WESTERN

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Mythe et réalité

Du point de vue mythique, le western mêle les thèmes complémentaires du péché originel et du paradis perdu. La civilisation américaine s'est faussement enracinée avec la conquête de l'Ouest. En détruisant les Indiens, en ne trouvant jamais de réponse au problème de la cohabitation pacifique et en choisissant le génocide, les pionniers ont commis une faute irréparable. Plus ils tuaient d'Indiens, plus ils croyaient éliminer les témoins de ce qu'ils ne pourraient jamais être, les fils d'une terre dont ils s'emparaient par la force. La mort des Peaux-Rouges contenait, à la fois, l'affirmation de la présence physique des Blancs et en même temps la négation éthique d'un accaparement qui condamnait les tueurs à la mauvaise conscience. La croyance en un possible paradis s'évanouissait en même temps que se perdait l'innocence des conquérants. Le paradis a été découvert et aussitôt détruit par la faute de l'homme ; lui seul est responsable de son échec. L'Ouest des débuts de l'avancée blanche était perçu comme un milieu où pouvaient s'épanouir les qualités d'un homme meilleur, loin de la misère qui avait poussé les immigrants à quitter la vieille Europe. La civilisation nouvelle, qui se mettait en place, ne pouvait être différente qu'à la condition de s'appuyer sur des individus ayant une claire conscience de la transformation nécessaire de leur mentalité et même de tout leur être. La conquête de l'Ouest reposait sur le mythe de l'homme nouveau. Or, en privilégiant non le progrès de la conscience mais le progrès de la technique, non l'élargissement des facultés humaines mais le développement économique, en détruisant les indigènes qui gênaient une expansion ressentie comme une nécessité vitale, les Blancs ont assassiné leur propre espoir en un monde meilleur. Le western, ayant d'abord exalté la grandeur de la conquête d'un nouveau monde, aboutit à l'évocation des espoirs déçus et des consciences tourmentées. L'idéal de justice et de liberté s'est tout à la fois forgé et détruit dans l'édification de la nation américaine : il ne reste plus qu'une civilisation dominée par la violence et le racisme.

Dès lors, et de plus en plus nettement, le western perd sa dimension épique pour proposer une interrogation sur les contradictions de la psychologie collective américaine. Des cinéastes, qui ont choisi de s'exprimer dans le moule du western, utilisent ce genre comme un support à des entreprises métaphoriques, où la violence contre les Indiens et l'expansionnisme territorial évoquent indirectement la condition des Noirs et les guerres impérialistes contre les peuples du Tiers Monde. Les westerns des années 1960, qui montrent l'intervention des Américains dans les guerres civiles du Mexique de la seconde moitié du xixe siècle et du début du xxe siècle, adoptent une démarche allusive dont les prolongements contemporains sont évidents (cf. Les Professionnels, Les Cent Fusils, La Horde sauvage). Très explicitement, William Hale écrit à propos de La Brigade des cow-boys (Journey to Shiloy, 1967), un western se déroulant dans le cadre de la guerre de Sécession : « J'ai voulu explorer le parallèle avec une génération de jeunes Américains qui mènent une guerre au Vietnam sans que personne ait pu leur donner d'explications valables. » De son côté, Arnold Laven écrit à propos de Geronimo (1962) : « J'espérais montrer que le combat de Geronimo, afin d'obtenir la justice pour son peuple, est lié à la lutte des minorités opprimées dans notre monde actuel – plus spécialement les Noirs dans notre pays et les Mexicains [...]. Je voulais que Geronimo ait un caractère contemporain et très significatif qui dépasse le cadre spécifique de l'histoire elle-même. »

Au-delà des problèmes généraux de la société américaine, le western propose aussi une réflexion sur l'individu américain, sa violence latente, son individualisme, sa volonté de réussite. Le mythe du surhomme s'effondre ; Wyatt Earp devient un shérif fasciste dans Doc Holliday (1971) de Frank Perry ; les adolescents, que la violence fascine et qui la mettent en jeu sans réflexion, sont voués à la mort (Qui tire le premier ? A Time for Dying, Budd Boetticher, 1969). De nombreux films décapent l'histoire des États-Unis au xixe siècle : ce que des années d'hagiographie avaient déposé disparaît sous le regard incisif des c [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Médias de l’article

Western

Western
Crédits : Ernst Haas/ Getty Images

photographie

Vol du rapide, E. S. Porter

Vol du rapide, E. S. Porter
Crédits : Picture Post/ Getty Images

photographie

John Ford

John Ford
Crédits : Archive Photos/ Getty Images

photographie

La Charge héroïque

La Charge héroïque
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Afficher les 4 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne

Classification

Autres références

«  WESTERN  » est également traité dans :

ALTMAN ROBERT (1925-2006)

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 2 240 mots

Dans le chapitre « Une esthétique iconoclaste »  : […] Robert Altman est né le 20 février 1925 à Kansas City (Missouri). Fils d'un courtier en assurances et d'une descendante des pèlerins du Mayflower, Robert Altman sort de l'université du Missouri avec un diplôme d'ingénieur-mathématicien et entre à la Wentworth Military Academy. Pilote de bombardiers durant la Seconde Guerre mondiale, il produit, réalise et monte, de 1947 à 1956, à Kansas City, des […] Lire la suite

