SCOLA ETTORE (1931-2016)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Figure importante du cinéma italien, d'abord comme scénariste, puis comme cinéaste à partir de 1964, Ettore Scola a construit une œuvre composite et cohérente à la fois, dominant de sa stature la commedia all'italiana, où il excelle avec Risi, Monicelli et Comencini jusqu'à la fin des années 1970, mais parcourant aussi, souvent avec audace, des chemins stylistiques inédits. Il est également une des figures principales de la politique du cinéma en Italie, d'abord dans l'opposition, avec le Parti communiste devenu P.D.S., puis lié aux gouvernements de centre gauche à partir de 1996.

Le cinéaste Ettore Scola

Photographie : Le cinéaste Ettore Scola

Scénariste et metteur en scène, Ettore Scola sut puiser l'inspiration aux meilleures sources de la culture populaire. Ici, pendant le tournage du Voyage du capitaine Fracasse (1990). 

Crédits : R. Petrosino/ Mondadori Portfolio via Getty

Afficher

Ettore Scola est né le 10 mai 1931 à Trevico (Campanie). Sa carrière commence officiellement en 1952, mais, à dix-neuf ans, il participe déjà anonymement au scénario de grands films populaires comme Totòtarzan (Mario Mattòli, 1950). Totò sera présent en filigrane dans plusieurs de ses films, puisque le sujet principal du cinéma de Scola est la mémoire populaire prise dans l'histoire, et notamment la mémoire du cinéma lui-même. Le peuple italien dans son ensemble, c'est-à-dire ses ouvriers, ses employés, ses intellectuels ou ses artistes, leurs traditions, leur façon de traverser l'histoire, les changements politiques, idéologiques et moraux auxquels ils se trouvent confrontés, est son premier thème de travail. Comme une grande partie de ses confrères, il a retenu la leçon de Gramsci sur la culture populaire, les relations entre l'individu, l'histoire et l'idéologie. Bien que jamais dénué d'amertume, son cinéma choisit presque toujours les armes de la comédie.

Collaborant longtemps avec le scénariste Maccari, les cinéastes Risi et Pietrangeli, Scola débute comme réalisateur avec des comédies assez légères, son premier grand film étant Nos héros réussiront-ils à retrouver leur ami mystérieusement disparu en Afrique ? (1968). Les piliers de la commedia all'italiana que sont les scénaristes Age et Scarpelli, et les comédiens Nino Manfredi, Bernard Blier ou Alberto Sordi y font merveille, associés à la maestria du réalisateur. Avec Age et Scarpelli toujours au scénario, Scola réalise Drame de la jalousie (avec Marcello Mastroianni et Monica Vitti, 1970) et Nous nous sommes tant aimés (avec Nino Manfredi et Vittorio Gassman, 1974), qui le font accéder à une réputation internationale. Il retrouve le scénariste Ruggero Maccari pour Affreux, sales et méchants (avec Nino Manfredi, 1975). À partir d'une situation pasolinienne, le film mêle grotesque et lucidité, une tendresse cynique pour ses personnages. Une journée particulière (1977), autre grand succès, est l'occasion d'un beau duo entre Marcello Mastroianni et Sophia Loren, qui interprètent le rôle d'un homosexuel et d'une femme au foyer perdus dans la Rome fasciste de 1938. Après le triomphe des Nouveaux Monstres, film à sketches cruel et désopilant coréalisé avec Dino Risi et Mario Monicelli en 1977, La Terrasse (1978) reprend la réflexion menée sur l'évolution de la « société civile », selon des modalités qu'on retrouvera dans ces autres peintures de la communauté sociale que sont La Famille (1986) et La Cena (1998).

