VÉGÉTARISME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Approches ethnologiques et sociologiques

Ces approches tentent de cerner le profil, les parcours et les orientations de ceux qui pratiquent un régime végétarien. Les analyses statistiques et sociologiques sont rares (voir l'étude pour la France d'Arouna Ouedraogo parue en 2005 ainsi que celle d'Alan Beardsworth et Alan Bryman parue en 2004, qui a suivi un groupe de 637 étudiants d'une université britannique). En revanche, on trouve des sondages menés par différentes sociétés végétariennes nationales auprès des membres qui se déclarent pratiquants ou sympathisants. L'impact du végétarisme peut aussi être mesuré, très indirectement, à partir de la proportion d'achats de produits garantis sans composants animaux. La plupart des sondages donnent la même proportion de pratiquants. Cette proportion est, au début du xxie siècle, d'environ 1 p. 100 pour la Pologne, 2 p. 100 pour la France, 2,5 p. 100 pour la Suisse, 5 p. 100 pour l'Italie, 8 p. 100 pour l'Allemagne, 9 p. 100 pour la Grande-Bretagne. Le résultat obtenu en Pologne peut s'expliquer par la faible proportion de végétariens en pays catholique. De ce point de vue, le pourcentage élevé affiché en Italie est assez étonnant. Sans tomber dans le piège d'une essentialisation des cultures et des pratiques, le végétarisme paraît en effet mieux implanté dans les sociétés occidentales marquées par le protestantisme. L'Association des diététiciens des États-Unis et du Canada (American Dietetic Association) indique, pour sa part, que le taux de végétariens déclarés est de 4 p. 100 pour le Canada et de 2,5 p. 100 pour les États-Unis. Ces estimations concernant le monde occidental montrent la distance qui le sépare de la situation de l'Inde, où les végétariens représentent environ 30 p. 100 de la population ; on observe toutefois, entre les vingt-huit États de l'Union indienne, de fortes variations dues à leur diversité culturelle et religieuse.

Les mêmes sondages ainsi que les études menées par les nutritionnistes sur des groupes spécifiques font également apparaître une nette dispr [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages


Écrit par :

  • : docteur ès lettres, professeur responsable de la recherche au Centre de recherche sociale de la Haute École de travail social de Genève

Classification


Autres références

«  VÉGÉTARISME  » est également traité dans :

ANTISPÉCISME

  • Écrit par 
  • Fabien CARRIÉ
  •  • 4 140 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Importation en France »  : […] Il en ira tout autrement en France. Bien sûr, les bouleversements et la dynamique de radicalisation développée au sein des mouvements animalistes anglophones dans les années 1970 et 1980 ne pouvaient advenir sans susciter la moindre résonance dans les milieux français de la protection animale. L’exemple des actions entreprises par des groupuscules ou nébuleuses comme le Animal Liberation Front (la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antispecisme/#i_53577

SINGER PETER (1946- )

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 1 493 mots

Philosophe australien spécialisé en philosophie éthique et politique, Peter Singer est mondialement connu pour ses travaux en bioéthique et le rôle fondateur qu’il a joué dans le développement du mouvement en faveur des droits des animaux. Peter Albert David Singer est né le 6 juillet 1946 à Melbourne (Australie). Ses parents, qui sont juifs, ont quitté Vienne en 1938, après l’Anschluss, pour écha […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/peter-singer/#i_53577

Pour citer l’article

Laurence OSSIPOW, « VÉGÉTARISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/vegetarisme/