U.R.S.S.Histoire

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le « second stalinisme » : de la guerre à la mort de Staline (1941-1953)

La période de la guerre et de l'après-guerre dessine les contours d'un « second stalinisme », nationaliste, conservateur et expansionniste, distinct, par certains aspects, d'un « premier stalinisme » des années 1930, caractérisé par l'excès, la démesure, la terreur de masse, la volonté de mettre au pas à la fois la société, le parti et des administrations inefficaces. La présence de l'URSS dans le camp des vainqueurs donne au régime stalinien une formidable légitimité, tant sur le plan intérieur que sur le plan international.

L'URSS en guerre (1941-1945)

Durant les dix-huit premiers mois de la guerre (juin 1941-novembre 1942), l'URSS accumule les défaites. Après trois semaines de combats, les armées allemandes progressent de trois cents à six cents kilomètres, occupant les pays Baltes, la Biélorussie, l'Ukraine occidentale et la Moldavie. Le 24 septembre, après la chute de Smolensk, la Wehrmacht lance l'opération Typhon avec pour objectif Moscou. L'avance allemande est stoppée dans les faubourgs de Moscou en novembre. La première contre-offensive soviétique de la guerre (début décembre 1941-février 1942) permet de dégager Moscou et de reconquérir un peu de territoire. Cependant, au printemps de 1942, la situation reste alarmante : l'effondrement militaire des cinq premiers mois de la guerre se solde par l'occupation ennemie de régions vitales regroupant près de 40 p. 100 de la population et plus de la moitié du potentiel économique. Dans ces désastres militaires, la responsabilité de la direction du parti, et de Staline en particulier, est écrasante. Elle se situe à trois niveaux :

Opération Barbarossa

Vidéo : Opération Barbarossa

En juin 1941, 135 divisions de la Wehrmacht et de ses alliés envahissent la Russie, sur un front de près de 3 000 kilomètres qui s'étend de la Baltique à la mer Noire. Hitler s'imagine que l'anéantissement de la Russie sera rapide et que la victoire n'est qu'une question de semaines. Comme... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

– une erreur globale d'appréciation de la menace nazie en juin 1941 ;

– une politique d'équipement de l'armée trop tardive ;

– une profonde désorganisation du corps des officiers à la suite des purges de 1937-1938.

D'avril à octobre 1942, l'Armée rouge connaît une nouvelle série de revers : en avril-juin, les Soviétiques échouent dans leurs tentatives de lever le blocus de Leningrad ; en juillet, les Allemands prennent Voronej, Rostov-sur-le-Don ; en août, ils foncent vers le Caucase, sans rencontrer de résistance. Le 23 août, la 6e armée de von Paulus atteint la Volga. Le 12 septembre, les Allemands lancent ce qu'ils espèrent être l'assaut final contre Stalingrad. La ville résiste cependant cinq mois durant, fixant les troupes de von Paulus, tandis que le maréchal Joukov réussit une manœuvre d'encerclement de l'ennemi, dont les lignes sont étirées entre Don et Volga. Lancée le 19 novembre, l'offensive soviétique obtient l'effet de surprise recherché : la 6e armée et une partie de la 4e armée allemandes sont encerclées. Le 2 février 1943, von Paulus capitule. La bataille de Stalingrad coûte, en six mois, 800 000 hommes aux forces de l'Axe. Ce tournant de la guerre s'amplifie en une avancée générale de l'Armée rouge sur un immense front qui va de Leningrad au Caucase. En février-mars 1943, Voronej, Koursk, Kharkov, le Donbass sont repris ; le blocus de Leningrad (au cours duquel 900 000 personnes ont péri de faim et d'épuisement) est desserré. En juillet 1943, la plus grande bataille de chars de la Seconde Guerre mondiale tourne, à Koursk, à l'avantage de l'Armée rouge. Cette victoire marque, six mois après Stalingrad, le second tournant de la guerre sur le front russe.

Stalingrad

Photographie : Stalingrad

La statue d'un Lénine conquérant demeure debout au centre de Stalingrad bombardée, en 1942. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Bataille de Stalingrad, 1942-1943

Vidéo : Bataille de Stalingrad, 1942-1943

En septembre 1942, Stalingrad est encerclée, puis progressivement envahie. De terribles combats de rue se livrent dans la ville; les Soviétiques résistent rue par rue, maison par maison durant trois mois. Stalingrad est un enfer. À la fin novembre, Staline passe à la contre-offensive et ses... 

Crédits : National Archives

Afficher

Nouvelle retraite de Russie

Photographie : Nouvelle retraite de Russie

Dans la tempête de neige, les routes d'Ukraine sont difficiles pour une armée allemande en retraite, en février 1943, après la défaite de Stalingrad. 

