il dit avoir prise était donc connue depuis longtemps par les historiens, mais personne ne pouvait savoir exactement où elle se situait. La découverte, en 1995, d'un lot d'archives tout à fait exceptionnel, au sommet du site de T [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages




Écrit par :

  • : chargé de recherche au C.N.R.S., directeur de la mission archéologique de Tell Shioukh Faouqâni

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Luc BACHELOT, « BURMARINA », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/burmarina/