BANDE DESSINÉE

  • Écrit par 
  • Dominique PETITFAUX
  •  • 17 301 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « La bande dessinée en Europe de 1940 à 1960 »  : […] Outre la France et la Belgique, deux pays européens ont, dans les années 1940 et 1950, une production importante, tant en quantité qu'en qualité : l'Italie et la Grande-Bretagne. En Italie, les années 1940 sont dominées par Dick Fulmine (en français Alain la Foudre ), justicier à l'idéologie fasciste créé en 1938 par Carlo Cossio (1907-1964), et par les bandes d'aventures exotiques de Franco Capr […] Lire la suite

BERNSTEIN ELMER (1922-2004)

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 847 mots

Il est l'auteur d'une des plus célèbres musiques de film, celle des Sept Mercenaires . Mais le compositeur et chef d'orchestre américain Elmer Bernstein est aussi – aux côtés de ses compatriotes Alex North et Bernard Herrmann – un des protagonistes du renouveau du langage musical cinématographique qui s'opère dans les années 1950 : jusqu'à cette époque, en effet, les compositeurs d'Hollywood, qui […] Lire la suite

BOETTICHER BUDD (1916-2001)

  • Écrit par 
  • Alain GAREL
  •  • 618 mots

Né le 29 juillet 1916 à Chicago, dans l'Illinois, Oscar Boetticher Jr. poursuit ses études à l'université de l'Ohio avant d'entreprendre une carrière de joueur de football américain. Au milieu des années 1930, alors qu'il est en convalescence au Mexique, il se découvre une telle passion pour la tauromachie qu'il l'étudie avec le torero Lorenzo Garcia, avant de devenir à son tour torero professionn […] Lire la suite

CINÉMA (Réalisation d'un film) - Scénario

  • Écrit par 
  • Michel CHION
  •  • 3 564 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Une histoire des histoires au cinéma »  : […] Le cinéma muet employait déjà le scénario préétabli, mais disposait d'une certaine marge pour le remanier après tournage, en modifiant simplement le texte des intertitres : véritable inclusion d'un texte écrit à l'intérieur du film, l'intertitre ne se bornait pas à donner l'essentiel des dialogues ; comme dans la bande dessinée, il jouait un rôle narratif, présentant les personnages, exposant les […] Lire la suite

CLIFT MONTGOMERY (1920-1966)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 651 mots
  •  • 1 média

Montgomery Clift est né le 17 octobre 1920 à Omaha (Nebraska). Acteur américain réputé pour la profondeur émotionnelle et la vulnérabilité qu'il apporte à ses rôles, il participe, avec Marlon Brando et James Dean, à la définition d'un nouveau paradigme de héros du cinéma américain. Clift connaît une enfance non conventionnelle. Sa famille déménage fréquemment et il passe beaucoup de temps en Europ […] Lire la suite

COOPER GARY (1901-1961)

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 1 638 mots
  •  • 3 médias

L'image du « cavalier de l'Ouest » vertueux et héroïque reste attachée à Gary Cooper, même si un quart seulement de sa carrière fut consacré au western. Pour toute une génération de cinéphiles des années 1950 et 1960, pour lesquels le western fut, selon l'expression d'André Bazin, « le cinéma américain par excellence », il incarne l'ex-shérif Kane de High Noon ( Le train sifflera trois fois , 1 […] Lire la suite

DAVES DELMER (1904-1977)

  • Écrit par 
  • Jean-Louis RIEUPEYROUT
  •  • 980 mots

Parti de sa base californienne, un sous-marin américain se glisse furtivement dans la baie de Tōkyō, y débarque des observateurs puis rejoint son port d'attache, au terme d'une mission particulièrement hardie et mouvementée. Filmé dans un style documentaire empruntant ses éléments dramatiques aux seules données de cet épisode authentique de la Seconde Guerre mondiale, Destination Tokyo (1944) va […] Lire la suite

EASTWOOD CLINT (1930- )

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 3 730 mots
  •  • 3 médias

Inconnu en Europe avant le triomphe, en 1964, de Pour une poignée de dollars ( Per un pugno di dollari ), ce good guy de la série télévisée westernienne à succès Rawhide (1959-1965) était déjà apprécié du public américain. La trilogie de Sergio Leone, qui se poursuit avec Et pour quelques dollars de plus ( Per qualche dollaro in più , 1965) et Le Bon, la Brute et le Truand ( Il  buono , il […] Lire la suite

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - Le théâtre et le cinéma

  • Écrit par 
  • Geneviève FABRE, 
  • Liliane KERJAN, 
  • Joël MAGNY
  •  • 9 420 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Le passage du western au fantastique et à la science-fiction »  : […] Fait capital, le western, qu'André Bazin qualifiait de « cinéma américain par excellence », tend à disparaître comme genre de référence. Les westerns des années 1970 et 1980 sont d'abord marqués par la mauvaise conscience américaine – liée à l'échec au Vietnam, qu'illustrent des films tels qu' Apocalypse Now (1979) de Coppola ou The Deer Hunter (1978) de Michael Cimino  – et sont centrés sur l […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean A. GILI, « WESTERN », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 29 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/western/