GASSMAN VITTORIO (1922-2000)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né à Gênes le 1er septembre1922 de père allemand et de mère toscane, Vittorio Gassman passe son adolescence à Rome. Là, outre sa passion pour le sport, il révèle des dons précoces pour l'écriture. En sortant du lycée, en 1941, il s'inscrit en droit à l'université de Rome, mais sa mère le pousse à suivre également les cours de l'Académie d'art dramatique que dirige Silvio D'Amico. Repéré pour ses qualités, Vittorio Gassman fait ses débuts au théâtre dès 1943. À la fin de la guerre, après avoir été prisonnier en Allemagne, il reprend rapidement sa carrière.

Acteur brillant, Vittorio Gassman attire aussi l'attention des producteurs : il fait ses débuts au cinéma en 1946, en participant essentiellement à des films de genre, mélodrames, adaptations littéraires ou films d'aventures. À cette époque, Gassman n'attribue que peu de valeur artistique au cinéma ; de fait, la grande majorité des films dans lesquels il joue entre 1946 et 1958 ne sont pas d'un grand intérêt, à quelques exceptions près (Daniele Cortis de Mario Soldati en 1946, Riz amer de Giuseppe De Santis et Le Chevalier mystérieux de Riccardo Freda en 1948).

À côté du cinéma, Vittorio Gassman se consacre prioritairement au théâtre. En 1948-1949, il joue dans la compagnie dirigée par Luchino Visconti. Les rôles qu'il interprête sous sa direction – notamment Un tramway nommé Désir – lui valent de véritables triomphes. En 1950, il est nommé premier acteur et chef de troupe du Théâtre national dirigé par Guido Salvini. Il fait alors ses débuts dans la mise en scène avec Peer Gynt de Henryk Ibsen. En 1952, il fonde le Teatro d'Arte italiano qu'il dirige en compagnie de Luigi Squarzina. Il y met en scène et interprète un mémorable Hamlet. En 1955, il monte Kean genio e sregolatezza, d'Alexandre Dumas, dans la version revue par Jean-Paul Sartre, puis, en 1957, Othello.

Parallèlement, Vittorio Gassman continue à travailler pour le cinéma, mais toujours sans grande conviction. C'est en 1958 que se produit sa véritable percée : Le Pigeon de Mario Monicelli révèle un véritable talent d'acteur comique que l'on n'avait pas soupçonné jusque-là. Gassman collabore à nouveau avec Monicelli avec La Grande Guerre (1959) puis avec L'Armée Brancaleone (1966) et Brancaleone aux croisades (1970). Une nouvelle étape est franchie en 1962 grâce à Dino Risi qui le dirige dans La Marche sur Rome et Le Fanfaron. Avec Risi, le comédien va tourner quelques-uns de ses films les plus célèbres : Les Monstres (1963), Au nom du peuple italien (1971), Parfum de femme (1974, prix d'interprétation masculine au festival de Cannes en 1975), La Carrière d'une femme de chambre (1975), Cher Papa (1979). Le troisième metteur en scène important dans la carrière de Gassman est Ettore Scola, qui le dirige notamment dans Nous nous sommes tant aimés en 1974, La Terrasse en 1979, La Famille en 1987, Le Dîner en 1999. Parmi les cinéastes étrangers, outre Alain Resnais (La vie est un roman, 1983) ou André Delvaux (Benvenuta, 1983), il faut citer Robert Altman pour Un mariage (1978) et Quintet (1979).

Les succès cinématographiques de Vittorio Gassman ne lui font pas pour autant oublier le théâtre. En 1960 est inauguré à Rome le Théâtre populaire italien, un chapiteau de 3 000 places conçu par Gassman avec l'aide technique de Giuseppe Erba, destiné à parcourir l'Italie et à permettre à un nouveau public d'accéder au monde de la scène. Gassman entame un véritable travail de recherche à partir des différentes mises en scène qu'il assure, par exemple Trasloco en 1973, O Cesare o nessuno en 1974, Sette giorni all'asta (Sept Jours aux enchères) en 1977 – expérience limite de représentation ininterrompue pendant une semaine –, Macbeth en 1983, Affabulazione de Pasolini en 1986.

Gassman se livre aussi à quelques expériences cinématographiques. Il met en scène en 1956 une adaptation de la pièce dans laquelle il avait joué un an auparavant, Kean genio e sregolatezza. En 1968, il tourne L'Alibi en collaboration avec Adolfo Celi et Luciano Lucignani. Dans ce film, les trois amis composent une œuvr [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne

Classification

Autres références

«  GASSMAN VITTORIO (1922-2000)  » est également traité dans :

COMÉDIE ITALIENNE, cinéma

  • Écrit par 
  • Jean A. GILI, 
  • Gérard LEGRAND
  •  • 3 510 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Origines et composantes »  : […] L'expression même de « comédie italienne » prête à confusion. On a dit d'abord et on dit encore « comédie à l'italienne ». Or, dans la péninsule, l'expression all'italiana est familière, voire péjorative. C'est une allusion à la routine, aux compromis, au laisser-aller qui caractérisent les Italiens, selon les étrangers et souvent selon les Italiens eux-mêmes. Elle était employée par les critiqu […] Lire la suite

LES MONSTRES, film de Dino Risi

  • Écrit par 
  • Laurent JULLIER
  •  • 880 mots

Dans le chapitre « Mosaïque italienne »  : […] Dix-neuf sketches font le portrait d'une société saisie par les démons du mensonge et du double jeu : les couples mariés se trompent (6 sketches), une émotion sincère cache en réalité quelque calcul intéressé (sketches 5, 6, 10), et les règles de la vie en collectivité semblent faites pour être bafouées (sketches 1 et 16). Les institutions, elles aussi, sont gagnées par la tricherie : le parlement […] Lire la suite

RISI DINO (1916-2008)

  • Écrit par 
  • Christian VIVIANI
  •  • 884 mots

Dino Risi est né à Milan. Médecin psychiatre, il se lie au groupe de jeunes Milanais, dont Alberto Lattuada et Luigi Comencini qui, à la fin des années 1930, essaient de mettre sur pied une cinémathèque. Après avoir été l'assistant de Mario Soldati et de Lattuada quand celui-ci passe à la réalisation, il signe en 1946 un court-métrage, Barboni , qui le fait remarquer : déjà son œil vif sait cerner […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean A. GILI, « GASSMAN VITTORIO - (1922-2000) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 juillet 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/vittorio-gassman/