BELLINI VINCENZO

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Situation de Bellini

Le terrible critique Paul Scudo, consacrant en juillet 1848 quelques pages à « Donizetti et l'école italienne depuis Rossini » à l'occasion de la mort du compositeur à Bergame, savait rendre hommage au maître de Catane, Vincenzo Bellini : celui-ci, note-t-il, échappe à l'influence de Rossini, et s'inspire directement des maîtres du xviiie siècle. « Il procède particulièrement de Paisiello, dont il a la suavité, et dont il aime à reproduire la mélopée pleine de langueur. ». À cet égard, la Somnambule serait la fille de Nina, l'héroïne de Paisiello.

Trait d'union dans le temps, Bellini est aussi un trait d'union dans l'espace. Venu à Paris, le compositeur, dont les mérites n'ont jamais été égalés à ceux du maître de Bonn, semait à tous vents, avec une infatigable profusion, des mélodies magnifiques et de la plus rare qualité, les distribuant gratuitement comme il les avait reçues, sans même penser à se reconnaître le mérite de les avoir enfantées. Selon Scudo, « Beethoven a constitué à la musique un patrimoine qui semble n'être dû qu'à son labeur obstiné. Bellini a reçu la mélodie sans avoir eu la peine de la demander, comme si le Ciel lui avait dit : „Je te donne tout juste ce qui manquait à Beethoven“ » (cité dans le tome IV, L'Opéra, de Plaisir de la musique de Roland-Manuel, avec la collaboration de Nadia Tagrine, Seuil, 1957, pp. 168-169). Le risque serait d'accentuer un tel contraste, de ne parler que de la grâce bellinienne, en négligeant la force dramatique de ce théâtre lyrique. Richard Wagner avait déjà su la reconnaître, qui dirigea Norma à Riga en 1837.

Au total, Bellini forme, selon Scudo, « un tout exquis, plein de charme et de mystère » (Paul Scudo, Critique et littérature musicales, première série, 3e édition, Hachette, 1856, pp. 93-94). Le jugement du critique n'échappe pas à des poncifs qui sont aujourd'hui heureusement remis en question. Bellini, « nature fine et délicate », serait un « génie mélodique pl [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages



Médias de l’article

Vincenzo Bellini

Vincenzo Bellini
Crédits : Istituto Geografico De Agostini

photographie

Norma

Norma
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie




Écrit par :

  • : professeur émérite de littérature comparée à l'université de Paris-Sorbonne, membre de l'Académie des sciences morales et politiques

Classification


Autres références

«  BELLINI VINCENZO (1801-1835)  » est également traité dans :

BELLINI VINCENZO - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Christian MERLIN
  •  • 478 mots
  •  • 2 médias

3 novembre 1801 Vincenzo Bellini naît à Catane, en Sicile.Entre le 11 et le 15 février 1825 Adelson e Salvini, opera semiseria en trois actes sur un livret d'Andrea Leone Tottola d'après le roman Adelson et Salvini, anecdote anglaise de Franç […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bellini-reperes-chronologiques/

NORMA (V. Bellini)

  • Écrit par 
  • Timothée PICARD
  •  • 1 527 mots

Tragédie lyrique (tragedia lirica) en deux actes sur un livret de Felice Romani d'après Norma d'Alexandre Soumet, tragédie en cinq actes et en vers représentée pour la première fois au Théâtre royal de l'Odéon, à Paris, le 6 avril 1831, Norma est composée par Vincenzo Bellini entre septembr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/norma/#i_34728

NORMA (V. Bellini), en bref

  • Écrit par 
  • Christian MERLIN
  •  • 218 mots

Vincenzo Bellini aura réussi dans l'opéra italien ce que Carl Maria von Weber avait atteint pour l'opéra allemand : mettre en scène et en musique l'esprit romantique. Démarquée d'une tragédie française d'Alexandre Soumet, elle-même calquée sur l'histoire de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/norma-v-bellini-en-bref/#i_34728

BEL CANTO

  • Écrit par 
  • Jean CABOURG
  •  • 2 759 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Un bel canto romantique ? »  : […] Le premier romantisme, celui de Donizetti , et surtout de Bellini , cultive, comme il a été dit plus haut, une certaine nostalgie des formes extérieures du belcantisme. Les héroïnes féminines apparaissent dans des atours vocaux inspirés d'une certaine idéalisation ou d'un angélisme innocent, et les mélismes de la vocalisation contribuent à les préserver du commun. Une agilité belcantiste tient l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bel-canto/#i_34728

FLÓREZ JUAN DIEGO (1973- )

  • Écrit par 
  • Robert RAUCH
  • , Universalis
  •  • 814 mots
  •  • 1 média

Lorsqu'il incarna Tonio dans La Fille du régiment de Donizetti au Metropolitan Opera de New York, en avril 2008, le ténor péruvien Juan Diego Flórez brisa, avec l'accord de la direction, l'interdit ancestral qui pesait sur les bis lorsqu'il chanta une seconde fois l'aria « Ah ! mes amis, quel jour de fête ! », avec ses neuf contre- ut aigus. Il faut souligner qu'un an auparavant, à la Scala de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/juan-diego-florez/#i_34728

GRISI GIULIA (1811-1869)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 354 mots

La soprano dramatique italienne Giulia Grisi est une des plus célèbres interprètes lyriques du xix e  siècle. Née le 28 juillet 1811, à Milan, Giulia Grisi étudie avec le comte Marco Aurelio Marliani dans sa ville natale et avec Giacomelli à Bologne, où elle fait ses débuts, à l'âge de dix-sept ans, en incarnant Emma dans Zelmira de Rossini. Vincenzo Bellini compose à son intention la partie de R […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/giulia-grisi/#i_34728

Norma, BELLINI (Vincenzo)

  • Écrit par 
  • Alain FÉRON
  •  • 664 mots

Dans le chapitre « Auteur »  : […] D'ascendance sicilienne, Bellini connaît son premier succès en 1825, avec son opera semiseria Adelson e Salvini , qui le fait considérer en Italie comme le successeur de Rossini et de Donizetti. Il cherche ensuite sa manière dans Bianca e Fernando (1826), Le Pirate (1827), Zaira (1829), Les Capulets et les Montaigus (1830), notamment. Son style s'affirme en 1831 avec La Somnambule et Norma . […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/norma-bellini-vincenzo/#i_34728

RUBINI GIOVANNI BATTISTA (1794-1854)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 375 mots

Ténor italien, né le 7 avril 1794, à Romano, dans la république de Venise, mort le 3 mars 1854, dans la même ville, Giovanni Battista Rubini fut l'un des premiers grands interprètes du style romantique de Vincenzo Bellini et de Gaetano Donizetti. Très tôt promis à une brillante carrière musicale, Giovanni Battista Rubini est engagé comme violoniste et choriste au théâtre Riccardi de Bergame dès l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/giovanni-battista-rubini/#i_34728

Pour citer l’article

Pierre BRUNEL, « BELLINI VINCENZO », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 janvier 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/vincenzo-bellini/