FLÓREZ JUAN DIEGO (1973- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Lorsqu'il incarna Tonio dans La Fille du régiment de Donizetti au Metropolitan Opera de New York, en avril 2008, le ténor péruvien Juan Diego Flórez brisa, avec l'accord de la direction, l'interdit ancestral qui pesait sur les bis lorsqu'il chanta une seconde fois l'aria « Ah ! mes amis, quel jour de fête ! », avec ses neuf contre-ut aigus. Il faut souligner qu'un an auparavant, à la Scala de Milan, Flórez avait déjà brisé, dans le même rôle, un interdit similaire, vieux de soixante-quatorze ans.

Juan Diego Flórez naît le 13 janvier 1973 à Lima ; son père, Rubén Flórez, est un guitariste et un interprète renommé de musiques péruviennes traditionnelles, ce qui explique que l'adolescent est d'abord attiré par les musiques populaires, la pop et le rock. Il entre à l'âge de dix-sept ans au Conservatoire national du Pérou, à Lima, et il va peu à peu s'orienter vers l'art lyrique. Grâce à une bourse, il étudie de 1993 à 1996 au prestigieux Curtis Institute of Music de Philadelphie, puis se forme auprès du ténor péruvien Ernesto Palacio, qui deviendra son impresario. Le premier triomphe de Flórez date de 1996, lorsqu'il remplace au pied levé Bruce Ford, interprète du rôle masculin principal, Corradino, de Matilde di Shabran, lors du festival Rossini de Pesaro, en Italie. Il fait ses débuts tout aussi triomphants à la Scala à la fin de la même année – dans le rôle du Chevalier danois d'Armide de Gluck sous la direction de Riccardo Muti –, et au Covent Garden de Londres l'année suivante, dans Elisabetta de Donizetti (le comte Potoski). Considéré comme le meilleur ténor di grazia de sa génération, il va rapidement se produire dans les principales maisons d'opéra d'Europe – à la Staatsoper de Vienne en 1999, dans le comte Almaviva du Barbier de Séville de Rossini – et des États-Unis – au Metropolitan Opera de New York en 2002, dans l [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Robert RAUCH, « FLÓREZ JUAN DIEGO (1973- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/juan-diego-florez/