VÉGÉTARISME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le végétarisme de l'ère industrielle

La littérature et les projets de réforme inspirés de l'idéal végétarien prennent une nouvelle vigueur au xixe siècle, période de fondation de la plupart des sociétés végétariennes. Les mouvements de dissidence chrétienne et de réforme sanitaire que l'on voit s'épanouir au xixe siècle prennent probablement leur source à la Renaissance, puis dans le romantisme, en particulier le romantisme allemand, et laissent apparaître une transformation notable du rapport à la nature et à l'animal. Comme le suggère Keith Thomas dans son essai paru en 1985, Le Jardin de la nature, les citadins, de moins en moins en contact avec les animaux, tendent dès lors à se les représenter moins comme des bêtes de somme que comme des animaux de compagnie qui ne doivent pas subir de violences. Cette compassion nouvelle pour les animaux et la recherche de pureté prônée par différentes sectes protestantes accompagnent, au xixe siècle, la création des premières sociétés protectrices des animaux puis des sociétés végétariennes. Liées à des communautés protestantes dissidentes telles que l'Église adventiste, ou à des mouvements philanthropiques préoccupés d'hygiénisme, les pratiques d'inspiration végétarienne vont prendre aux États-Unis une résonance plus diététique que spirituelle, et connaître à la fin du siècle un premier essor commercial. Des cliniques proposent divers produits, cures et recettes. On peut par exemple penser au Bircher müesli du médecin suisse Maximilian Bircher-Benner (1867-1939) et aux Corn flakes des frères John Harvey (1852-1943) et Will Keith Kellogg (1860-1951). De véritables doctrines diététiques apparaissent : le fletcherisme (Horace Fletcher, 1849-1919), qui préconise une mastication prolongée, le sheltonisme (Herbert M. Shelton, 1895-1986), qui propose un régime d'alimentation dissociée (par classe d'aliments) afin de faciliter la digestion et la perte de poids. Les courants de réforme alimentaire, sanitaire et social sont aussi influents en Suisse et en Allemagne à partir des années 1850. En réaction à l'urbanisation et à l'industr [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages




Écrit par :

  • : docteur ès lettres, professeur responsable de la recherche au Centre de recherche sociale de la Haute École de travail social de Genève

Classification


Autres références

«  VÉGÉTARISME  » est également traité dans :

ANTISPÉCISME

  • Écrit par 
  • Fabien CARRIÉ
  •  • 4 140 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Importation en France »  : […] Il en ira tout autrement en France. Bien sûr, les bouleversements et la dynamique de radicalisation développée au sein des mouvements animalistes anglophones dans les années 1970 et 1980 ne pouvaient advenir sans susciter la moindre résonance dans les milieux français de la protection animale. L’exemple des actions entreprises par des groupuscules ou nébuleuses comme le Animal Liberation Front (la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antispecisme/#i_53577

SINGER PETER (1946- )

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 1 493 mots

Philosophe australien spécialisé en philosophie éthique et politique, Peter Singer est mondialement connu pour ses travaux en bioéthique et le rôle fondateur qu’il a joué dans le développement du mouvement en faveur des droits des animaux. Peter Albert David Singer est né le 6 juillet 1946 à Melbourne (Australie). Ses parents, qui sont juifs, ont quitté Vienne en 1938, après l’Anschluss, pour écha […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/peter-singer/#i_53577

Voir aussi

Pour citer l’article

Laurence OSSIPOW, « VÉGÉTARISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/vegetarisme/