U.R.S.S.Histoire

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La parenthèse de la NEP (1921-1929)

Entre deux cataclysmes – la guerre civile et la collectivisation –, les années de la NEP apparaissent comme une pause, une trêve. C'est le temps des débats sur le fédéralisme, sur les voies de développement du pays, sur l'avenir de la révolution. Le pays se reconstruit, mais cette reconstruction, sur fond d'archaïsme social et d'autarcie, ne suit pas les voies vers lesquelles la direction du parti bolchevique souhaite faire avancer le pays. La dictature politique et le volontarisme stalinien ne peuvent s'accommoder longtemps d'un développement économique et social qui leur échappe.

Le temps des débats

D'intenses débats agitent les milieux dirigeants bolcheviques durant les années 1920.

Le premier porte, en 1922-1923, sur la nature du lien fédéral qui doit unir la RSFSR (République socialiste fédérative soviétique de Russie) aux autres républiques socialistes (Ukraine, Biélorussie, Transcaucasie). Cette question est l'occasion d'un affrontement majeur entre Staline, commissaire du peuple aux nationalités, qui souhaite que le gouvernement de la RSFSR soit aussi celui de la fédération, et Lénine pour lequel la fédération doit unir des républiques égales. Soupçonné par Lénine de mener une politique de « chauvinisme grand-russien », Staline doit s'incliner. Le 30 décembre 1922, la Russie, l'Ukraine, la Biélorussie et la Transcaucasie signent le traité qui fonde l'Union des républiques socialistes soviétiques (URSS). Le 31 janvier 1924 est ratifiée la Constitution de l'URSS. Malgré ses dispositions fédérales, ce texte favorise le contrôle du centre sur les pouvoirs républicains. Les républiques délèguent, en effet, des compétences fondamentales (représentation internationale, défense, sécurité, commerce extérieur, budget, monnaie, crédit) aux organes fédéraux, le Soviet de l'Union et le Soviet des nationalités. Au cours des années 1920, Moscou procède à de nombreux remaniements territoriaux, à l'issue desquels trois nouvelles républiques fédérées sont créées (Tadjikistan en septembre 1924, Turkménistan et Ouzbékistan en mai 1925), ainsi que plusieurs républiques autonomes.

Lénine et Staline

Photographie : Lénine et Staline

Lénine (1870-1924) et Staline (1879-1953), en 1922. 

Crédits : Laski Diffusion/ East News/ Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Un second débat porte sur les voies de développement de l'URSS. Comment moderniser et industrialiser un pays avant tout rural, le faire passer au socialisme ? Dans ses derniers écrits (Mieux vaut moins, mais mieux ; De la coopération), Lénine développe l'idée, selon laquelle la NEP, instaurée « pour de bon et pour longtemps », doit permettre un développement équilibré entre l'industrie et l'agriculture, créer une « alliance ouvrière et paysanne ». Il ne faut pas « brusquer les choses », tenter d'« inculquer par une propagande brutale les idées communistes dans les campagnes ». Seule une « révolution culturelle » de longue haleine pourra vaincre « l'ignorance semi-asiatique » des masses paysannes et ouvrir la voie au socialisme.

Comment mettre en œuvre cet ambitieux programme-testament de Lénine ? De 1923 à 1929, deux lignes s'affrontent, au sein de la direction bolchevique : une ligne dite « de gauche », défendue avec le plus de constance par Trotski, Gueorgui Piatakov, Evgueni Preobrajenski, et une ligne dite « de droite », dont le principal théoricien est Nicolas Boukharine. Dès 1923, Trotski prône le développement prioritaire de l'industrie. La « crise des ciseaux » (différence entre les hauts prix industriels et les bas prix agricoles) ayant révélé la faiblesse d'une industrie incapable de fournir des produits manufacturés bon marché, il faut en priorité, selon lui, augmenter la productivité industrielle, mettre fin à la « disette de marchandises ». Pour financer les investissements industriels, réaliser « l'accumulation socialiste primitive », il est nécessaire de « pomper », temporairement, l'agriculture, par le biais d'un système fiscal pénalisant la paysannerie (surtout aisée) et par l'inégalité des termes de l'échange.