Crédits : Keystone/ Getty Images

Afficher

Plusieurs facteurs peuvent expliquer ce revirement. Le premier est la réussite de la reconversion de l'économie soviétique, entièrement tournée vers l'effort militaire. Le Conseil de l'évacuation organise le déplacement de plus de 2 000 grandes entreprises des régions occidentales vers l'Oural, le Kazakhstan et la Sibérie. Plus de onze millions de personnes sont évacuées. Toute la population adulte déplacée est aussitôt intégrée à la production, dans des conditions draconiennes. Le goulag participe également à l'effort de guerre. À la fin de 1942, la production de matériel militaire soviétique dépasse largement la production allemande. Par ailleurs, l'aide alliée se développe : les livraisons de matériel et de nourriture au titre des accords de prêt-bail permettent à l'économie soviétique de se concentrer sur la production militaire, sans craindre une rupture des circuits économiques. Un deuxième facteur contribue [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 34 pages

Médias de l’article

1914 à 1939. De Sarajevo à Dantzig

1914 à 1939. De Sarajevo à Dantzig
Crédits : Encyclopædia Universalis France

vidéo

Discours de Lénine à Moscou

Discours de Lénine à Moscou
Crédits : Keystone/ Getty Images

photographie

Staline et Trotski

Staline et Trotski
Crédits : Keystone/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Élection de l'Assemblée constituante

Élection de l'Assemblée constituante
Crédits : Hulton Getty

photographie

Afficher les 55 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  U.R.S.S.  » est également traité dans :

U.R.S.S. - Histoire institutionnelle

  • Écrit par 
  • Michel LESAGE
  •  • 6 585 mots
  •  • 4 médias

Le système politique mis en place en 1917 s'est effondré en 1991. Mikhaïl Gorbatchev, devenu secrétaire général du comité central du Parti communiste de l'Union Soviétique en mars 1985 et président de l'U.R.S.S. en mars 1990, a démissionné de ses deux fonctions : en août 1991 de son poste de secrétaire général du P.C.U.S., parce que le parti avait […] Lire la suite

U.R.S.S. - L'économie soviétique

  • Écrit par 
  • Marie LAVIGNE
  •  • 3 321 mots

L'économie de l'U.R.S.S. a été, jusqu'en 1990, une économie socialiste planifiée, dirigée par le Parti communiste à travers un système centralisé d'administration économique. La propriété d'État y jouait un rôle dominant et l'ensemble des activités économiques était orienté par un plan impératif. Ce système s'est effondré en 1991. Il est cependant indispen […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

2-29 mai 2014 Ukraine. Référendums d'autodétermination et élection présidentielle

Le 9, Vladimir Poutine se rend à Sébastopol, en Crimée, pour assister à la célébration de la victoire de l'U.R.S.S. sur l'Allemagne nazie en 1945. Le 9 également, à Marioupol, sur la mer d'Azov, des combats meurtriers opposent les forces de l'ordre à des insurgés prorusses qui tentaient de s'emparer de bâtiments publics. Le 11, les référendums d'autodétermination dans les régions de Donetsk et de Louhansk recueillent environ 90 p. […] Lire la suite

1er janvier 2014 Lettonie – Union européenne. Élargissement de la zone euro

Membre de l'Union européenne depuis 2004, la Lettonie est le dix-huitième État à faire son entrée dans la zone euro et le deuxième État issu de l'ex-U.R.S.S. à adopter la monnaie unique, après l'Estonie en 2011.  […] Lire la suite

4-24 décembre 2011 Russie. Victoire contestée de Russie unie aux élections législatives

Il s'agit des plus importants rassemblements populaires dans le pays depuis la fin de l'U.R.S.S. Le 15, lors d'une émission télévisée, Vladimir Poutine exclut d'organiser de nouvelles élections, se félicite de la possibilité donnée aux opposants de s'exprimer et dénonce une tentative de « déstabilisation » venue de l'étranger. Les 17 et 18, des milliers de personnes dans tout le pays – bien moins nombreuses que le 10 – répondent à l'appel à manifester du parti libéral Iabloko et du Parti communiste. […] Lire la suite

1er janvier 2011 Estonie – Union européenne. Élargissement de la zone euro

Membre de l'Union européenne depuis 2004, l'Estonie, pays pauvre malgré une économie dynamique, est le dix-septième État à faire son entrée dans la zone euro et le premier État issu de l'ex-U.R.S.S. à adopter la monnaie unique. Le Parlement européen avait salué en 2010 les « efforts soutenus du gouvernement et du peuple estoniens » pour satisfaire aux critères d'adhésion à la zone euro. […] Lire la suite

20 octobre 2010 Russie. Adoption d'un important programme de privatisation

Le 20, le gouvernement de Vladimir Poutine adopte le plus vaste programme de privatisation depuis la disparition de l'U.R.S.S., alors que plus de 50 p. 100 du P.I.B. proviennent encore du secteur public. Le texte prévoit la privatisation partielle de quelque neuf cents entreprises parmi lesquelles Rosneft, premier groupe pétrolier du pays, Sberbank, première banque en termes d'actifs, V. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Nicolas WERTH, « U.R.S.S. - Histoire », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/u-r-s-s/