Scola est aussi un éclectique et se renouvelle constamment. Dans Passion d'amour (1980), il sort de ses thèmes habituels et conte la passion romanesque mais non dénuée de cynisme qu'éprouve en 1862 un séducteur pour une femme laide. Adaptation d'une création collective du Théâtre du Campagnol, Le Bal (1983), film sans dialogue, raconte l'histoire de la France contemporaine à travers les parodies amoureuses et les acrobaties des danseurs de tango, de paso doble ou de twist. Individus, culture populaire, histoire, les thèmes de Scola sont ici repris avec une forme tout à fait inédite et nouvelle. On trouve aussi une vraie audace formelle dans La Nuit de Varennes (avec Mastroianni en Casanova et Jean-Louis Barrault en Restif de La Bretonne, 1981), qui, à l'occasion d'un voyage en diligence à travers la France de 1791, résume la Révolution française et ses conséquences dans notre monde d'aujourd'hui. Dans Le Voyage du capitaine [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  SCOLA ETTORE (1931-2016)  » est également traité dans :

UNE JOURNÉE PARTICULIÈRE, film de Ettore Scola

  • Écrit par 
  • Kristian FEIGELSON
  •  • 917 mots

Ettore Scola (1931-2016), s'était imposé en 1974 avec Nous nous sommes tant aimés (C'eravamo tanto amati), qui relate l'histoire de l'Italie, de l'immédiat après-guerre jusqu'aux années 1975, à travers l'amitié de trois compagnons d'armes de la Résistance. En 1977, il reforme dans Une journée partic […] Lire la suite

COMÉDIE ITALIENNE, cinéma

  • Écrit par 
  • Jean A. GILI, 
  • Gérard LEGRAND
  •  • 3 510 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Recettes et problèmes de la mise en scène »  : […] La comédie italienne a suivi l'évolution générale du cinéma européen. Ce qui veut dire que les questions proprement techniques de mise en scène, de rythme, d'efficience, sinon de beauté plastique, y ont pris le pas sur la simple transcription de scénarios. Les meilleures idées de scénaristes ne sont presque rien si la mise en images est déficiente : on en eut la preuve lorsque le vieux routier Pi […] Lire la suite

GASSMAN VITTORIO (1922-2000)

  • Écrit par 
  • Jean A. GILI
  •  • 958 mots

Né à Gênes le 1 er  septembre1922 de père allemand et de mère toscane, Vittorio Gassman passe son adolescence à Rome. Là, outre sa passion pour le sport, il révèle des dons précoces pour l'écriture. En sortant du lycée, en 1941, il s'inscrit en droit à l'université de Rome, mais sa mère le pousse à suivre également les cours de l'Académie d'art dramatique que dirige Silvio D'Amico. Repéré pour se […] Lire la suite

ITALIE - Le cinéma

  • Écrit par 
  • Jean A. GILI
  •  • 7 720 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « L'âge d'or du cinéma italien (1960-1980) »  : […] Au début des années 1960, le cinéma italien affiche une éclatante santé. On peut en voir une preuve dans les films envoyés au festival de Cannes : La dolce vita (Fellini) et L'avventura (Antonioni) en 1960, La Fille à la valise (Zurlini), La ciociara (V. De Sica), La viaccia (Bolognini) en 1961, Divorce à l'italienne (Germi) et L'Éclipse (Antonioni) en 1962, Huit et demi (Fellini), Le G […] Lire la suite

PONTI CARLO (1910-2007)

  • Écrit par 
  • Jean A. GILI
  •  • 863 mots

Né à Magenta près de Milan en 1910, Carlo Ponti fait des études de droit avant de rejoindre la société milanaise Artisti Tecnici Associati (dont il prendra plus tard la direction). Pour elle, il produit Piccolo mondo antico (1940) de Mario Soldati, Sissignora (1941) de Ferdinando Maria Poggioli, Giacomo l'idealista (1942) d'Alberto Lattuada, trois films qui se détournent des bluettes sentimenta […] Lire la suite

Pour citer l’article

René MARX, « SCOLA ETTORE - (1931-2016) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/ettore-scola/