Selon Boukharine, une telle politique ne peut que « tuer la poule aux œufs d'or ». Il faut, au contraire, satisfaire en priorité les besoins de la paysannerie, jouer à fond la carte de l'économie de marché. Tel est le sens de son discours du 17 avril 1925, au cours duquel il appelle les paysans à « s'enrichir, sans craindre aucune contrai [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 34 pages

Médias de l’article

1914 à 1939. De Sarajevo à Dantzig

1914 à 1939. De Sarajevo à Dantzig
Crédits : Encyclopædia Universalis France

vidéo

Discours de Lénine à Moscou

Discours de Lénine à Moscou
Crédits : Keystone/ Getty Images

photographie

Staline et Trotski

Staline et Trotski
Crédits : Keystone/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Élection de l'Assemblée constituante

Élection de l'Assemblée constituante
Crédits : Hulton Getty

photographie

Afficher les 55 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  U.R.S.S.  » est également traité dans :

U.R.S.S. - Histoire institutionnelle

  • Écrit par 
  • Michel LESAGE
  •  • 6 585 mots
  •  • 4 médias

Le système politique mis en place en 1917 s'est effondré en 1991. Mikhaïl Gorbatchev, devenu secrétaire général du comité central du Parti communiste de l'Union Soviétique en mars 1985 et président de l'U.R.S.S. en mars 1990, a démissionné de ses deux fonctions : en août 1991 de son poste de secrétaire général du P.C.U.S., parce que le parti avait […] Lire la suite

U.R.S.S. - L'économie soviétique

  • Écrit par 
  • Marie LAVIGNE
  •  • 3 321 mots

L'économie de l'U.R.S.S. a été, jusqu'en 1990, une économie socialiste planifiée, dirigée par le Parti communiste à travers un système centralisé d'administration économique. La propriété d'État y jouait un rôle dominant et l'ensemble des activités économiques était orienté par un plan impératif. Ce système s'est effondré en 1991. Il est cependant indispen […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

2-29 mai 2014 Ukraine. Référendums d'autodétermination et élection présidentielle

Le 9, Vladimir Poutine se rend à Sébastopol, en Crimée, pour assister à la célébration de la victoire de l'U.R.S.S. sur l'Allemagne nazie en 1945. Le 9 également, à Marioupol, sur la mer d'Azov, des combats meurtriers opposent les forces de l'ordre à des insurgés prorusses qui tentaient de s'emparer de bâtiments publics. Le 11, les référendums d'autodétermination dans les régions de Donetsk et de Louhansk recueillent environ 90 p. […] Lire la suite

1er janvier 2014 Lettonie – Union européenne. Élargissement de la zone euro

Membre de l'Union européenne depuis 2004, la Lettonie est le dix-huitième État à faire son entrée dans la zone euro et le deuxième État issu de l'ex-U.R.S.S. à adopter la monnaie unique, après l'Estonie en 2011.  […] Lire la suite

4-24 décembre 2011 Russie. Victoire contestée de Russie unie aux élections législatives

Il s'agit des plus importants rassemblements populaires dans le pays depuis la fin de l'U.R.S.S. Le 15, lors d'une émission télévisée, Vladimir Poutine exclut d'organiser de nouvelles élections, se félicite de la possibilité donnée aux opposants de s'exprimer et dénonce une tentative de « déstabilisation » venue de l'étranger. Les 17 et 18, des milliers de personnes dans tout le pays – bien moins nombreuses que le 10 – répondent à l'appel à manifester du parti libéral Iabloko et du Parti communiste. […] Lire la suite

1er janvier 2011 Estonie – Union européenne. Élargissement de la zone euro

Membre de l'Union européenne depuis 2004, l'Estonie, pays pauvre malgré une économie dynamique, est le dix-septième État à faire son entrée dans la zone euro et le premier État issu de l'ex-U.R.S.S. à adopter la monnaie unique. Le Parlement européen avait salué en 2010 les « efforts soutenus du gouvernement et du peuple estoniens » pour satisfaire aux critères d'adhésion à la zone euro. […] Lire la suite

20 octobre 2010 Russie. Adoption d'un important programme de privatisation

Le 20, le gouvernement de Vladimir Poutine adopte le plus vaste programme de privatisation depuis la disparition de l'U.R.S.S., alors que plus de 50 p. 100 du P.I.B. proviennent encore du secteur public. Le texte prévoit la privatisation partielle de quelque neuf cents entreprises parmi lesquelles Rosneft, premier groupe pétrolier du pays, Sberbank, première banque en termes d'actifs, V. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Nicolas WERTH, « U.R.S.S. - Histoire », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/u-r-s-s/