WESTERN

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Histoire et épopée

Genre protéiforme né en 1903 avec Le Vol du rapide (The Great Train Robbery) de Edwin S. Porter, le western a connu auprès du public américain (et aussi du public international) un succès jamais démenti. Les raisons de cet attachement sans défaut sont à chercher dans le contenu épique du western, dans les rapports du film avec l'histoire des États-Unis.

Vol du rapide, E. S. Porter

Photographie : Vol du rapide, E. S. Porter

Une scène du Vol du rapide (The Great Train Robbery), un film muet de l'Américain Edwin S. Porter pour les studios Edison en 1903. 

Crédits : Picture Post/ Getty Images

Afficher

Un peuple sans racines lointaines a besoin de se forger une légende, de raconter l'histoire de son installation dans des terres nouvelles. À partir de la côte Atlantique, le western met en scène la marche des pionniers qui ont, peu à peu, occupé le territoire nord-américain. De ce combat contre la nature et contre ses premiers occupants (les Indiens) va naître une interprétation idéalisée de la réalité : sous l'objectif des caméras, « les conquérants d'un nouveau monde » deviennent les acteurs d'une épopée dont il faut chercher l'équivalent dans les poèmes homériques ou dans les chansons de geste. En l'espace d'une génération, la matière historique s'est transformée en matière épique ; les souvenirs – déjà déformés, embellis, par la littérature populaire de la fin du xixe siècle – sont prêts pour l'amplification que va conférer l'écran à l'aventure des cow-boys, des bâtisseurs de villes, des traceurs de routes, des poseurs de rails... Ainsi, le western raconte indéfiniment la mise en place de la civilisation américaine et affirme la grandeur de l'américanéité. Au-delà des formes nouvelles qui parfois se mêlent aux canons traditionnels du genre, le western demeure profondément un genre référentiel dont les variations ne sont possibles que par rapport à un acquis, un corpus, qui guide à la fois le travail du cinéaste et le mode de perception du spectateur. Le western s'apparente à un rite dans lequel une nation communie. Comme le déclare George Roy Hill, « le western, c'est le kabuki des États-Unis ».

À l'image des romans de chevalerie, on peut distinguer dans le western un certain nombre de cycles :

– l'occupation de la prairie (La Caravane vers l'Ouest, The Covered Wagon, James Cruze, 1922 ; La Piste des géants, The Big Trail, Raoul Walsh, 1930) ;

– la constitution des grands domaines d'élevage (La Rivière rouge, Red River, Howard Hawks, 1948 ; L'Homme qui n'a pas d'étoile, Man Without a Star, King Vidor, 1954 ; Duel dans la boue, These Thousand Hills, Richard Fleisher, 1958) ;

– la reconnaissance des cours d'eau (La Captive aux yeux clairs, The Big Sky, Howard Hawks, 1952) ;

– l'exploration des montagnes Rocheuses (Jeremiah Johnson, Sydney Pollack, 1971) ;

– l'établissement des liaisons régulières : les diligences et le courrier (Le Triomphe de Buffalo Bill, Pony Express, Jerry Hopper, 1953) ;

– la pose du télégraphe (Les Pionniers de la Western Union, Western Union, Fritz Lang, 1941) ;

– la construction du chemin de fer transcontinental (Le Cheval de fer, The Iron Horse, John Ford, 1924 ; Pacific Express, Union Pacific, Cecil B. De Mille, 1938) ;

– les guerres indiennes (Le Massacre de Fort-Apache, Fort Apache, John Ford, 1948 ; Les Cheyennes, Cheyenne Autumn, John Ford, 1964 ; Les Extravagantes Aventures d'un visage pâle, Little Big Man, Arthur Penn, 1970) ;

– l'élimination des hors-la-loi (L'Appât, The Naked Spur, Anthony Mann, 1953 ; Trois heures dix pour Yuma, 3 :10 to Yuma, Delmer Daves, 1957) ;

– la fin de l'Ouest pionnier, la naissance de l'Amérique contemporaine (La Ruée vers l'Ouest, Cimarron, Anthony Mann, 1960).

Presque tous les réalisateurs américains ont mis en scène, au moins une fois dans leur carrière, un western : c'est par le western que l'on devient, comme le dit Sydney Pollack, un « véritable cinéaste ». Certains ont fait de ce genre une constante de leur œuvre, ainsi, James Cruze, John Ford, Allan Dwan, King Vidor, Raoul Walsh, William Wellman, pour la génération des grands anciens ; ou encore, après 1945, Howard Hawks, Anthony Mann, Delmer Daves, John Sturges, [...]

John Ford

Photographie : John Ford

Le réalisateur américain John Ford (1894-1973), de son vrai nom Sean Aloysius O'Feeney. 

Crédits : Archive Photos/ Getty Images

Afficher

La Charge héroïque

Photographie : La Charge héroïque

John Wayne (1907-1979) et Mildred Natwick (1908-1994) dans le film du réalisateur américain John Ford (1894-1973) La Charge héroïque (She Wore A Yellow Ribbon), en 1949. 

Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Médias de l’article

Western

Western
Crédits : Ernst Haas/ Getty Images

photographie

Vol du rapide, E. S. Porter

Vol du rapide, E. S. Porter
Crédits : Picture Post/ Getty Images

photographie

John Ford

John Ford
Crédits : Archive Photos/ Getty Images

photographie

La Charge héroïque

La Charge héroïque
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Afficher les 4 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne

Classification

Autres références

«  WESTERN  » est également traité dans :

ALTMAN ROBERT (1925-2006)

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 2 240 mots

Dans le chapitre « Une esthétique iconoclaste »  : […] Robert Altman est né le 20 février 1925 à Kansas City (Missouri). Fils d'un courtier en assurances et d'une descendante des pèlerins du Mayflower, Robert Altman sort de l'université du Missouri avec un diplôme d'ingénieur-mathématicien et entre à la Wentworth Military Academy. Pilote de bombardiers durant la Seconde Guerre mondiale, il produit, réalise et monte, de 1947 à 1956, à Kansas City, des […] Lire la suite

BANDE DESSINÉE

  • Écrit par 
  • Dominique PETITFAUX
  •  • 17 301 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « La bande dessinée en Europe de 1940 à 1960 »  : […] Outre la France et la Belgique, deux pays européens ont, dans les années 1940 et 1950, une production importante, tant en quantité qu'en qualité : l'Italie et la Grande-Bretagne. En Italie, les années 1940 sont dominées par Dick Fulmine (en français Alain la Foudre ), justicier à l'idéologie fasciste créé en 1938 par Carlo Cossio (1907-1964), et par les bandes d'aventures exotiques de Franco Capr […] Lire la suite

BERNSTEIN ELMER (1922-2004)

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 847 mots

Il est l'auteur d'une des plus célèbres musiques de film, celle des Sept Mercenaires . Mais le compositeur et chef d'orchestre américain Elmer Bernstein est aussi – aux côtés de ses compatriotes Alex North et Bernard Herrmann – un des protagonistes du renouveau du langage musical cinématographique qui s'opère dans les années 1950 : jusqu'à cette époque, en effet, les compositeurs d'Hollywood, qui […] Lire la suite

BOETTICHER BUDD (1916-2001)

  • Écrit par 
  • Alain GAREL
  •  • 618 mots

Né le 29 juillet 1916 à Chicago, dans l'Illinois, Oscar Boetticher Jr. poursuit ses études à l'université de l'Ohio avant d'entreprendre une carrière de joueur de football américain. Au milieu des années 1930, alors qu'il est en convalescence au Mexique, il se découvre une telle passion pour la tauromachie qu'il l'étudie avec le torero Lorenzo Garcia, avant de devenir à son tour torero professionn […] Lire la suite

CINÉMA (Réalisation d'un film) - Scénario

  • Écrit par 
  • Michel CHION
  •  • 3 564 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Une histoire des histoires au cinéma »  : […] Le cinéma muet employait déjà le scénario préétabli, mais disposait d'une certaine marge pour le remanier après tournage, en modifiant simplement le texte des intertitres : véritable inclusion d'un texte écrit à l'intérieur du film, l'intertitre ne se bornait pas à donner l'essentiel des dialogues ; comme dans la bande dessinée, il jouait un rôle narratif, présentant les personnages, exposant les […] Lire la suite

CLIFT MONTGOMERY (1920-1966)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 651 mots
  •  • 1 média

Montgomery Clift est né le 17 octobre 1920 à Omaha (Nebraska). Acteur américain réputé pour la profondeur émotionnelle et la vulnérabilité qu'il apporte à ses rôles, il participe, avec Marlon Brando et James Dean, à la définition d'un nouveau paradigme de héros du cinéma américain. Clift connaît une enfance non conventionnelle. Sa famille déménage fréquemment et il passe beaucoup de temps en Europ […] Lire la suite

COOPER GARY (1901-1961)

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 1 638 mots
  •  • 3 médias

L'image du « cavalier de l'Ouest » vertueux et héroïque reste attachée à Gary Cooper, même si un quart seulement de sa carrière fut consacré au western. Pour toute une génération de cinéphiles des années 1950 et 1960, pour lesquels le western fut, selon l'expression d'André Bazin, « le cinéma américain par excellence », il incarne l'ex-shérif Kane de High Noon ( Le train sifflera trois fois , 1 […] Lire la suite

DAVES DELMER (1904-1977)

  • Écrit par 
  • Jean-Louis RIEUPEYROUT
  •  • 980 mots

Parti de sa base californienne, un sous-marin américain se glisse furtivement dans la baie de Tōkyō, y débarque des observateurs puis rejoint son port d'attache, au terme d'une mission particulièrement hardie et mouvementée. Filmé dans un style documentaire empruntant ses éléments dramatiques aux seules données de cet épisode authentique de la Seconde Guerre mondiale, Destination Tokyo (1944) va […] Lire la suite

EASTWOOD CLINT (1930- )

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 3 730 mots
  •  • 3 médias

Inconnu en Europe avant le triomphe, en 1964, de Pour une poignée de dollars ( Per un pugno di dollari ), ce good guy de la série télévisée westernienne à succès Rawhide (1959-1965) était déjà apprécié du public américain. La trilogie de Sergio Leone, qui se poursuit avec Et pour quelques dollars de plus ( Per qualche dollaro in più , 1965) et Le Bon, la Brute et le Truand ( Il  buono , il […] Lire la suite

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - Le théâtre et le cinéma

  • Écrit par 
  • Geneviève FABRE, 
  • Liliane KERJAN, 
  • Joël MAGNY
  •  • 9 420 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Le passage du western au fantastique et à la science-fiction »  : […] Fait capital, le western, qu'André Bazin qualifiait de « cinéma américain par excellence », tend à disparaître comme genre de référence. Les westerns des années 1970 et 1980 sont d'abord marqués par la mauvaise conscience américaine – liée à l'échec au Vietnam, qu'illustrent des films tels qu' Apocalypse Now (1979) de Coppola ou The Deer Hunter (1978) de Michael Cimino  – et sont centrés sur l […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean A. GILI, « WESTERN », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/western/